Maurice Bourdet

journaliste radiophonique et résistant, mort en déportation

Maurice Bourdet, né à Marseille le et mort à Brême (Allemagne) le , fut un pionnier de la presse radiodiffusée et un militant de la Résistance française.

Maurice Bourdet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
BrêmeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Archives conservées par

BiographieModifier

Avant-guerre, Bourdet est rédacteur en chef du Journal parlé du Poste Parisien. Pendant l'Occupation, il refuse de mettre sa popularité et son talent au service de la Collaboration.

Sa maison de Versailles devient un lieu de réunions de résistants. À la demande de Robert Guédon, Bourdet, aidé de Jacques Dhont, François de La Noë et Jacques Lecompte-Boinet, prépare de futures émissions radiophoniques clandestines, Paul Dussauze ayant conçu un émetteur clandestin en principe capable de déjouer la goniométrie ennemie.

Maurice Bourdet échappe au coup de filet qui coiffe Combat Zone Nord. Ayant poursuivi ses activités de résistant, il est arrêté et emprisonné à Compiègne où il rencontre un homonyme, Claude Bourdet.

Déporté en Allemagne le , Maurice Bourdet meurt au camp du chantier naval de Bremen-Farge, kommando du KL Neuengamme.

Une rue porte son nom dans le 16e arrondissement de Paris et dans le 1er arrondissement de Marseille.

PhilatélieModifier

Un timbre français à 30 centimes gris a été gravé à son nom en 1962. Il porte le n° YT 1329[1].

BibliographieModifier

  • Claude Bourdet, L'Aventure incertaine, Stock, 1975
  • Henri Frenay, La nuit finira, Laffont, 1973
  • Marie Granet et Henri Michel, Combat, histoire d'un mouvement de Résistance, PUF, 1957
  • Guillain de Bénouville, Le Sacrifice du matin, La Palatine, 1945

ArchivesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Catalogue Yvert et Tellier, Tome 1