Ouvrir le menu principal

La politique du Maroc s'inscrit dans une monarchie constitutionnelle dotée d'un parlement élu.

Le pouvoir exécutif est partagé entre le gouvernement et le palais. Le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement, et les deux chambres du parlement, la Chambre des représentants et la Chambre des conseillers.

Sommaire

Pouvoir exécutifModifier

Fonction Nom Depuis
Roi Mohammed VI
Chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani
Article connexe : Liste des monarques du Maroc.

Le PalaisModifier

Le roi est le chef politique suprême. Il préside le Conseil des ministres ; peut renvoyer n'importe quel ministre,limoger le chef du gouvernement, dissoudre le Parlement, suspendre la constitution, appeler pour de nouvelles élections, ou diriger par dahir (décret royal). Le roi est le chef des armées et chef religieux du pays ("Le Commandeur des Croyants").

Le cabinet royal, quant à lui, est composé du roi et de ses conseillers. En effet le Roi nomme régulièrement des conseillers personnels et cela pour divers domaines tels la politique, l’économie, le domaine social etc. Cette désignation peut prendre plusieurs formes, elle peut notamment faire suite à une prestation distincte d'un acteur de la scène politique, en l’occurrence un ministre ou un juge par exemple, le Roi le récompense en le nommant conseiller personnel dans son cabinet. Ce fut le cas pour Abdellatif Menouni président de la commission de rédaction de la nouvelle constitution marocaine qui a été nommé plus tard conseiller personnel du roi.

Le gouvernementModifier

Les ministres et secrétaires d'États du gouvernement sont nommés par le roi sur proposition du chef du Gouvernement.

Le chef du gouvernementModifier

Article connexe : Chef du gouvernement du Maroc.

Le chef du gouvernement est chargé de diriger le gouvernement et de coordonner l'activité des différents ministres.

En cas de besoin, il lui faut arbitrer les divergences de vues qui peuvent apparaître entre les ministres à propos de l'interprétation des grandes lignes de la politique gouvernementale ou de ses modalités de mise en œuvre.

Le chef du gouvernement exerce le pouvoir réglementaire, les décrets du chef du gouvernement sont contresignés par les ministres chargés de leur exécution.

Le chef du gouvernement contresigne les dahirs pris par le roi en matière administrative.

Le chef du gouvernement peut également prendre des décrets-lois soit il y est habilité par la Chambre des représentants pour un objectif déterminé et pendant une durée limitée. Le chef du gouvernement peut déléguer des pouvoirs.

Le chef du gouvernement préside le conseil de gouvernement (majlis al houkoumi).

MinistresModifier

Article détaillé : Gouvernement El Othmani.

Pouvoir législatifModifier

Le pouvoir législatif, détenu par le Parlement est bicaméral et est donc composé de deux chambres; et depuis la réforme constitutionnelle de 2011 on trouve :

La Chambre des représentants (Majlis al-Nuwab)Modifier

Elle comporte 395 membres élus tous les 5 ans au suffrage universel direct à la proportionnelle sur des listes locales (305 députés) et nationales (Réservées aux femmes et aux jeunes - 90 députés).

Les dernières élections ont eu lieu le . Elles ont été remportées par le PJD (Parti de la Justice et du Développement).

La Chambre des conseillers (Majlis al-Mustacharin)Modifier

La Chambre des conseillers comporte 120 membres dont le mandat est de 6 ans maximum. La moitié est renouvelée tous les trois ans. Son actuel président est Mohamed Cheikh Biadillah, membre du PAM.

L'âge requis pour être élu est de 30 ans. Les dernières élections ont eu lieu le .

Les pouvoirs du Parlement, bien que limités, ont été augmentés après les révisions constitutionnelles de 1992, 1996, 2011.2016 Il peut maintenant voter le budget, faire des propositions de lois, poser des questions aux ministres, et établir des commissions d'enquêtes pour étudier les actions du gouvernement. La Chambre des représentants du Parlement peut dissoudre le gouvernement par une motion de censure.

Courants politiquesModifier

Il existe deux grandes entités politiques au Maroc depuis son indépendance en 1956. Il s'agit du Parti de l'Istiqlal (en français, parti de l'indépendance), parti fondé durant la lutte pour l'indépendance du Maroc vis-à-vis de la France, et de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), le parti d'opposition par excellence durant le règne de Hassan II.

Le Parti de la justice et du développement (PJD), mouvement ayant une idéologie politique à tendance islamiste, a obtenu des scores de plus en plus élevés lors des différents scrutins. Il a d'ailleurs remporté les élections législatives de novembre 2011, et cette victoire a fait de son leader, Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement. Saâdeddine El Othmani lui succède en 2017.

Dernières électionsModifier

Pouvoir judiciaireModifier

La Cour de Cassation est la plus haute juridiction marocaine. Son président est nommé par le Roi.

Articles connexesModifier

Politique exterieureModifier

Ambassades et consulats du Maroc à l'étrangerModifier

 

La carte ci-dessus montre les pays où se trouvent les ambassades et/ou consulats du Maroc. À noter que l'ambassade du Maroc au Venezuela est fermée depuis 2009 en raison de malentendus diplomatiques notamment à propos de relations supposées entre le Venezuela et le Front Polisario[1]

Organisations internationales dont le Maroc est membreModifier

Organisation Date Source
L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) [2]
L’Association internationale de droit économique (AIDE) [3]
La Banque africaine de développement (BAD) [4]
La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) Depuis la 3e session de la Conférence des Leaders et Chefs d’État tenue du 12 au [5]
Le Groupe des 77 Depuis 2003 [6]
Interpol [7]
La Ligue arabe Depuis le 1er octobre 1958 [8]
L’Organisation de la conférence islamique (OCI) Depuis 1969 [9]
  L’Organisation des Nations unies (ONU) Depuis le [10]
L’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) Depuis le [11]
  L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Depuis décembre 1981 [12]
L’Organisation internationale de normalisation [13]
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) Le Maroc a signé en février 2005 un accord de siège avec l'OIM, lui autorisant à instaurer une représentation dans le pays et qui vise à « apporter une contribution efficace à la gestion des questions migratoires au royaume du Maroc »[14]. [15]
L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) [16]
  L’Organisation mondiale de la santé (OMS) [17]
L’Organisation mondiale du commerce (OMC) Depuis le 1er janvier 1995 [18]
L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) Depuis 1997 [19]
  L’Organisation météorologique mondiale (OMM) [20]
  L’Union du Maghreb arabe (UMA) Depuis le [21]
Union Africaine (UA) Quittée en 1984 et réintégrée le 30 janvier 2017

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier