Merck & Co.

enterprise
(Redirigé depuis Merck & Co)

Merck & Co. Inc.
logo de Merck & Co.
illustration de Merck & Co.

Création 1891
Fondateurs George Merck
Forme juridique Société anonyme (NYSE : MRK)
Action New York Stock Exchange (MRK)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Inventing for Life
Siège social Kenilworth, New Jersey
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Kenneth Frazier depuis 2011
Directeurs Kenneth FrazierVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Pharmacie
Produits Gardasil
Ezetrol
Singulair
Société mère Merck & Co
Filiales Sirna Therapeutics (en), Merck (Japan) (d), MSD (Netherlands) (d), Merck Sharp & Dohme (Switzerland) (d), Merck Sharp and Dohme (Germany) (d), Merck Sharp & Dohme (Lithuania) (d) et Merck Sharp & Dohme (d)
Effectif 69 000 environ en 2018
Site web http://www.merck.com
http://www.msd.com

Capitalisation 226 542 millions USD en décembre 2019
Chiffre d'affaires 42 294 millions USD en 2018
Résultat net 6 220 millions USD en 2018[1]

Merck & Co. Inc. ou Merck Sharp and Dohme (MSD) est un laboratoire pharmaceutique américain. Société employant 68 000 personnes dans le monde[2], elle est l'une des cinq plus grandes sociétés pharmaceutiques mondiales. Ancienne filiale américaine du groupe Merck KGaA, elle est autonome depuis 1917, et n’a plus aucun lien avec son ancien groupe.

HistoireModifier

Merck & Co a été fondé en 1891 à New York aux États-Unis[3].

À titre de dédommagement après la Première Guerre mondiale, les États-Unis ont créé une société américaine avec une partie de ce qui était à l'époque Merck KGaA.

En 1965, Merck rachète Charles E. Frosst & Cie (fondée en 1899) et crée Merck-Frosst Canada, Inc., comme filiale canadienne et Centre de recherche pharmaceutique. Merck ferme le Centre de recherche pharmaceutique en [4] et la compagnie est renommée Merck Canada en 2011.

Histoire récenteModifier

En 1994, Merck (MSD) effectue une opération de co-entreprise avec Pasteur Mérieux, un laboratoire pharmaceutique français (Mérieux ayant lui-même racheté la branche «Vaccins» de Pasteur Vaccins). À compter du , Sanofi Pasteur et MSD mettent fin à leur co-entreprise dans le domaine des vaccins en Europe. Chaque laboratoire gère désormais son portefeuille de vaccins et mène sa stratégie de développement en Europe de façon indépendante.[1]

En 2005, à la suite de poursuites intentées relativement à son produit vedette Vioxx, elle supprime 7 000 emplois, surtout aux États-Unis[5]. Malgré plusieurs victoires dans différents procès, devant jury, intentés par des consommateurs de son médicament Vioxx, elle a décidé de verser 4,85 milliards de dollars pour mettre un terme aux poursuites judiciaires[6]. En , Merck employait environ 63 000 personnes[5].

Le , elle annonce officiellement sa fusion avec les laboratoires Schering-Plough, pour un montant de 41,5 milliards de dollars, donnant naissance au deuxième groupe pharmaceutique au monde (derrière Pfizer), baptisé Merck[7],[8].

En , Merck & Co vend, pour un montant de 1,7 milliard d'euros, une partie de sa branche cancerologie à Ablynx, une entreprise pharmaceutique belge[9].

En , Merck vend ses activités dans l'ophtalmologie en Europe et en Asie à l'entreprise japonaise de Santen Pharmaceutical pour 600 millions de dollars[10].

En , Merck annonce l'acquisition d'Idenix, spécialisée dans les traitements pour l'hépatite C, pour 3,85 milliards de dollars, dans le but de combiner le traitement contre cette maladie des deux entreprises, dans le but de concurrencer Gilead Sciences[11]. Novartis possédant 22 % d'Idenix, il aurait droit à des redevances sur ses ventes futures[12].

En , Merck acquiert Cubist Pharmaceuticals, une entreprise américaine spécialisée dans les antibiotiques, pour 8,4 milliards de dollars[13]. En , Merck annonce un programme de rachat d'actions d'une valeur de 10 milliards de dollars[14].

En , Merck acquiert Harrisvaccines pour se renforcer dans l'élaboration et la vente de vaccins pour les animaux d'élevage, notamment ceux pour le cochon et la volaille[15].

En 2017, l'entreprise publie un rapport s'engageant sur la transparence de la loi sur l'esclavage moderne[16] et affirmant qu'ils garantissent que l'esclavage moderne et la maltraitance des êtres humains n'ont pas lieu dans leurs "chaînes d'approvisionnement ou dans aucune partie de [leurs] activités"[17],[18].

En , Merck annonce l'acquisition de Viralytics, une entreprise australienne spécialisée dans l'oncologie, pour 384 millions de dollars [19]. En , Merck annonce acquérir Antelliq, une entreprise française spécialisée dans la traçabilisation électronique des animaux, pour 2,4 milliards de dollars[20]. En , Merck annonce l'acquisition de Immune Design, une entreprise d'immunothérapie, pour 300 millions de dollars[21]. En , Merck annonce l'acquisition de Peloton Therapeutics, spécialisée dans le cancer du rein, pour 1,05 milliard de dollars[22]. En , Merck annonce l'acquisition de ArQule, spécialisée dans l'oncologie, pour 2,7 milliards de dollars[23].

ActionnairesModifier

Liste des actionnaires mise à jour fin [24].

Nom %
The Vanguard Group 8,03%
Capital Research & Management 5,42%
SSgA Funds Management 4,55%
Capital Research & Management 3,29%
BlackRock Fund Advisors 2,59%
Wellington Management 2,15%
Geode Capital Management 1,51%
Putnam 1,44%
Capital Research & Management 1,44%
Northern Trust Investments 1,28%


Principaux produitsModifier

ControversesModifier

Plusieurs produits ont été l'objet de dénonciations de la part de patients et de scientifiques.

Le Vioxx, prescrit dans le traitement de l'arthrose, est retiré du marché en septembre 2004 après que la Food and Drug Administration a estimé que ce médicament était responsable de 88 000 à 139 000 crises cardiaques[25], dont 27 785 décès, entre 1999 et 2003[26].

Données financièresModifier

En 2009, le chiffre d'affaires était de 27,43 milliards de dollars pour 12,90 milliards de bénéfices[27]. À la suite de la fusion avec Schering Plough, le groupe Merck & Co. a presque doublé son chiffre d'affaires à 40,1 milliards de dollars en 2011.

FilialesModifier

Merck CanadaModifier

Merck Frosst est l'une des plus importantes sociétés canadienne de recherche biomédicale en pharmaceutique. Le centre de recherche est situé à Montréal, au Québec, et fait partie des onze laboratoires de recherche Merck dans le monde.

Le centre de recherche thérapeutique Merck Frosst Canada a pour mandat de découvrir de nouvelles thérapies pour le traitement des maladies respiratoires et inflammatoires, le diabète, l’ostéoporose, l’asthme, le glaucome et les maladies infectieuses. L’entreprise commercialise également des produits pour le traitement des maladies cardiovasculaires, dont l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’insuffisance cardiaque, ainsi que des vaccins[4].

Anciennement Charles E. Frosst & Cie en 1899, puis Merck Sharp & Dohme Canada en 1955, Merck Frosst emploie près de 1 432 personnes, dont plus de 300 scientifiques qui font de la recherche dans six secteurs pharmaceutiques : chimie thérapeutique, sciences biologiques, chimie des procédés, pharmacologie, recherche et développement pharmaceutique et recherche clinique. Elle investit plus de 115 millions de dollars canadien par an en recherche et développement et fait partie des 20 entreprises qui investissent le plus en recherche au Canada[4].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.zonebourse.com/MERCK-AND-COMPANY-13611/fondamentaux/
  2. (en) « 10K Form », sur merck.com, (consulté le 28 décembre 2019), p. 19
  3. (en) « Merck on the Forbes America's Largest Public Companies List », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2018)
  4. a b et c Notre histoire - Merck au Canada sur merck.ca
  5. a et b La Presse canadienne, « Merck supprime 7000 emplois », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2009)
  6. (en) Personnel de rédaction, « Merck target of Vioxx federal grand jury probe », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2009)
  7. Les Échos, 10 mars 2009 : « Merck devient numéro deux mondial en rachetant Schering-Plough ».
  8. (en) Personnel de rédaction, « Merck's manoeuvres », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2009)
  9. Ablynx agrees Merck cancer deal worth up to 1.7 billion euros, Philip Blenkinsop, Reuters, 3 février 2014
  10. Merck cède son ophtalmologie pour 600 M$, Le Figaro, 13 mai 2014
  11. Merck & Co to buy Idenix to boost hepatitis C drugs portfolio, Ransdell Pierson, Reuters, 9 juin 2014
  12. Merck to Buy Hepatitis C Drug Maker for $3.85 Billion, Andrew Pollack, The New York Times, 9 juin 2014
  13. Merck to take on superbugs with Cubist Pharma buy, Vidya L. Nathan et Ben Hirschler, Reuters, 8 décembre 2014
  14. Merck increases share buyback program by $10 billion, 24 mars 2015
  15. Merck to buy Harrisvaccines to boost livestock vaccine portfolio, P.J. Huffstutterr, Reuters, 12 novembre 2015
  16. (en) « Business-led campaign urges companies to sign pledge to end modern slavery in their operations & supply chains | Business & Human Rights Resource Centre », sur www.business-humanrights.org (consulté le 2 mai 2020)
  17. Yann Blake, « Corporate Social Responsibility of Merck & Co », ResearchGate,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « Merck Group Modern Slavery Statement 2017 », MerckGroup.com,‎ (lire en ligne)
  19. Ben Hirschler, « Merck to buy virus-based cancer drug firm Viralytics for $394 million », sur Reuters,
  20. Tamara Mathias, « Merck bolsters animal health unit with $2.4 billion Antelliq purchase », sur Reuters,
  21. « Merck to buy immunotherapy developer Immune Design for $300 million », sur Reuters,
  22. « Merck to buy cancer drug developer Peloton for $1.05 billion in cash », sur Reuters,
  23. Tamara Mathias, « Merck pushes deeper into targeted cancer therapy with $2.7 billion ArQule deal », sur Reuters,
  24. Zone Bourse, « Merck : Actionnaires Dirigeants... », sur www.zonebourse.com (consulté le 30 septembre 2019)
  25. La cour suprême des États-Unis autorise la poursuite en justice de Merck
  26. (en) FDA Estimates Vioxx Caused 27,785 Deaths
  27. The Global 2000 sur forbes.com

Liens externesModifier