Ouvrir le menu principal

Nyoiseau

ancienne commune française du département de Maine-et-Loire

Nyoiseau
Nyoiseau
Vieux pont sur l'Oudon.
Blason de Nyoiseau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Segré
Commune Segré-en-Anjou Bleu
Statut Commune déléguée
Code postal 49500
Code commune 49233
Démographie
Gentilé Nyoisiens
Population 1 226 hab. (2014)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 02″ nord, 0° 54′ 54″ ouest
Altitude 53 m
Min. 22 m
Max. 97 m
Superficie 15,55 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2016
Commune(s) d’intégration Segré-en-Anjou Bleu
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Nyoiseau

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Nyoiseau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Nyoiseau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Nyoiseau

Nyoiseau est une ancienne commune française du département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Son territoire se situe dans le Haut-Anjou.

Elle est depuis le [1] intégrée à la nouvelle commune de Segré-en-Anjou Bleu.

Sommaire

GéographieModifier

Nyoiseau est une commune du Segréen qui s'organise le long de la RD 71 sur 3 kilomètres en 5 villages :

  • Le vieux bourg à 6 km de Segré, où se trouvent la mairie et l'église ;
  • Brèges où se trouvent le stade municipal et des carrières ;
  • La Pinsonnaie, est le lotissement le plus récent. Ce lieu est le plus proche de Segré (3 km) et de la voie rapide RD 775 (axe Angers-Rennes) (1 km) ;
  • La Perdrière est un lotissement et aussi une zone industrielle ;
  • Le Bois II, ancienne cité minière ;
  • Charmont, ancienne cité minière.

Toponymie et héraldiqueModifier

ToponymieModifier

Le toponyme Nyoiseau possède la particularité d’être le plus court à contenir une seule fois chacune des six voyelles (particularité que l’on retrouve dans d’autres communes aux noms plus longs comme Royaumeix, Chaouilley, ou Pouillenay).

Ses habitants sont appelés les Nyoisiens[2].

HéraldiqueModifier

  Blason D'argent à trois capuchons de moine à l'antique, de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

HistoireModifier

La tradition d'extraction d'ardoise et de fer à Nyoiseau remonte au moins au Moyen Âge, faisant partie du bassin de Segré-Nyoiseau / Noyant-Combrée, cœur du territoire de l’extraction minière fer et ardoise dans le Haut-Anjou[3]. L'Oudon et la Loire à proximité ont considérablement contribué à l'extension de ces activités[4].

Politique et administrationModifier

 
La mairie dans un ancien bâtiment de l'abbaye.

Administration municipaleModifier

Administration actuelleModifier

Depuis le Nyoiseau constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou Bleu, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2016 en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienneModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2001 Joël Nardin   Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Jacqueline Skler    
mars 2008 mars 2014 Gabriel Oreillard    
mars 2014 décembre 2015 Mariette Lorenzi[5]    
décembre 2015 décembre 2016 Gabriel Oreillard[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrativeModifier

La commune était membre de la communauté de communes du Canton de Segré[7], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen, jusqu'à son intégration dans Segré-en-Anjou Bleu.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 226 habitants, en diminution de -6,05 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436272272475430746729781764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
770767788767772721704718725
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8118128279661 2901 5161 1681 2191 609
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 6471 5941 3931 3681 2331 2751 3071 2481 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 23,2 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 18,5 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 20,5 %).
Pyramide des âges à Nyoiseau en 2008 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
6,8 
75 à 89 ans
7,6 
11,7 
60 à 74 ans
12,9 
20,2 
45 à 59 ans
20,2 
20,7 
30 à 44 ans
21,0 
23,2 
15 à 29 ans
17,3 
17,4 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

ÉconomieModifier

Sur 69 établissements présents sur la commune à fin 2010, 33 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 15 % du secteur de l'industrie, 13 % du secteur de la construction, 30 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[14].

Culture locale et patrimoineModifier

 
Chevalement Bois 3, 1935.

Lieux et monumentsModifier

  • Abbaye Notre-Dame de Nyoiseau, vestiges d'une abbaye bénédictine, créée en 1109 par Salomon, un ermite compagnon de Robert d'Arbrissel[15].
  • Ancienne mine de fer de la Société des mines de fer de Segré, concession de la Ferrière, dite mine de Charmont[16].
  • Mine de fer de la Société des mines de fer de Segré, concession du Bois I, le « Carreau de Bois II », avec le chevalement métallique du puits 3 et la tour d'extraction en béton armé du puits 2[17].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. a et b « Arrêté no DRCL-BCL-2016-126 en date du 28 septembre 2016 », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 67,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  3. D'ardoise en minerai de fer, le Haut-Anjou minier et ses cités, sur le site de l'association pour la promotion et la conservation du patrimoine minier et ardoisier du haut-Anjou.
  4. Abel Poitrineau, La Loire – les peuples du fleuve, La sarabande des frets Éd. Horvath, Saint-Étienne, 1989, p. 63-86 (ISBN 2-7171-0639-1).
  5. Ouest-France, Mariette Lorenzi succède à Gabriel Oreillard , article du 2 avril 2014.
  6. Haut Anjou, Nyoiseau : Gabriel Oreillard reprend la mairie, article du 6 décembre 2015.
  7. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Segré (244900593), consulté le 17 septembre 2013
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Nyoiseau en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 avril 2012).
  13. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 10 avril 2012)
  14. Insee, Statistiques locales du territoire de Nyoiseau (49), consultées le 5 mai 2013.
  15. « Ancien couvent bénédictin Notre-Dame », notice no PA00132831, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Mine de fer de la Société des mines de fer de Segré, concession de la Ferrière, dite mine de Charmont », notice no IA49002156, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Mine de fer de la Société des mines de fer de Segré, concession du Bois II », notice no IA49002143, base Mérimée, ministère français de la Culture.