Élection présidentielle ghanéenne de 2008

Élection présidentielle ghanéenne de 2008
et
Corps électoral et résultats
Inscrits 12 472 758
Votants au 1er tour 8 671 272
69,52 %  −15,6
Votants au 2d tour 9 094 364
72,91 %
John Atta-Mills election poster (cropped).jpg John Atta Mills – Congrès démocratique national
Colistier : John Dramani Mahama
Voix au 1er tour 4 056 634
47,92 %
Voix au 2e tour 4 521 032
50,23 %
Nana Akufo-Addo at European Development Days 2017.jpg Nana Akufo-Addo – Nouveau Parti patriotique
Voix au 1er tour 4 159 439
49,13 %
Voix au 2e tour 4 480 446
49,77 %
Résultats par région
Carte
Président de la République du Ghana
Sortant Élu
John Kufuor
NPP
John Atta Mills
NDC

L'élection présidentielle ghanéenne de 2008 s'est tenue le , en même temps que les élections législatives. Aucun candidat n'ayant obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés lors du premier tour de scrutin, un second tour a eu lieu deux semaines plus tard, le , pour départager John Atta Mills, leader de l'opposition et Nana Akufo-Addo, candidat du parti au pouvoir. Atta Mills a été déclaré officiellement élu le , avec une avance de moins d'1 % des suffrages exprimés sur son rival.

ContexteModifier

Le , l'ancien vice-président John Atta Mills, qui a, sans succès, brigué la présidence en 2000 et en 2004 au nom du Congrès démocratique national (NDC) contre les candidats du Nouveau Parti patriotique (NPP), a été à nouveau investi candidat par les militants de son parti à une écrasante majorité[1].

Ancien ministre des Affaires étrangères, Nana Akufo-Addo a lui été désigné candidat par le NPP lors d'un congrès du parti organisé le . Bien que loin d'avoir obtenu une majorité absolue de suffrages de la part des militants, son seul concurrent au sein de ce processus interne, John Alan Kyeremanten, s'est désisté en sa faveur[2].

CandidatsModifier

Les huit candidats officiellement enregistrés auprès de la Commission électorale du Ghana[3].

  • Kwabena Adjei - Un directeur d'une entreprise de bois, candidat les Démocrates patriotiques réformés.
  • Nana Akufo-Addo - Ancien procureur général et ministre de la Justice, ministre des Affaires étrangères, et actuel membre du Parlement, candidat du Nouveau Parti patriotique (NPP, parti conservateur au pouvoir).
  • Kwasi Amoafo-Yeboah - Candidat indépendant
  • Emmanuel Antwi-Ansah - Candidat du Parti Démocratique pour la Liberté (DFP, scission du NDC)
  • Edward Mahama Nasigri - Candidat de la Convention nationale du peuple (PNC)
  • John Evans Atta Mills - Ancien vice-président, candidat du Congrès démocratique national (NDC, d'inspiration sociale-démocrate)
  • Paa Kwesi Nduom - Ancien ministre de la Planification économique et de la Coopération régionale, ministre de l'Énergie, ministre de la Réforme du secteur public, et actuellement membre du Parlement, candidat du Parti de la convention du peuple (CPP, socialiste nkrumaïste)
  • Thomas Ward Nuako-Brew - Candidat du Parti populaire démocratique (DPP, nkrumaïste).

Un sondage effectué en a fait état d'une légère avance d'Atta Mills sur Akufo-Addo. La Commission nationale pour l'éducation civique a mené l'enquête sur un échantillon de 5 327 personnes. Le sondage a également prédit une forte participation électorale de 96,9 %. Les répondants provenaient de zones côtières, des régions du milieu et du Nord du pays[4]. Un autre sondage effectué en par Angus Reid Global Monitor donnait au contraire la victoire à Akufo-Addo. Le sondage a été effectué en interrogeant 3 000 adultes dans toutes les régions du pays[5].

RésultatsModifier

Résultats de la présidentielle ghanéenne de 2008[6],[7]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Nana Akufo-Addo Nouveau Parti patriotique 4 159 439 49,13 4 480 446 49,77
John Atta-Mills Congrès démocratique national 4 056 634 47,92 4 521 032 50,23
Paa Kwesi Nduom Parti de la convention du peuple 113 494 1,34
Edward Mahama Convention nationale du peuple 73 494 0,87
Emmanuel Ansah-Antwi Parti démocratique pour la Liberté 27 889 0,33
Kwasi Amoafo-Yeboah Sans étiquette 19 342 0,23
Thomas Ward-Brew Parti populaire démocratique 8 653 0,10
Kwabena Adjei Démocrates patriotiques réformés 6 889 0,08
Votes valides 8 465 834 97,63 9 001 478 98,98
Votes blancs et nuls 205 438 2,37 92 886 1,02
Total 8 671 272 100,00 9 094 364 100,00
Abstention 3 801 486 30,48 3 378 394 27,09
Inscrits / participation 12 472 758 69,52 12 472 758 72,91

AnalyseModifier

La participation a été très élevée. Comme les candidats autres que ceux des deux plus grands partis n'étaient crédités que de très faibles scores, une victoire de Akufo-Addo ou Atta Mills dès le premier tour aurait été envisageable, mais Paa Kwesi Nduom a déclaré qu'il souhaitait créer la « surprise » en obtenant suffisamment de voix pour contraindre à l'organisation d'un second tour de scrutin[8]. Ce qui effectivement arriva : après dépouillement de 40 % des bulletins de vote, Akufo-Addo était crédité de 49,5 % des voix contre 47,6 % à Atta Mills. Malgré une remontée d'Atta Mills par la suite, Akufo-Addo était toujours en tête après dépouillement de 70 % des bulletins[9]. Il n'a toutefois finalement pas obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, et a donc dû affronter Atta Mills dans un second tour de scrutin.

Le second tour a eu lieu le , mais en raison de problèmes de logistique liés à la distribution des bulletins de vote, les électeurs du District de Tain, dans le Nord-Ouest de la Région de Brong Ahafo, n'ont pu voter que le . Cet incident semble ne pas être sans rapport avec le fait que les électeurs de Tain ont placé Atta Mills en tête à l'issue du premier tour. La Commission électorale a décidé qu'Atta Mills ne serait pas déclaré vainqueur tant que les résultats dans ce district ne seraient pas connus[10],[11]. Le NPP a cherché à retarder le vote à Tain, faisant valoir que « l'atmosphère dans le district rural n'était pas propice à une élection libre et juste », mais le parti a été désavoué par la cour. Le NPP a appelé à boycotter le vote, ce qui lui a valu des critiques de la part de groupes de la société civile[12]. Alors que la tension montait à Accra à l'annonce de résultats extrêmement serrés, le président sortant, John Kufuor, a appelé au calme et au respect de l'issue du vote[13].

Réactions de la communauté internationaleModifier

Les observateurs internationaux ont salué un scrutin libre et régulier. La transition démocratique qui s'est opérée sans encombre à l'issue de cette élection a été saluée par plusieurs pays africains. Le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga, déclare à ce titre que « la victoire de John Atta Mills et l'attitude du peuple ghanéen offrent un rare exemple de démocratie en Afrique ». Le président de l'Afrique du Sud, Kgalema Motlanthe, déclare quant à lui que « l'élection au Ghana est un témoignage du respect de la démocratie et de la bonne gouvernance en Afrique [...] Le peuple du Ghana a montré dans les urnes combien il appréciait la démocratie »[14]. Dans un télégramme de félicitations lu dimanche à la télévision nationale, le président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, a qualifié l'élection de brillante, organisée de manière parfaite et a jugé que la victoire de M. Atta Mills « honore le continent africain ». Dans une lettre publique, le président de la République française Nicolas Sarkozy s'est pour sa part dit « persuadé que vous saurez accompagner votre pays vers de nouveaux progrès, dans le respect des institutions et des libertés qui désormais le caractérise aux yeux de la communauté internationale dans son ensemble »[13].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « NDC CONGRESS RESULTS-Prof Wins », sur ModernGhana.com, (consulté le 21 avril 2010)
  2. (en) « Akufo-Addo Is The Man Of The Moment - President », sur ModernGhana.com, (consulté le 21 avril 2010)
  3. (en) « 2008 Presidential Candidates », sur Electoral Commission of Ghana (consulté le 21 avril 2010)
  4. (en) « NCCE Poll - April 2008 », sur Think Ghana (consulté le 21 avril 2010)
  5. (en) « Akufo-Addo Leads Rivals in Ghana », sur Angus Reid Global Monitor, (consulté le 21 avril 2010)
  6. (en) « RESULTS SUMMARY SHEETS – Electoral Commission », sur www.ec.gov.gh (consulté le 11 décembre 2020).
  7. (es) « Electoral Commission – Transparency, Fairness, Integrity », sur www.ec.gov.gh (consulté le 4 décembre 2020).
  8. (en) Race tight in Ghana's vote count, BBC News 08/12/2008
  9. (en) Ruling party's man leads in Ghana, BBC News, 09/10/2008
  10. http://www.ec.gov.gh/
  11. http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5h-sSFDir6ZY-P1r-O9Qq3A7zgEoQD95D6R700
  12. http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7807448.stm
  13. a et b (fr) « Le Ghana complimenté après une présidentielle exemplaire », sur AFP, (consulté le 21 avril 2010)
  14. (fr) « L'Afrique salue la transition en douceur au Ghana », sur L'Express.fr, Reuters,

Voir aussiModifier