Raffaele Lombardo

politicien italien

Raffaele Lombardo (né le à Catane) est une personnalité politique italienne, fondateur du Mouvement pour l'autonomie (MPA). Il est président de la Région sicilienne de 2008 à 2012.

Raffaele Lombardo
Illustration.
Fonctions
Président de la région de Sicile

(4 ans, 6 mois et 13 jours)
Élection 13-14 avril 2008
Prédécesseur Salvatore Cuffaro
Successeur Rosario Crocetta
Président de la province de Catane

(4 ans, 8 mois et 19 jours)
Prédécesseur Nello Musumeci
Successeur Giuseppe Castiglione
Député européen

(8 ans, 10 mois et 15 jours)
Élection 13 juin 1999
Réélection 13 juin 2004
Législature 5e et 6e
Biographie
Nom de naissance Raffaele Lombardo
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Catane (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Démocratie chrétienne (jusqu'à 1994)
Centre chrétien-démocrate (1994-2002)
Union de centre (2002-2005)
Mouvement pour les autonomies (depuis 2005)

Débuts politiques modifier

Médecin à Catane[1], il est député européen de 1999 à 2008, et préside la province de Catane de 2003 au .

Il fonde le Mouvement pour les autonomies (MPA) en 2005 afin de créer l'équivalent de la Ligue du Nord dans le Mezziogiorno[1].

Président de la Région sicilienne modifier

Le , il rend officielle sa candidature à la présidence de la région Sicile, soutenu par le MPA, par le Peuple de la liberté et par l'UDC. En échange de cette investiture, il doit soutenir les candidats de Silvio Berlusconi aux sénatoriales en Campanie et en Calabre[1]. Lors des élections régionales des 13 et , il remporte la présidence de la Sicile, avec plus de 60 % des voix et forme le 57e gouvernement régional[2].

Il accentue le déficit de l'île, qui atteint en 2012 5,3 milliards d'euros, soit 6 % du PIB sicilien, et accroit son endettement jusqu'à 21 milliards d'euros, notamment par l'embauche de plusieurs milliers de fonctionnaires, cinq fois plus nombreux que dans le Piémont[3].

Le , il démissionne à la demande du Président du conseil italien Mario Monti, ce qui entraîne des élections régionales anticipées de l'Assemblée régionale sicilienne, le .

Bien qu'il eût déclaré ne plus vouloir être candidat, il se présente pour les élections générales italiennes de 2013 au Sénat, sur une liste Parti des Siciliens-MpA, mais il n'est pas élu.

Mis en examen pour connivence externe avec la mafia et pour vote d'échange politico-mafieux, en raison de ses rapports avec des représentants de Cosa nostra, le , le tribunal de Catane le condamne en 1re instance à 6 ans et 8 mois de réclusion criminelle, à l'interdiction de tout mandat public et à un an de liberté surveillée.

Retour en coulisse modifier

Acquitté en appel le 7 janvier 2022, il ne brigue aucun poste lors des élections municipales de 2022 mais apparaît comme l'un des gagnants du scrutin en Sicile. Ses candidats dans la province de Catane l'emportent en effet à Aci Catena, à Paternò, Randazzo, et il obtient quatre conseillers d'opposition à Sant'Agata li Battiati[4]. La Cour de cassation confirme son acquittement en mars 2023[5].

Notes et références modifier

̣̣

  1. a b et c « En terre de clientélisme, la droite sicilienne joue la carte de l'autonomie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. En 2012, il est composé des assesseurs Marco Venturi (Activités productives), Sebastiano Missineo (Biens culturels et Identité sicilienne), Gaetano Armao (Économie), Giosuè Marino (Energie et services d'utilité publique), Caterina Chinnici (Autonomies locales et Fonction publique), Pier Carmelo Russo (Infrastructure et Mobilité), Mario Centorrino (Instruction et Formation professionnelle), Elio D’Antrassi (Ressources agricoles et Alimentation), Massimo Russo (Santé), Calogero Gianmaria Sparma (Territoire et Environnement), Daniele Tranchida (Tourisme, Sport et Spectacle).
  3. « "La Sicile est la Grèce de l'Italie" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (it) web-la, « Elezioni comunali 2022, tutti i sindaci eletti in provincia di Catania », sur QdS, (consulté le )
  5. (it) « La Cassazione conferma l'assoluzione per Raffaele Lombardo », sur la Repubblica, (consulté le )

Liens externes modifier