Ouvrir le menu principal

Maureen Connolly

joueuse de tennis américaine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Connolly.

Maureen Connolly
(épouse Brinker)
Image illustrative de l’article Maureen Connolly
Maureen Connolly en 1953
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
San Diego
Décès (à 34 ans)
Dallas
Taille 1,61 m (5 3)
Prise de raquette Droitière, revers à une main
Entraîneur Harry Hopman
Hall of Fame Membre depuis 1969
Palmarès
En simple
Meilleur classement N°1 (1952)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) V (2) V (3) V (3)
Double V (1) V (1) F (2) F (1)
Mixte F (1) V (1)

Maureen Catherine Connolly épouse Brinker (née le 17 septembre 1934 à San Diego, Californie – morte le 21 juin 1969 à Dallas, Texas) est une joueuse de tennis américaine, dont la carrière s'étend de 1949 à 1954.

Elle a remporté un total de douze titres du Grand Chelem, dont neuf en simple dames, deux en double, et deux en double mixte.

Véritable prodige du tennis, celle que les américains surnomment « Little Mo » s'impose à l'US Open 1951, âgée de seulement seize ans. Elle possède la particularité de n'avoir jamais perdu les finales qu'elle a disputées en Grand Chelem en simple dames.

Victorieuse de Wimbledon et de l'US Open en 1952, Connolly s'empare du titre à l'Open d'Australie et à Roland-Garros l'année suivante, devenant la première joueuse à réaliser un Grand Chelem à cheval sur deux saisons. En conservant ses titres à Paris et aux Etats-Unis, elle devient surtout la première tenniswoman à accomplir le Grand Chelem calendaire, une performance qui sera égalée par Margaret Smith Court en 1970, puis par Steffi Graf en 1988[1]. Elle sera désignée N°1 mondiale à l'issue de cette saison. Connolly est de fait la première joueuse de l'histoire à avoir remporté six titres du Grand Chelem consécutivement, avant Smith Court et Martina Navrátilová.

Victime d'un accident d'équitation, elle interrompt subitement sa carrière en 1954, et décède en 1969, à l'âge de trente-quatre ans. Elle fait son entrée au International Tennis Hall of Fame cette même année.

Sommaire

BiographieModifier

Enfant sportive, Maureen Connolly se passionne pour l'équitation. Comme sa mère n'a pas les moyens de lui payer ses leçons, elle se tourne très vite vers le tennis.

Gauchère contrariée, elle est dotée d'une force naturelle et d'une précision inouïes pour l'époque, elle révèle vite ses talents : dès 1949, à quatorze ans, elle remporte cinquante-six matchs consécutifs.

  • 1949 et 1950 : elle est championne junior des États-Unis (moins de dix-huit ans) à la fois en simple et en double.
  • 1953 : elle prend un nouvel entraîneur, Harry Hopman. Après avoir décroché les Internationaux d'Australie, elle réalise le premier Grand Chelem féminin de l'histoire du tennis alors qu'elle n'a pas encore 19 ans. Son bilan pour cette année est simplement phénoménal. Elle remporte 12 tournois, 61 matchs gagnés pour seulement deux défaites (battue par Doris Hart à Rome en finale et Shirley Fry Irvin au Pacific Southwest à Los Angeles en demi-finale).
  • 1954 : elle remporte encore Roland-Garros et Wimbledon. Le 20 juillet, deux semaines seulement après son troisième titre londonien, un camion la renverse tandis qu'elle se promène à cheval. Sa jambe abîmée, elle se voit obligée de mettre un terme à sa brillante carrière : elle n'a pas vingt ans.

Elle se marie en 1955, a deux enfants. À Dallas, elle ouvre la Maureen Connolly Brinker Foundation, afin de promouvoir le tennis auprès des jeunes. On lui diagnostique un cancer de l'ovaire en 1966. Elle décède trois ans plus tard.

Palmarès (partiel)Modifier

En simple damesModifier

En double damesModifier

En double mixteModifier

Parcours en Grand Chelem (partiel)Modifier

Si l’expression « Grand Chelem » désigne classiquement les quatre tournois les plus importants de l’histoire du tennis, elle n'est utilisée pour la première fois qu'en 1933, et n'acquiert la plénitude de son sens que peu à peu à partir des années 1950.

Voir aussiModifier

NavigationModifier

RéférencesModifier

  1. « International Tennis Hall of Fame », sur www.tennisfame.com (consulté le 13 avril 2019)