Maximilien de Hénin-Liétard

Maximilien de Hénin-Liétard, comte de Boussu (ou de Bossu), né en 1542 et mort le à Anvers, est un officier et homme politique des Pays-Bas, originaire du comté de Hainaut.

Maximilien de Hénin-Liétard
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Maximilien II de Hénin-LiétardVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Père
Enfant
Pierre II de Hénin, comte de Boussu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinction
Blason gueules-bande or.svg
Blason

Au début de la guerre de Quatre-Vingts Ans contre Philippe II, roi d'Espagne et souverain des Pays-Bas, il est d'abord au service de Philippe, mais, fait prisonnier en 1573 et libéré aux termes de la pacification de Gand (8 novembre 1576), il décide de changer de camp et devient commandant en chef de l'armée des États-Généraux.

BiographieModifier

Origines familiales et formationModifier

Il est le fils de Jean V de Hénin, le petit-fils d'Adolphe de Bourgogne et le neveu de Maximilien II de Bourgogne.

Au service de Philippe II (1567-1573)Modifier

Philippe II, roi d'Espagne, est aussi le souverain des Pays-Bas, alors formés de dix-sept provinces allant de la Frise à l'Artois. En 1566, débute la révolte des Gueux, qui va devenir en 1568 une guerre menée par Guillaume d'Orange, guerre à l'origine de la sécession des Provinces-Unies en 1581.

En 1567, le comte de Boussu est nommé amiral des Pays-Bas et stathouder de Hollande, de Zélande et d'Utrecht[1].

Durant la bataille de la Zuiderzee, en 1573, alors qu'il se trouve à la tête d'une escadre chargée d'empêcher les attaques des Gueux de mer, son navire, l'Inquisition, s'échoue et il est capturé par les rebelles.

Au service des États généraux (1576-1578)Modifier

Il est libéré à la fin de 1576, à la suite de la pacification de Gand, qui établit l'unité des dix-sept provinces face aux exactions de l'armée espagnole (sac d'Anvers, novembre 1576). Il passe dans le camp des adversaires de Philippe II, sans toutefois se mettre au service de Guillaume d'Orange.

Il joue un rôle dans l'adoption de l'Union de Bruxelles en janvier 1577, acte par lequel est ratifiée la pacification de Gand, .

Le , Boussu obtient sans avoir à donner l'assaut le départ de la garnison espagnole du château Vredenburg, faisant ainsi passer la ville d'Utrecht dans le camp des États Généraux. Il prend ensuite le contrôle de Schoonhoven, de Muiden et de Weesp.

Après la défaite subie par l'armée des États généraux à Gembloux (31 janvier 1578) face aux troupes du gouverneur général don Juan d'Autriche et d'Alexandre Farnèse, il assure la protection de Bruxelles, puis le 1er août, met en échec une offensive espagnole en direction d'Anvers lors de la bataille de Rijmenam.

Il se retire à Anvers, où il décède le , quelques semaines après don Juan, mort le 1er octobre.

Les « maisons de Bossu » à HoornModifier

Son nom est associé à trois maisons datant du XVIIe siècle, appelées les Maisons de Bossu (en néerl. Bossuhuizen), situées dans la ville de Hoorn en Hollande-Septentrionale aux Pays-Bas. Elles présentent à leurs frontons une frise racontant l'histoire de la bataille perdue.

Notes et référencesModifier

  1. Le stathouder, littéralement « lieutenant », est le représentant du souverain dans la province.

Liens externesModifier