Ouvrir le menu principal
Nana Asma'u
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Nana Asma’u (nom complet : Nana Asma’u bint Shehu Usman dan Fodio ; en arabe : نانا أسماء بنت عثمان فودي) née en 1793 et morte en 1864, était une princesse, poétesse et enseignante, fille du fondateur du califat de Sokoto Usman dan Fodio. Elle a passé la plus grande partie de sa vie dans le Nord-Ouest du Nigéria actuel. Elle est restée considérée aujourd'hui par beaucoup comme un exemple de femme étant parvenue à un niveau élevé d'éducation et d'indépendance dans une culture musulmane, voire comme un personnage précurseur du féminisme moderne en Afrique[1],[2].

BiographieModifier

Née onze ans avant le début du jihad peul, son nom rappelle celui d'Asmaa bint Abu Bakr, fille du compagnon du prophète Mahomet Abou Bakr As-Siddiq. Fille du premier calife de Sokoto et demi-sœur du deuxième, Mohammed Bello, elle survit à la génération des fondateurs du califat et conseille jusqu'à sa mort les califes et leur entourage, comme, dans une moindre mesure, ses sœurs Myram et Fatima, ainsi que les femmes d'Usman dan Fodio Aisha et Hawwa. Comme son père, elle a reçu une éducation coranique poussée et accordé tout au long de sa vie une grande importance à l'éducation et au savoir, en particulier pour les femmes, rédigeant elle-même de nombreux ouvrages, notamment un récit en prose intitulé Wakar Gewaye (« le voyage ») portant sur le jihad peul.

Elle parlait vraisemblablement quatre langues : l'arabe, le peul, le haoussa et le touareg, elle a entretenu une correspondance dans plusieurs de ces langues. Parmi les soixante œuvres qui sont parvenues jusqu'à la période contemporaine, écrites sur une période de quarante ans, la plupart sont des poèmes écrits en arabe, en peul et en haoussa (en écriture arabe, pour ces trois langues) : récits historiques (épopées), élégies, lamentations et admonitions. Elle insiste notamment sur le rôle des femmes dans le gouvernement et leurs droits au sein de la communauté musulmane[3].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Tiffany K. Wayne (éd.), Feminist Writings from Ancient Times to the Modern World: A Global Sourcebook and History, ABC-CLIO, 2011, p. 182-186.
  2. (en) Chukwuma Azuonye, “Feminist or Simply Feminine? Reflections on the Works of Nana Asma'u, Nineteenth Century West African Woman Poet, Intellectual, and Social Activist”, Meridians 6, no. 2, 2006, p. 54-77.
  3. (en) Jean Boyd, The Caliph's Sister: Nana Asma'u 1793–1865: Teacher, Poet and Islamic Leader, Totowa (New Jersey), Frank Cass & Co. Ltd., 1989, (ISBN 0-7146-4067-0).