Nicholas Musuraca

directeur de la photographie italien

Nicholas Musuraca (Riace (Italie), Los Angeles, ) est un directeur de la photographie.

Nicholas Musuraca
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Activité

BiographieModifier

Né en Italie et émigré aux États-Unis en 1907, à l’âge de quinze ans, il commence par être le chauffeur du producteur de films muet James Stuart Blackton. Il travaille dans les coulisses de nombreux films d'action muets et de série B avant de devenir l'un des principaux directeurs de la photographie au studio RKO Pictures dans les années 1930.

Au cours de sa carrière à la RKO, il travaille à de nombreuses reprises avec Jacques Tourneur, et en 1947 il est nominé pour un Oscar du cinéma pour son travail sur Tendresse de George Stevens. Il passe ensuite brièvement à la Warner Bros. à la fin des années 1950, puis rejoint la compagnie de télévision Desilu Productions où il finit sa carrière, travaillant notamment pour la série télévisée satirique F Troop.

Selon le critique et historien Eric Schaefer :

« Le nom de Nicholas Musuraca reste injustement obscur parmi les directeurs de la photographie de l'âge d'or d'Hollywood. Dans ses premières années à la RKO dans les années 1940, Musuraca collabora aussi bien à des séries A qu'à des séries B, à des films de prestige qu'à des films de genre sans ambition. Pour cette raison, et parce qu'une grande partie des films qu'il a tournés n'ont atteint que récemment le statut de classique ou de tournant du cinéma, il demeure un maître négligé. »

« De même que celui de Gregg Toland sur Citizen Kane (1941), le travail de Musuraca pour Stranger on the Third Floor (1940) définit les conventions visuelles du film noir et codifie l'aspect des films RKO pour les années 1940. La photographie de Musuraca commence et disparaît dans l'ombre, très influencée par l'expressionnisme allemand, et peut être considérée comme un des facteurs majeurs dans la résurrection de ce style à Hollywood dans les années 1940. Le ton dominant de son image est le noir, un choix stylistique qui se prête bien au film noir et aux films d'horreur mélancoliques produits par Val Lewton. Mais même dans les limites du système des studios, Musuraca réussit à transposer son style à d'autres genres. Le western Ciel rouge (1948) et le drame familial nostalgique de George Stevens Tendresse (1948) sont tous deux empreints des ombres que Musuraca avait apportées au film d'horreur dans La Féline (1942) et au film noir dans Le Médaillon (1946). À travers les conventions de genres variés et les exigences différentes de nombreux réalisateurs, Musuraca réussit à maintenir une esthétique personnelle uniforme[1]. »

Filmographie partielleModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Eric Schaefer, « Nicholas Musuraca », sur film reference (consulté le 6 février 2008)

Liens externesModifier