Ouvrir le menu principal

Congrégation pour les évêques

La Congrégation pour les évêques (en latin : Congregatio pro Episcopis) est l'une des neuf congrégations de la Curie romaine. Elle est compétente en tout ce qui concerne les évêques (nominations, visites ad limina…) et leurs diocèses (création, aménagements…) sauf pour les évêques et les diocèses qui dépendent de la Congrégation pour les Églises orientales ou de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. 25 personnes y travaillent[1].

La Congrégation pour les évêques a son siège au palais des congrégations, 10, place Pie XII, à proximité immédiate de la place Saint-Pierre.

HistoriqueModifier

Par la Constitution apostolique Immensa æterni Dei du 15 janvier 1588, le pape Sixte V crée des congrégations romaines permanentes. Parmi elles, est fondée la « Congrégation pour l'érection des Églises et les Provisions consistoriales ». Ce nom est ensuite modifié en « Sacrée Congrégation consistoriale ». Les attributions de ce dicastère sont très largement élargies par la Constitution apostolique Sapienti Consilio du 29 juin 1908. Le pape Pie X lui donne alors compétence sur les nominations des évêques, la création de diocèses et de chapitres canoniaux, la surveillance sur le gouvernement des diocèses et sur les séminaires. Le pape devient alors lui-même préfet de cette congrégation.

Par la Constitution apostolique Regimini Ecclesiæ Universæ du 15 août 1967, le pape Paul VI donne à ce dicastère le nom de « Sacrée Congrégation pour les évêques ». La charge de surveillance des séminaires lui est alors retirée au profit de la Congrégation pour l'éducation catholique.

Par la Constitution apostolique Pastor Bonus du 29 juin 1988, le pape Jean-Paul II confirme et précise les compétences de la « Congrégation pour les évêques ».

Le , le pape François recompose les membres de la congrégation mais confirme le cardinal Marc Ouellet dans sa fonction[2]. Le , il réunit la congrégation pour leurs redéfinir les critères de sélection pour choisir les nouveaux évêques. Reprenant la cérémonie de la consécration épiscopale, il rappelle l'attente du peuple de recevoir un nouveau pasteur et non un gestionnaire, et le fait de devoir prendre en compte les attentes spécifiques des églises locales car l'enjeu est « entrer dans la perspective du Christ en tenant compte de la réalité des Églises particulières ». Il demande aux membres que lors de leurs choix pour une nomination, lui pape puisse ressentir leur discernement. Leur demandant de quitter leur propres considérations personnelles il souhaite que « Les décisions ne peuvent pas être conditionnés par des revendications personnelles ou de quelque groupe dominant. Pour garantir la souveraineté du choix de Dieu, nous devons respecter ce que nous dit notre conscience ainsi que la collégialité ». Concluant en trois points sur sa vision de l'évêque, il souhaite de celui-ci qu'il soit kérygmatique, priant et pasteur[3].

MissionModifier

La Congrégation pour les évêques traite de tout ce qui concerne la création, la division, le regroupement, la suppression des diocèses[4]. Elle traite aussi des nominations des évêques y compris des évêques titulaires[5]. Elle veille sur les prélatures personnelles[6] et sur les conférences épiscopales[7] Enfin, elle organise les visites ad limina que chaque évêque fait tous les cinq ans à Rome.

La Congrégation pour les évêques doit consulter la seconde section de la Secrétairerie d'État dès qu'elle doit entrer en relation avec les gouvernements civils dans le cadre de ses décisions concernant les diocèses ou les évêques.

La Commission pontificale pour l'Amérique latine, qui travaille en étroite liaison avec le Conseil épiscopal latino-américain est rattachée à la Congrégation pour les évêques, son président est le préfet de la Congrégation[8].

Procédure de nomination des évêquesModifier

Au moins tous les trois ans, les évêques d'une province ecclésiastique établissent une liste de prêtres qu'ils jugent aptes à l'épiscopat. Cette liste est transmise au nonce apostolique[9]. Lorsqu'un évêque doit être nommé, le nonce mène une enquête sur les besoins du diocèse et les candidats possibles. Ensuite, le nonce apostolique envoie à la Congrégation des évêques un rapport reprenant les éléments de son enquête et une liste de trois candidats possibles, la terna. Les membres de la Congrégation pour les évêques reçoivent le rapport du nonce concernant le poste à pourvoir deux semaines avant la réunion de la congrégation. À chaque réunion, deux jeudis par mois d'octobre à juin, les cardinaux ont à examiner quatre à cinq dossiers. Ils donnent leur avis sur le dossier qui est présenté par un cardinal choisi par le sous-secrétaire de la Congrégation pour présenter le dossier, ce cardinal est nommé ponente. Enfin, le préfet de la Congrégation présente ses propres recommandations, le rapport de la réunion de la Congrégation pour les évêques et le rapport du nonce au pape, au cours d'une audience qui se tient généralement le samedi. C'est le pape qui choisit finalement le candidat retenu parmi les trois présentés dans la terna.

Prélats supérieurs et membresModifier

PréfetModifier

Depuis le 30 juin 2010, le préfet de la Congrégation pour les évêques est le cardinal Marc Ouellet (P.S.S.). Le 16 décembre 2013, le pape François a confirmé le cardinal Ouellet comme préfet de la Congrégation pour les évêques.

Anciens préfets :

SecrétaireModifier

Le secrétaire de la Congrégation est aussi traditionnellement secrétaire du Collège des cardinaux, ce qui fait de lui le secrétaire du conclave comme défini dans la constitution apostolique Universi Dominici Gregis[10].

Les secrétaires de la congrégation pour les évêques depuis 1967 :

MembresModifier

AnnexesModifier