Nana Akufo-Addo

président de la République ghanéen

Nana Akufo-Addo
Illustration.
Nana Akufo-Addo en juin 2017.
Fonctions
Président de la République du Ghana
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 26 jours)
Élection 7 décembre 2016
Réélection 7 décembre 2020
Vice-président Mahamudu Bawumia
Prédécesseur John Dramani Mahama
Président de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest
En fonction depuis le
(5 mois et 26 jours)
Prédécesseur Mahamadou Issoufou
Ministre des Affaires étrangères

(4 ans, 3 mois et 26 jours)
Président John Kufuor
Prédécesseur Hackman Owusu-Agyeman
Successeur Akwasi Osei-Adjei
Ministre de la Justice

(2 ans, 2 mois et 25 jours)
Président John Kufuor
Prédécesseur Obed Asamoah
Successeur Papa Owusu-Ankomah
Biographie
Nom de naissance William Addo Dankwa Akufo-Addo
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Kyebi (Ghana)
Nationalité Ghanéenne
Parti politique Nouveau Parti patriotique (NPP)
Père Edward Akufo-Addo
Mère Nana Yeboakua Ofori-Atta
Profession Avocat

Nana Akufo-Addo
Présidents de la République du Ghana

Nana Akufo-Addo, né le à Kyebi, est un avocat et homme d'État ghanéen, membre du Nouveau Parti patriotique. Il est président de la République depuis le . Il est élu président de la CEDEAO en 2020.

BiographieModifier

William Addo Dankwa Akufo-Addo naît à Accra d'une importante famille de la royauté et de la politique ghanéenne. Il est le fils d'Edward Akufo-Addo et Adeline Yeboakua Ofori-Atta[1]. Son père, né à Akropong-Akuapem (en) a été juge en chef du Ghana (de 1966 à 1970), président de la Commission constitutionnelle (de 1967 à 1968) et président de la République (de 1970 à 1972). Le grand-père maternel d'Akufo-Addo était Nana Sir Ofori Atta Ier, roi d'Akyem Abuakwa, qui était un membre du Conseil exécutif du gouverneur de la Côte-de-l'Or avant l'indépendance du Ghana. Il est le neveu de Kofi Asante Ofori-Atta et de William Ofori-Atta. Son grand-oncle, J. B. Danquah, est un membre de la Big Six[2].

Il commence ses études primaires à l'école de garçons du Gouvernement à Adabraka (en) et ensuite à l'école Rowe Road (maintenant appelé Kinbu), dans le quartier d'Accra Central. Il part ensuite au Royaume-Uni pour étudier à Lancing dans le Sussex pour l'obtention de son O-level et son A-level ; on le surnomme alors « Billy ». Puis, il commence un cours de philosophie, politique et d'économie au New College à Oxford en 1962, mais l'abandonne peu de temps après[3]. Il retourne enfin au Ghana en 1962 pour enseigner à l'Accra Academy, avant d'étudier l'économie à l'université du Ghana à Legon en 1964. Il obtient son baccalauréat en sciences de l'économie en 1967. Il rejoint ensuite le Inner Temple pour devenir avocat en vertu du programme de mentorat aux Inns of court, où aucun diplôme officiel de droit n'était nécessaire[4]. Il est admis au barreau de l'Angleterre (Middle Temple) en , puis au barreau du Ghana en [5]. Akufo-Addo a travaillé avec la succursale parisienne du cabinet d'avocat américain Coudert Brothers (en) et, en 1979, il cofonda le cabinet d'avocat Prempeh and Co[6].

Carrière politiqueModifier

La participation d'Akufo-Addo à la vie politique débute vers la fin des années 1970, lorsqu'il rejoint le People's Movement for Freedom and Justice[7] (le Mouvement populaire pour la Liberté et la Justice), une organisation créée pour s'opposer au modèle d'un « gouvernement d'union » du Conseil militaire suprême[8] du général Acheampong (1972-1978). En , il fait partie d'un vaste groupe d'élites, l'Alliance for Change, une alliance qui a organisé des manifestations contre les politiques néo-libérales telles que l'introduction de la taxe sur la valeur ajoutée, et les violations des droits humains de la présidence Rawlings[9]. L'organisation s'effondra plus tard en raison de luttes entre des membres pour les postes de directions. Dans les années 1990, il forme une organisation pour les droits civiques appelé Ghana's Committee on Human and People's Rights.

Course à la présidenceModifier

En , Akufo-Addo se proposa comme candidat à la présidence du NPP, mais il perdit contre John Kufuor. Akufo-Addo devient alors le chef de campagne de Kufuor qui remporte l'élection présidentielle en , et assume ensuite la présidence du Ghana à partir de . Akufo-Addo deviendra le premier procureur général et ministre de la Justice de l'époque Kufuor. Il changera de poste plus tard pour travailler au ministère des Affaires étrangères et au Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD)[10],[11].

Aux primaires présidentielles de 2007, il est un candidat populaire du NPP, perdant de peu les élections[12]. En 2008, il représente le NPP aux élections chaudement disputées qu'il perd contre John Atta Mills, du Congrès national démocratique (NDC). Au premier tour, Akufo-Addo amasse 49,13 % des voix, en légère avance sur Atta Mills, en dessous du 50 % requis pour remporter la victoire[13].

Il se lance à nouveau dans la course pour la présidence aux élections nationales de 2012 contre John Mahama du NDC, qui succède à John Atta Mills, alors décédé. Mahama est déclaré vainqueur de l'élection. Un résultat qui a été juridiquement contesté par Akufo-Addo. L'affaire a suscité beaucoup de controverse, mais la Cour Suprême décida, à cinq contre quatre, que Mahama était le vainqueur légitime. Akufo-Addo accepte tout de même le verdict pour assurer le maintien de la stabilité économique et internationale[1].

En , Akufo-Addo annonce sa candidature à la présidence du pays pour la troisième fois, en vue des élections de 2016. Il remporte la victoire aux primaires du NPP en avec 94,35 % des voix[14]. La même année il sert en tant que président de l'organisation du Commonwealth d'observation des élections pour les élections sud-africaine[15],[16].

Avec sa campagne électorale, il met l'accent sur l'économie en promettant la stabilisation du taux de change du cédi et la réduction du niveau de chômage[17]. Le , le président Mahama concède la défaite[18] et Akufo-Addo est élu avec 53,83 % des voix contre Mahama, qui n'en remporta que 44,41 %[19].

Président de la RépubliqueModifier

Akufo-Addo prend ses fonctions le . Son investiture a lieu au Black Star Square (en) d'Accra. Douze présidents africains et européens ont assisté à la cérémonie, notamment Edgar Lungu, Abdel Fattah el-Sisi, Ernest Bai Koroma, Robert Mugabe, et Muhammadu Buhari[20],[21],[22]. Akufo-Addo se fit critiquer sur la scène internationale, en particulier sur les médias sociaux, pour avoir plagié des parties de son discours d'investiture en reprenant mot pour mot des discours des présidents américains John F. Kennedy, Bill Clinton et George W. Bush ainsi que des remarques livrées par le président nigérian, Muhammadu Buhari lors d'un événement de l'Institut des États-Unis pour la paix en 2015[23],[24],[25],[26],[27],[28]. Son bureau de presse publia des excuses, son directeur de la communication décrivant la situation comme une « simple erreur qui n'était certainement pas délibérée »[29],[30],[31]. À la suite de ce scandale, on découvrit qu'Akufo-Addo avait également plagié des parties de son discours de défaite en 2013 après que la Cour suprême du Ghana eut donné la victoire au président John Mahama en copiant intégralement une partie du discours du vice-président Al Gore en 2000 lors de son discours de défaite après la décision de la Cour Suprême américaine[32],[33],[34].

En , Akufo-Addo lance un programme, le SHS, qui rendra gratuit l'enseignement secondaire pour tous les Ghanéens. Le président déclare qu'il s'agit d'un « investissement nécessaire à l'avenir des travailleurs du pays » et que c'est un programme qui va aider les parents qui sont incapables de payer pour l'éducation de leurs enfants en raison de difficultés financières. Le programme a bien été accueilli par la population, les parents et les élèves ont été ravis et enthousiastes, toutefois, les écoles privées se sont opposées au programme, avertissant qu'il allait faire diminuer le nombre d'étudiants inscrits dans le secteur privé[35],[36]. En 2017, Akufo-Addo nomme Elizabeth Agyemang une des dix ministres régionaux adjoints de son gouvernement. En septembre 2020, Akufo-Ado devient président de la CEDEAO[37].

En décembre 2020, Nana Akufo-Addo, se présente pour un second et dernier mandat. Il est réélu dés le premier tour de l'élection présidentielle ghanéenne de 2020 avec 51 % des voix face notamment à l'ancien président John Dramani Mahama, qui réunit 47 % des suffrages.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nana Akufo-Addo » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) Cameron Duodu, « Why Akufo-Addo chose caution, not confrontation », New African,‎ .
  2. (en) « Salute the New King: President-elect of Ghana Nana Addo Dankwa Akufo-Addo », primenewsghana.com,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020).
  3. (en) Kofi Ata, « Why has Nana Akufo Addo omitted Oxford University from his Profile? », sur Modern Ghana, (consulté le 13 décembre 2020).
  4. (en) « Prof. Kwaku Asare writes : Nana Akufo-Addo has no law degree but… », sur Manasseh Azure Awuni, (consulté le 13 décembre 2020).
  5. (en) Ivor Agyeman-Duah, Between Faith and History: A Biography of J.A. Kufuor, Africa World Press, , p. 81 et 95.
  6. (en) « Akufo-Addo, Prempeh & Co. », sur Lawyers.com (consulté le 13 décembre 2020).
  7. (en) Mike Oquaye, « Why Nana Akufo-Addo Should be Elected President », Daily Graphic, Ghana,‎ (lire en ligne).
  8. (en) David Owusu-Ansah, Historical Dictionaries of Africa : Historical Dictionary of Ghana (4), Rowman & Littlefield Publishers, .
  9. (en) Jasper Ayelazuno, Neo-liberalism and Resistance in Ghana : Understanding the Political Agency of the Subalterns in Social-historical Context, université York, (présentation en ligne), chap. 7.
  10. (en) « Africa will continue to dominate Ghana's foreign policy - Akufo-Addo », ghanaweb,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020).
  11. (en) « Ghana: NPP Presidential Race for Election 2008 », allafrica.com,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020).
  12. (en) Zam R. Samin, « Akufo-Addo Gets Another Boost », AllAfrica,‎ (lire en ligne).
  13. (en) Gabby Otchere-Darko, « Ghana's fragile elections: consolidating African democracy through e-voting », Georgetown Journal of International Affairs, vol. 11, no 2,‎ .
  14. (en) « Ghana's Presidential Candidates », Africa Research Bulletin: Political, Social and Cultural Series, vol. 51, no 10,‎ .
  15. (en) « Akufo-Addo leads Commonwealth Observer Mission to South Africa », sur graphic.com, (consulté le 13 décembre 2020).
  16. (en) « South Africa elections 'crucial' says Akufo-Addo », sur thecommonwealth.org, (consulté le 13 décembre 2020).
  17. (en) Sean, and Dionne Searcey Lyngaas, « Ghana Presidential Vote Hinges on Economic Perceptions », The New York Times, (consulté le 13 décembre 2020).
  18. (en) « Ghana: Akufo-Addo wins presidential election », sur Al Jazeera, (consulté le 13 décembre 2020).
  19. (en) « National Results For Elections 2016 », sur Ghanaweb (consulté le 13 décembre 2020).
  20. (en) « Livestreaming: Nana Akufo-Addo takes office as president », Ghanaweb, (consulté le 13 décembre 2020).
  21. (en) « Akufo-Addo formally sworn in as Ghana's president, gets 21-gun salute », africanews.com, (consulté le 13 décembre 2020).
  22. (en) « African leaders arrive ahead of Akufo-Addo's inauguration » (version du 7 janvier 2017 sur l'Internet Archive), sur Ghanaweb, .
  23. (en-US) Monjola Sotubo, « Buhari: Read full text of President’s speech at US Institute for Peace », Pulse,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020).
  24. (en) « Plagiarism in Akufo-Addo's speech depressing and shocking - Minority », sur www.ghanaweb.com, (consulté le 13 décembre 2020).
  25. (en) Natasha Nyanin, « Opinion: why Ghanaians shouldn't ignore plagiarism row », sur CNN.com, (consulté le 13 décembre 2020).
  26. (en) « Ghana's Nana Akufo-Addo and other leaders caught up in plagiarism scandals », sur BBC News, (consulté le 13 décembre 2020).
  27. (en) Samuel Ogundipe, « Ghana President Akufo-Addo caught in plagiarism scandal », sur Premium Times, Nigeria, (consulté le 13 décembre 2020).
  28. (en) Abdulai Hanan R. Confidence, « Of Akufo-Addo's speech plagiarism » (version du 4 septembre 2019 sur l'Internet Archive), sur MyJoyOnline.
  29. (en) Brown, Hayes, « Ghana's President Ripped Off A Bunch Of US Presidents In His Inaugural Speech », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017).
  30. (en) « Ghana: Nana Akufo-Addo caught up in plagiarism row », sur Al Jazeera, (consulté le 13 décembre 2020).
  31. (en) Julia Glum, « Who Is Nana Akufo-Addo? Ghana President's Plagiarism Scandal, Explainedsite=International Business Times », (consulté le 13 décembre 2020).
  32. (en) « Full text: Akufo-Addo's post-verdict speech », sur Modern Ghana, (consulté le 13 décembre 2020).
  33. (en) Michael E. Eidenmuller, « Online Speech Bank: Al Gore – 2000 Presidential Concession Speech », sur www.americanrhetoric.com, (consulté le 13 décembre 2020).
  34. (en) « Saint Akufo-Addo in the web of the moral shame of new-age plagiarism », sur Ghanaweb, (consulté le 13 décembre 2020).
  35. (en) Francisca Kakra Forson, « Ghana Launches Free High School Education », sur MyJoyOnline, (consulté le 13 décembre 2020).
  36. (en) « Akuffo-Addo launches free SHS » (version du 29 juillet 2018 sur l'Internet Archive), sur Ghana News Agency.
  37. « Cedeao : Nana Akufo-Addo, nouveau président en exercice de la CEDEAO », sur KOACI, (consulté le 13 décembre 2020).

Liens externesModifier