Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ben Ali (homonymie).
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Sidi Mohammed bin Ali Al-Sanoussi
سيدي محمد بن علي السنوسي
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Sidi Mohammed ben Ali El-Senussi.

السنوسي الكبير

Nom de naissance Mohammed ben Ali El-Senussi
Alias
Le Grand Al-Sanoussi
Naissance
Al-Wasita, Drapeau de l'Algérie Algérie
Décès
Al-Jaghboub, Drapeau de la Libye Libye
Profession
homme politique
ouléma
fondateur de la dynastie El-Senussi

Mohammed bin Ali Al-Sanoussi (en arabe :سيدي محمد بن علي السنوسي), dit « le Grand Al-Sanoussi » (en arabe :السنوسي الكبير) de son nom complet Sayyidi Moḥammed ibn 'Alī ibn Senūssī El-Kẖāttābī El-Ḥāssānī El-Medjahīrī El-Īdrīssī[1](en arabe :سيدي محمد بن علي بن سنوسي الخطابي الحساني المجهري الإدريسي), arabe chérifien d'origine algérienne né en 1787 à Al-Wasita en Algérie et décédé en 1859 à Al-Jaghboub dans le gouvernorat de Cyrénaïque en Libye, est un ouléma fondateur de la confrérie Sanousiyya en 1837.

Sommaire

BiographieModifier

Né dans la ville de Al-Wasita près de Mostaganem en Algérie, Sidi Mohamed bin Ali Al-Sanoussi est un berbère zaiyanide[2] ou Arabe de titre chérifien[3] de la Dynastie Arabe Chérifienne des Sulaymanides ou Dynastie Arabe Chérifienne des Idrissides[4]d'Algérie Occidental, descendant du Prophète de l'islam Mohammed par Fatima et Hassan. Il étudie auprès des oulémas de Mostaganem avec Sidi Mohammed Al-Akhdari[5] qui est le petit-fils du célèbre cheikh Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad Al-Akẖḍarī qui est également chérifien, puis il part étudier les sciences islamiques à Fès au (Maroc) avant de repartir vers Laghouat en (Algérie) en 1829, qu'il quitte au début de l'intervention française en Algérie.

Installé à la Mecque vers 1840, il quitte les lieux saints pour rejoindre le Maghreb. Au Caire, il rencontre l’opposition des cheikhs de l’université d’Al-Azhar. Il s’établit ensuite en Cyrénaïque, où il fonde, près du site de l'antique Cyrène, un premier centre important, al-Zâwiya al-Baidâ'.

Il crée un nouveau centre pour sa confrérie, la Sanousiyya, à la frontière des territoires libyens et égyptiens, dans l’oasis de Djaghbûb. Ce lieu d’étude, où une vie sociale intense s’organise, voit sa population croître rapidement et une grande bibliothèque se constituer.

Son petit-fils Idris Al-Mahdi est émir de Tripolitaine et de Cyrénaïque (1946-1951), puis devient roi de Libye (1951-1969) sous le nom d'Idris Ier[6].

Leur ancêtre est le célèbre théologien arabe Mohamed ibn Youssef Sanoussi, né en 1426 à Tlemcen, en Algérie.

RéférencesModifier

  1. Notes et études documentaires, il était une fois le Maroc, (lire en ligne)
  2. Daniel J. Grange, L'Italie et la Méditerranée, 1896-1911: les fondements d'une politique étrangère, Ecole française de Rome, [détail des éditions] (ISBN 9782728303205, lire en ligne)
  3. Notes et études documentaires, La Documentation Française, (lire en ligne)
  4. il était une fois le Maroc, histoire des Idrissides du Maroc et d'Algérie Occidental.
  5. https://books.google.fr/books?id=htx8BAAAQBAJ&pg=PA136&lpg=PA136&dq=al-Akhdari&source=bl&ots=o4_LxLcbN5&sig=ACfU3U3D2tZ5RfqVVkK_e3duutQixwTEPg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjdhfzgm-ngAhUVA2MBHaAkBhU4WhDoATADegQIBRAB#v=onepage&q=al-Akhdari&f=false/The_Archetypal Sunni_Scholar_:_Law_Theology_and_Mysticism_in_the_Synthesi], Al-Sanussi and Al-Akhdari.
  6. Senussi, histoire des princes de Libye, Histoire et archives arabo-islamiques.

Voir aussiModifier