Mavroudís Vorídis

homme politique grec

Mavroudís Vorídis
Illustration.
Mavroudís Vorídis en 2017.
Fonctions
Ministre grec de l'Intérieur
En fonction depuis le
(1 mois et 23 jours)
Premier ministre Kyriákos Mitsotákis
Gouvernement Kyriákos Mitsotákis
Prédécesseur Tákis Theodorikákos
Ministre du Développement rural et de l'Alimentation

(1 an, 5 mois et 27 jours)
Premier ministre Kyriákos Mitsotákis
Gouvernement Kyriákos Mitsotákis
Prédécesseur Stávros Arachovítis
Successeur Spílios Livanós
Ministre de la Santé

(7 mois et 18 jours)
Premier ministre Antónis Samarás
Gouvernement Samarás
Prédécesseur Spyrídon-Ádonis Georgiádis
Successeur Panayótis Kouroumplís
Ministre des Infrastructures, des Transports et des Réseaux

(6 mois et 6 jours)
Premier ministre Loukás Papadímos
Gouvernement Papadímos
Prédécesseur Yánnis Ragoússis
Successeur Símos Simópoulos
Biographie
Nom de naissance Mavroudís Chrístou Vorídis
Date de naissance
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Nationalité Grec
Parti politique EPEN (1984-94)
EM (el) (1994-2005)
LAOS (2005-12)
ND (depuis 2012)

Mavroudís Vorídis
Ministres de l'Agriculture de Grèce
Ministres de la Santé de Grèce

Mavroudís Vorídis, dit Mákis Vorídis (en grec moderneΜαυρουδής Βορίδης ou Μάκης Βορίδης), né en à Athènes, est un homme politique grec membre d'Alerte populaire orthodoxe (LAOS) puis de Nouvelle Démocratie (ND).

BiographieModifier

Initialement membre de l'Union politique nationale (EPEN), il fonde en 1994 le Front hellénique (el) (EM), puis rejoint en 2005 l'Alerte populaire orthodoxe (LAOS), tous ces partis se situant à l'extrême droite du spectre politique grec. Proche de l’extrême droite française, il a pour témoin lors de son mariage Carl Lang, tandis que Jean-Marie Le Pen est l’invité d’honneur[1].

Durant ses études universitaires, il se fait surnommer la Hache, en référence à l’arme avec laquelle il menaçait les étudiants communistes[2].

Lors des élections législatives anticipées du 19 septembre 2007, il est élu député de l'Attique au Parlement. À partir des élections législatives du 7 juillet 2019, il représente la circonscription de l'Attique orientale.

Il devient ministre des Infrastructures, des Transports et des Réseaux dans le gouvernement d'union nationale de Loukás Papadímos le , étant la première personnalité d'extrême droite à siéger au sein de l'exécutif grec depuis la chute de la dictature des colonels. Quand LAOS décide de se retirer de la coalition au pouvoir en , il quitte le parti et adhère à la Nouvelle Démocratie (ND), conservant ainsi ses fonctions ministérielles.

Il est ensuite ministre de la Santé entre le et le dans le gouvernement de coalition d'Antónis Samarás. Le , le nouveau Premier ministre Kyriákos Mitsotákis le choisit comme ministre du Développement rural et de l'Alimentation. Il est ensuite nommé ministre de l'Intérieur en janvier 2021[3].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier