Ouvrir le menu principal

Michèle Ray-Gavras

productrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ray et Gavras.

Michèle Ray-Gavras est une productrice française, née en 1939 à Paris. Elle est mariée au réalisateur Costa-Gavras.

Michèle Ray-Gavras fut enlevée et détenue un mois par le Vietcong lors d'un reportage au Vietnam en 1967[1] et collabore au film collectif Loin du Vietnam (Dépêches du Vietnam, John Steinbeck, Ed. Les Belles Lettres, 2013).

Mariée en 1968 au réalisateur Costa-Gavras, elle est la mère de Patrick Maffone, du réalisateur, producteur et comédien Alexandre Gavras, de la réalisatrice Julie Gavras et du réalisateur Romain Gavras.

JournalisteModifier

Journaliste indépendante entre 1963 et 1977, Michèle Ray a couvert les luttes communistes au Vietnam, en Bolivie pour plusieurs médias.

Entre avril 1966 et février 1967, Michèle Ray voyage dans le Sud-Vietnam aux côtés des GI américains. Quittant le sud pour se rendre au nord, elle est capturée par les Viet-Congs le 17 janvier 1967 et libérée le 6 février, après être tombée malade[1]. Un numéro spécial du Nouvel Observateur sera consacré à son reportage. Les images qu'elle rapportera seront utilisées dans le film documentaire Loin du Vietnam (Dépêches du Vietnam, John Steinbeck, Ed. Les Belles Lettres, 2013).

Elle publie la même année son récit Des deux rives de l'enfer (éd. Robert Laffont).

En 1967, elle se rend en Bolivie à l'occasion de la mort de Che Guevara, tirant un récit publié dans Paris Match sur sa capture et son exécution avant d'être expulsée[2].

 
Michèle Gavras lors de son enlèvement par le groupe OPR-33

En 1971, Michèle Ray couvre les élections générales uruguayennes pour l'ORTF. Elle est kidnappée par le groupe anarchiste OPR-33 et est retenue pendant 3 jours, du 29 novembre au 3 décembre avant d'être libérée par ces derniers[3]. Costa Gavras était alors lui aussi en Uruguay, préparant son film État de siège[4].

ProductriceModifier

BiographieModifier

Après avoir rencontré Costa Gavras à 24 ans, elle se marie à ce dernier à la fin du tournage de Z en 1968[6]. Ils auront 3 enfants Alexandre Gavras (1969), Julie Gavras (1970), ainsi que Romain Gavras (1981).

Michèle Ray est aussi la mère de Patrick Maffone, d'un précédent mariage.

En 2017, elle soutient le candidat socialiste Benoît Hamon lors de l'Élection présidentielle française de 2017[7].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Michele Ray, la femme qui a vu la guerre du Vietnam des deux côtés », sur bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 23 mai 2018)
  2. Michèle Ray, « Comment on a tué Che Guevara », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  3. (en-US) « Michele Ray Kidnapped From Uruguay Home », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  4. (en-US) Judy Klemesrud, « Costa‐Gavras: ‘I'm Not Anti‐American’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  5. (en) « Busan: Park Chan-wook Reveals Plans for New Film Projects », sur The Hollywood Reporter (consulté le 1er novembre 2019)
  6. Tahar Ben Jelloun, « Tahar Ben Jelloun - Costa-Gavras : une vie pleine sans ellipse », sur Le Point, (consulté le 1er novembre 2019)
  7. BFMTV, « Benoit Hamon dévoile le nom de son plus gros donateur », sur BFMTV (consulté le 14 mars 2017)

Liens externesModifier