Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Pellevé.

Nicolas de Pellevé
Image illustrative de l’article Nicolas de Pellevé
Biographie
Naissance
Jouy-sous-Thelle
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 75 ans)
Paris
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

Par le pape Pie V
Titre cardinalice Cardinal-prêtre :
de « Ss. Giovanni e Paolo »
de « S. Prassede »
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique
Archevêque de Sens
Évêque d'Amiens
Autres fonctions
Fonction religieuse
Camerlingue du Sacré Collège
Préfet de la Congrégation des évêques et réguliers
Fonction laïque
Ambassadeur de France en Écosse
Nonce du pape en Écosse

Orn ext cardinal duc et pair.svg
Blason Robert et Nicolas de Pellevé.svg
« Utcunque ceciderit, consistam »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Charles Nicolas de Pellevé (Jouy-sous-Thelle le - à Paris le ) est un cardinal français engagé dans la lutte contre le protestantisme durant les guerres de religion.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Nicolas est le second fils de Charles de Pellevé, seigneur de Liancourt-Saint-Pierre et de Jouy-sous-Thelle, d'une ancienne famille de Normandie, et d'Hélène de Fay. Son frère Robert de Pellevé est évêque de Pamiers de 1557 à 1579.

Carrière ecclésiastiqueModifier

Évêque d'AmiensModifier

Professeur de droit et abbé de Saint-Corneille, il devient évêque d'Amiens en 1552 avec le soutien des Guises.

En 1559, il est missionnaire en Écosse pour supporter la régente d'Ecosse Marie de Guise, il revient en France à la mort de cette dernière qui marque la fin du siège de Leith.

En 1560, il fait construire le château de Liancourt (qui sera presque totalement détruit en 1830). Il invite un architecte italien afin de dessiner l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Jouy-sous-Thelle où reposent plusieurs membres de sa famille.

Archevêque de Sens et cardinalModifier

Le 16 décembre 1562, il devient archevêque de Sens à la place du cardinal de Guise. Le pape Pie V le crée cardinal Le nouveau pape Gregoire XIII lui donna le titre de cardinal-prêtre de « Ss. Giovanni e Paolo » lors du consistoire du (il deviendra cardinal-prêtre de S. Prassede le ). Puis le nomme préfet de la Congrégation des évêques et réguliers à Rome.

Archevêque de ReimsModifier

En 1588, il devient archevêque de Reims mais ne rentre en France qu'en 1592.

Un partisan acharné de la LigueModifier

Il vécut pendant vingt ans au sein de la curie romaine où il se fit remarquer par son ultramontanisme, desservant à Rome la politique du roi Henri III. Il soutint activement la Ligue et vint même à Paris en 1592 pour soutenir l'élection d'un nouveau roi de France. Il mourut à l'âge de 75 ans, quatre jours après la prise de Paris par Henri IV.

Il est l'un des derniers chefs de la Sainte Ligue qui tient Paris. Déjà malade, il est présent dans Paris quand le roi Henri IV fait son entrée le . Il meurt six jours plus tard rue du Figuier, dans l'hôtel des archevêques de Sens.

ArmoiriesModifier

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules, à la tête humaine d'argent, posée de profil, les cheveux hérissés d'or (de Pellevé) ; aux 2 et 3, d'argent semé de fleurs-de-lis de sable (Faÿ).[1]

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier