Ouvrir le menu principal

Nous avec l’Italie
(it) Noi con l’Italia
Présentation
Président Raffaele Fitto
Fondation
Disparition
Siège Corso Vittorio Emanuele II, 18
00186 Rome[1]
Positionnement Centre droit[2],[3]
Idéologie Démocratie chrétienne[4]
Libéral-conservatisme[5]
Conservatisme social
Libéralisme[6]
Site web noiconlitalia.it

Nous avec l’Italie (italien : Noi con l'Italia, NcI) a constitué une coalition de partis politiques d’Italie du centre-droit, principalement démocrate-chrétien et libéral-conservateur[7]. La coalition est souvent mentionnée comme Nous avec l’Italie-UDC[8],[9], pour insister sur le poids spécifique de l’Union de centre (Unione di Centro, UdC). Les principaux dirigeants de NcI sont Raffaele Fitto (président, qui dirigeait Direzione Italia), Francesco Saverio Romano (vice-président, chef de file du Chantier populaire), Maurizio Lupi (coordinateur, ancien chef de l’Alternative populaire), Enrico Costa (son principal promoteur) et Lorenzo Cesa (chef de l’UdC).

La fédération faisait partie de la coalition de centre droit aux élections générales du 4 mars 2018. Le parti représente l’aile centriste de la coalition et promeut donc Silvio Berlusconi ou un candidat centriste en tant que président du Conseil[2]. Mais n'atteignant pas le seuil de 3 %, avec 1,3 % à la Chambre et 1,18 % au Sénat, la coalition perd tout parlementaire (alors qu'elle détenait 15 députés dans le groupe Nous avec l'Italie-Choix civique-MAIE, et 16 au sein du groupe mixte dont 10 Direzione Italia et 6 UdC-Idea).

CréationModifier

Dans la perspective des élections générales de 2018, un débat s’est formé concernant la création éventuelle d’une « quatrième jambe » à la coalition de centre droit, comprenant alors Forza Italia (FI), la Ligue du Nord (LN) et les Frères d’Italie (FdI). Tout a commencé quand Enrico Costa, dissident de Forza Italia, ministre du gouvernement de centre gauche de Paolo Gentiloni a démissionné de son poste et a quitté de son parti, l’Alternative Populaire (AP)[10],[11],[12], afin de former un "centre libéral" allié avec FI[13]. À l’origine, la Fédération de la liberté (it) (FdL), un groupe parlementaire au Sénat lancé par Identité et action (IDeA), a été considéré comme l’embryon de cette "quatrième jambe"[14],[15],[16],[17].

Le 19 décembre 2017, Nous avec l’Italie a été créée par un groupe de dissidents de l’Alternative populaire dirigés par Maurizio Lupi, d’autres anciens membres de l’AP proche d’Enrico Costa, Direzione Italia, Choix civique pour l'Italie (SC), de Fare!, Chantier populaire (CP) et le Mouvement pour les autonomies (MpA). D’autres partis de centre-droit, notamment IDeA, ont choisi de ne pas y adhérer[18],[19].

Le 29 décembre 2017, NcI a signé un pacte avec l’Union de centre (UdC)[20],[21],[22]. Le 5 janvier 2018, c’est au tour de IDeA, qui a été convaincu de rejoindre ce groupement par la mise en valeur du caractère fédéral et l’identité démocrate-chrétienne de NcI[23],[24]. Le 11 janvier, le nouveau logo de NcI, contenant également le symbole de l’UdC, a été dévoilé[25],[26].

Fin de la coalition en 2018Modifier

Le 16 mars 2018, l’Union de centre de Lorenzo Cesa met fin à l’alliance avec NcI, en vue de s’allier avec Forza Italia. Le 6 décembre 2018, la composante Direzione Italia de Fitto quitte à son tour l’alliance pour se rapprocher de Frères d’Italie en vue des européennes. Le 14 février 2019, la composante du Parti populaire européen de NcI adhère à l’appel de Silvio Berlusconi pour le projet de "L'altra Italia" en vue des élections européennes. En mars 2019, Fitto rappelle que le 5 décembre 2018, avait été déclarée comme terminée l’expérience de ce parti et il interdit à Lupi et à Romano d’utiliser à l’avenir le symbole du parti.

CompositionModifier

Résultats électorauxModifier

Parlement italienModifier

Ces résultats sont joints avec ceux de l'Union de centre. Ils correspondent à 4 députés tous de NcI et à 3 sénateurs de l'UdC et 1 de Idea.

Chambre des Députés
Élection Voix % Sièges +/– Dirigeant
2018 428 298[27] 1,30
4 / 630
Raffaele Fitto
Sénat de la République
Élection Voix % Sièges +/– Dirigeant
2018 361 737 1,18
4 / 315
Raffaele Fitto

À la Chambre, les 4 députés, tous NcI, adhérent au groupe mixte. Au Sénat, 3 sénateurs UDC et 1 sénateur IdeA, adhérent au groupe Forza Italia.

RéférencesModifier

  1. (it) « Noi con l'Italia - Contatti », sur noiconlitalia.it.
  2. a et b (it) Monica Rubino, « Nasce "Noi con l'Italia", la lista dei centristi pro-Berlusconi », la Repubblica, .
  3. (it) Alessandro Cipolla, « Elezioni, lista Noi con l’Italia chi sono? Sondaggi e programma in vista del voto », sur Money.it, .
  4. (it) Erika Bertossi, « Roccella, Noi con l'Italia: 'Siamo l'anima cattolica del centrodestra' », (consulté le 4 mars 2018).
  5. (it) « Cesa e Fitto presentano il simbolo di Noi con l’Italia. », sur Formiche.net, .
  6. (it) « Cattaneo: “Ecco perché ho aderito a Noi con l’Italia” », .
  7. (it) Alberto Sofia, « “Noi con l’Italia”, ecco la quarta gamba del centrodestra: ex FI, leghisti espulsi e alfaniani pentiti », il Fatto Quotidiano, (consulté le 28 février 2018).
  8. (it) « Programma di Noi con l'Italia UDC », sur mauriziolupi.it (consulté le 28 février 2018).
  9. (it) Margherita La Rocca Nuvolo, « Elezioni, La Rocca Ruvolo: "Noi con l’Italia Udc determinanti per il centrodestra" », Agrigento Notizie, .
  10. Piera Matteucci, « Governo, si è dimesso ministro Enrico Costa: "Niente ambiguità" », la Repubblica,‎ (lire en ligne).
  11. « Enrico Costa si dimette: Gentiloni perde pezzi. L'ex ministro verso Forza Italia. Alfano: "Inevitabile e tardivo" », il Fatto Quotidiano,‎ (lire en ligne).
  12. Marianna Rizzini, « Perché si è dimesso il ministro Enrico Costa, centrista, tennista e non palindromo », Il Foglio,‎ (lire en ligne).
  13. Roberto Scafuri, « Costa lascia il governo Via al partito centrista che nasce contro Alfano », il Giornale,‎ (lire en ligne).
  14. Ugo Magri, « Berlusconi accoglie i centristi. Pronto il nome: “Italia Civica” », La Stampa,‎ (lire en ligne).
  15. Fabrizio d'Esposito, « E Berlusconi ordinò: “Fermate l’esodo o cade l’esecutivo” », il Fatto Quotidiano,‎ (lire en ligne).
  16. Alessandro De Angelis, « Tra quarte gambe e bad company, viaggio nella galassia centrista implosa per l'ansia da seggio », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  17. « Centrodestra: Costa, con UDC-FARE-PLI per la collaborazione con FI », sur Partito Liberale Italiano, .
  18. « La «quarta gamba» del centrodestra: nasce Noi con l'Italia », Avvenire,‎ (lire en ligne).
  19. Francesco Curridori, « Nasce Noi con l'Italia, la 'quarta gamba' del centrodestra », il Giornale,‎ (lire en ligne).
  20. « Udc-Noi con l'Italia, è accordo. Sulla lista torna lo scudo crociato », sur affaritaliani.it, .
  21. Giuseppe Alberto Falci, « Nasce la stampella centrista di Forza Italia », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne).
  22. Anna Maria Greco, « Berlusconi si appella ai delusi dalla politica: "Sarà sfida coi 5 Stelle" », il Giornale,‎ (lire en ligne).
  23. « La tela Fitto-Cesa si allarga su 'Idea' di Gaetano Quagliariello », sur affaritaliani.it, .
  24. Caterina Danese, « Saremo noi a garantire l’autosufficienza al centrodestra. Parla Gaetano Quagliariello », sur Formiche.net, .
  25. « Verso il voto. Noi con l'italia presenta il simbolo, c'è lo scudo crociato », Avvenire,‎ (lire en ligne).
  26. Monica Rubino, « Nella "quarta gamba" lo scudocrociato di Cesa. Voci di candidatura per Lotito e Ferrero: "Perché no? », la Repubblica,‎ (lire en ligne).
  27. (it) « Eligendo: Camera [Scrutini] Italia (esclusa VALLE D'AOSTA) (Italia) - Camera dei Deputati del 4 marzo 2018 - Ministero dell'Interno », sur Eligendo (consulté le 5 mars 2018).

Liens externesModifier