Ouvrir le menu principal

Michel Corneille le Jeune

artiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corneille.
Michel Corneille le Jeune
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Lieux de travail
Père
Fratrie

Michel Corneille le Jeune, dit aussi Michel II Corneille, Michel-Ange Corneille ou Corneille des Gobelins, né à Paris en 1642 et mort dans la même ville le , est un peintre et graveur français.

BiographieModifier

Michel Corneille est le fils du peintre Michel Corneille l'Ancien (vers 1601–1664)[1]. Il est généralement désigné sous le nom de Michel Corneille le Jeune ou Michel Corneille II pour le distinguer de son père et il est parfois appelé Michel Corneille l'Aîné pour le différencier de son frère Jean Baptiste Corneille (1649-1695) lui aussi peintre.

Michel Corneille le Jeune a d'abord été l'élève de son père, puis des peintres du roi Charles Le Brun et Pierre Mignard qui eurent une grande influence sur ses productions. Il s'est d'abord consacré à la peinture d'histoire et fut le lauréat d'un prix fondé par l'Académie royale de peinture et de sculpture grâce auquel il se rendit en Italie où il passa plusieurs années entre 1659 et 1663. Il consacra une large partie de son séjour italien à copier les œuvres des grands maîtres italiens qui le marquèrent durablement. Toutefois, se sentant entravé par les restrictions du prix de l'Académie, il renonça à l'argent afin d'étudier les antiquités à sa manière. Influencé par l'Éclectisme grec, il étudia à l'Académie bolonaise des Incamminati fondée par les Carracci et modela son style sur le leur.

À son retour d'Italie, Michel Corneille fut élu membre de l'Académie royale le grâce à son tableau La Vocation des Apôtres. Il fut nommé professeur à l'Académie en 1690 et réalisa de nombreuses peintures religieuses telles que Le Repos pendant la fuite en Égypte ou La Vocation de Saint-Pierre et de Saint-André, qui révèlent l'influence des frères Carracci. Il était également un graveur prolixe et un grand nombre de ses dessins, environ 400, sont aujourd'hui conservés à Paris au musée du Louvre.

Michel Corneille le Jeune travailla pour le roi à Meudon, Fontainebleau mais aussi au Grand Trianon de Versailles dans lequel il peint Flore et Zéphyr et Le Jugement de Midas. À Versailles il reçut une importante commande royale pour décorer le plafond du salon des Nobles de la reine dans les grands appartements du château. Le panneau central représente Mercure répandant son influence sur les Arts et les Sciences, entouré de quatre voussures et de quatre écoinçons composé de toiles allégoriques peintes marouflées sur le mur.

Il réalisa aussi des fresques pour plusieurs grandes églises parisiennes, notamment la cathédrale Notre-Dame, l'église de l'ordre des frères mineurs capucins ou la chapelle Saint-Grégoire de l'hôtel des Invalides à Paris.

Pendant des années, Michel Corneille résida à la Manufacture des Gobelins à Paris et était de ce fait parfois appelé Corneille des Gobelins. Il est mort à la manufacture en 1708.

Œuvres dans les collections publiquesModifier

EstampesModifier

  • La Nativité.
  • Fuite en Égypte.
  • Abraham voyageant avec Lot.
  • Jacob luttant avec l'ange.


Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l'Académie royale de peinture, Paris, (présentation en ligne).
  • Durrien, La peinture à l'exposition de primitifs français, Paris, 1904.

Liens externesModifier