Manchester-by-the-Sea

établissement humain du comté d'Essex, Massachusetts, États-Unis

Manchester-by-the-Sea, simplement nommée Manchester jusqu'au , est une ville des États-Unis, dans le comté d'Essex, Massachusetts, fondée en 1629.

Manchester-by-the-Sea
Image dans Infobox.
Géographie
Pays
État
Comté
Partie de
Massachusetts House of Representatives' 4th Essex district (en), Massachusetts Senate's First Essex and Middlesex district (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
47,3 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
9 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Manchester-by-the-Sea ma highlight.png
Démographie
Population
5 136 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
108,6 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Town de Nouvelle-Angleterre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Identifiants
Code postal
01944Voir et modifier les données sur Wikidata
GNIS
Site web

GéographieModifier

Manchester-by-the-Sea s'étend aujourd'hui sur 47,3 km2, dont 23,2 km2 de surface en eau (49,10 % de la surface totale).

Au dernier recensement de 2000, la ville comptait 5 228 personnes, 2 168 foyers et 1 435 familles. La densité de population est de 217,3 personnes/km2.

HistoireModifier

Pourvue d'une rade parfaitement exposée, la ville de Manchester s'est d'abord développée comme port de pêche.

Aux alentours de 1850, elle est devenue une véritable station balnéaire de la haute société de Boston, qui y a construit de très nombreux summer cottages au style architectural caractéristique, connu sous le nom de Queen Ann Style, dans sa variante Shingle style. C'est à peu près à cette époque aussi que, pour la distinguer d'autres villes du même nom en Nouvelle-Angleterre, les habitants ont pris l'habitude de parler de Manchester-by-the-Sea, suivant en cela l'exemple de la dénomination retenue pour le réseau ferré.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la villeModifier

Films tournés à Manchester-by-the-SeaModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mark Seal, « La femme du monstre », Vanity Fair n°82, septembre 2020, p. 82-89.

Liens externesModifier