Nouzha Skalli

femme politique marocaine

Nouzha Skalli
نزهة الصقلي
Fonctions
Ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité
Monarque Mohamed VI
Premier ministre Abbas El Fassi
Gouvernement Gouvernement El Fassi
Prédécesseur Yasmina Baddou et Abderrahim Harouchi
Successeur Bassima Hakkaoui
Présidente du groupe parlementaire « Alliance socialiste »
Législature VIIe législature
Députée à la Chambre des représentants
Législature VIIe législature
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance El Jadida
Nationalité Marocaine
Parti politique Parti du progrès et du socialisme
Fratrie Badia Skalli, Touria Skalli

Nouzha Skalli, née le à El Jadida au Maroc, est une femme politique marocaine affiliée au Parti du progrès et du socialisme.

Elle fut ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité le et le dans le gouvernement El Fassi. À ce titre, elle est la première personnalité dans un gouvernement marocain à proposer la légalisation de l'avortement au Maroc dans certains cas[1].

Parcours universitaireModifier

En 1974, elle est diplômée en pharmacie de l'Université Montpellier 1.

Parcours politiqueModifier

En 1969, elle rejoint le Parti du Progrès et du Socialisme.

Faisant de la participation politique des femmes son cheval de bataille, elle sera candidate à toutes les élections depuis 1976, date de la reprise du processus démocratique, après les années d’exception qu’a connu le Maroc et jusqu’à 2002 date de son élection au parlement en tant que tête de liste nationale du Parti du Progrès et du Socialisme.

Aux élections législatives de 1977, elle sera une des 8 femmes candidates à travers tout le Royaume et la seule femme candidate à Casablanca, tous partis politiques confondus.

En , elle est élue conseillère municipale à la commune de Sidi Belyout de Casablanca, mandat qu’elle exercera jusqu’en 2003.

Responsabilités politiquesModifier

  • En 2002, députée du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des Représentants
  • En 2003-2004, chef du Groupe parlementaire de l’Alliance socialiste
  • Vice-présidente de la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des Représentants
  • Membre du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme.
  • Membre fondatrice et l’une des responsables nationales de l'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM), créée en 1985
  • Membre fondatrice et animatrice du CLEF (Centre pour le leadership féminin), créé en 1997 à Casablanca
  • Membre fondatrice de l'Organisation marocaine des droits humains (OMDH)
  • Membre fondatrice du Centre d'écoute et d'assistance juridique aux femmes victimes de violence, créé en 1995 à Casablanca
  • Membre du Conseil d'administration de l'Institution nationale de solidarité avec les femmes en détresse (INSAF)
  • Fondatrice du Comité national pour la participation des femmes à la vie politique en 1992 à Casablanca
  • Ancienne Présidente de la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (1993-1997) et du Syndicat des pharmaciens d’officine de Casablanca (1993-1998)
  • Membre du Comité de pilotage du Global Network for Local Governance (GNLG), Réseau mondial de la gouvernance locale, basé à New Delhi
  • Le , elle est nommée ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité sous le gouvernement Abbas El Fassi

PrixModifier

  • Le , à Rimini (Italie) elle reçoit la médaille d'or du Président de la République italienne qui lui a été décernée en reconnaissance à son engagement en faveur des droits des femmes et de l'égalité[2].
  • En le Club italien de la Donne lui décerne à Rome le prix "Minerva" Anna Mammolitti catégorie politique
  • Par Espode : « Printemps des talents féminins » en
  • Par le Population Institute de Washington : Prix du meilleur leader en
  • Par l’Association démocratique des femmes du Maroc à Casablanca en 2002
  • Par l’Union des pharmaciens en 2001

PublicationsModifier

Plusieurs articles et interviews dans des journaux et magazines nationaux et étrangers : Al Bayane, L'Économiste, La Vie économique, La Nouvelle Tribune, Al Ahdath Al Maghribia, Femmes du Maroc, Citadine, The Wall Street Journal, Le Monde, Le Point etc.

Contribution à des publications de l’ADFM :

  • Droits des femmes au Maghreb : l’universel et le spécifique (1992)
  • Femmes et pouvoir au Maroc : la démocratie mutilée (2001)
  • Budget participatif (2003)

Notes et référencesModifier

Références

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier