Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue molala. Pour le peuple molala, voir Molala (peuple).

Molala
Extinction XXe siècle
Pays États-Unis
Région Oregon
Originaire de Oregon et Washington
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 mbe
Étendue langue individuelle
Type langue éteinte
IETF mbe
WALS mll
Glottolog mola1238

Le molala est une langue amérindienne isolée parlée aux États-Unis, dans les montagnes Cascades, au sud de l'Oregon.

La langue est éteinte depuis le milieu du XXe siècle.

ClassificationModifier

John Wesley Powell, dans sa classification des langues amérindiennes avait regroupé le molala, avec le cayuse, dans une famille nommé le waiilatpuan, d'après un nom local désignant les Cayuses (en nez-percé, weyíːletpuː). Cette famille n'est plus reconnue actuellement[1].

Le molala fait partie des langues rattachées par Edward Sapir à la famille hypothétique des langues pénutiennes. En 1929, Sapir a regroupé le molala dans le sous-groupe des langues pénutiennes des Plateaux avec les langues sahaptiennes, et le klamath[1].

Documentation de la langueModifier

La langue est éteinte, depuis la disparition du dernier locuteur, Fred Yelkes, en 1958[1]. Le molala est cependant richement documenté, grâce au travail de terrain effectué, au début du XXe siècle, par Leo Frachtenberg et Melville Jacob. Ce corpus n'a pas été publié[1].

PhonologieModifier

Les tableaux présentent les phonèmes du molala[2].

VoyellesModifier

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] iː [] u [u] uː []
Ouverte a [a] aː []

ConsonnesModifier

    Bilabiale Dentale Latérale Palatale Vélaire Uvulaire Glottale
Occlusives Sourdes p [p] t [t] k [k] q [q] ʔ [ʔ]
Aspirées ph [pʰ] th [tʰ] kh [kʰ] qh [qʰ]
Glottales pʼ[] tʼ[] kʼ [] qʼ []
Fricatives f [f] s [s] ł [ɬ] x [x] h [h]
Affriquées Sourdes c [t͡s] ƛ [t͡ɬ]
Glottales cʼ [t͡sʼ] ƛʾ [t͡ɬʼ]
Nasales m [m] n [n]     ŋ [ŋ]    
Liquides l [l]
Semi-voyelles w [w] y [j]

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Berman 1996, p. 1.
  2. Berman 1996, p. 3.

SourcesModifier

Voir aussiModifier