Ouvrir le menu principal

Matthias Bernegger

linguiste allemand
Matthias Bernegger
Matthias Bernegger (1582-1640).jpg
Matthias Bernegger (Chapitre de Saint-Thomas)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Université de Strasbourg
Université de Strasbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Matthias[1] Bernegger, né le à Hallstatt (Salzkammergut) et mort le à Strasbourg[2], est un mathématicien, astronome, philologue et historien d'origine autrichienne qui fut professeur d'éloquence et d'histoire à l'université de Strasbourg, également chanoine du chapitre de Saint-Thomas. Auteur de nombreux ouvrages, il a fortement marqué l'enseignement strasbourgeois au XVIIe siècle et occupé une place de premier plan parmi l'avant-garde de la Modernité en Europe[2].

BiographieModifier

Formé au gymnase de Wels (Haute-Autriche), il quitte son pays pour fuir la Contre-Réforme menée par les Habsbourg[2] et en 1599 il reprend ses études à Strasbourg.

Il entretient une correspondance assidue avec le juriste Hugo Grotius, le mathématicien Wilhelm Schickard et l'astronome Johannes Kepler[3]. En collaboration avec ce dernier, il traduit et édite les œuvres de Galilée[4], leur permettant ainsi d'échapper à la destruction par l'Inquisition[2].

En 1636, il est victime d'une attaque qui le laisse paralysé jusqu'à la fin de ses jours[2].

Matthias Bernegger est le père de Jean-Gaspard Bernegger, diplomate, juriste et archiviste à Strasbourg[5], et le beau-père du philologue et historien Jean Freinsheim[3].

Publications (sélection)Modifier

 
Frontispice du Manuale Mathematicum

CorrespondanceModifier

HommagesModifier

Une rue de Strasbourg, dans le quartier des XIV, porte son nom[6].

Notes et référencesModifier

  1. ou Mathieu
  2. a b c d et e Marcel Thomann, Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, t. 3, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, , 185 p. (ISBN 978-2-85759-015-6), p. 185.
  3. a et b Nicolas-Toussaint des Essarts, Dictionnaire historique, critique et bibliographique : contenant les vies des hommes illustres, célèbres ou fameux des tous les pays et de tous les siècles, suivi d'un dictionnaire abrégé des mythologies et d'un tableau chronologique, t. 3, Paris, Ménard et Desenne, , p. 447.
  4. (la) Systema cosmicum, autore Galilaeo Galilaei lynceo, Academiae Pisanae mathematico extraordinario,...in quo quatuor dialogis, De duobus maximis mundi systematibus, Ptolemaico & Copernicano, utriusque rationibus philosophicis ac naturalibus indefinitè propositis, differitur. Ex italica lingua latine conversum, accessit appendix gemina, qua SS. Scripturae dicta cum terrae mobilitate conciliantur... [1]
  5. Maurice Moszberger (dir.), Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Le Verger, Barr, 2012 (nouvelle éd. révisée), p. 455 (ISBN 9782845741393)
  6. Moszberger, op. cit., p. 219.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (de) Carl Bünger, Matthias Bernegger : ein Bild aus dem geistigen Leben Strassburgs zur Zeit des dreissigjähhrigen Krieges, Strasbourg, Trübner J., , 401 p.
  • François Joseph Fuchs, « Matthias Bernegger und die Anfaenge der Universitaet Strassburg », in Friedrich Seck (et al.), Zum 400. Geburtstag von Wilhelm Schickard, J. Thorbecke, Sigmaringen, 1995 (ISBN 3-7995-3235-8)
  • Stéphane Garcia, « Bernegger Mathias (1582-1640) », in Colette Nativel (dir.), Centuriae latinae. Cent une figures humanistes de la Renaissance aux Lumières : à la mémoire de Marie-Madeleine de La Garanderie, vol. 2, Droz, Genève, 2006, p. 81-86
  • (de) Alexander Reifferscheid (dir.), Quellen zur Geschichte des geistigen Lebens in Deutschland waehrend des siebzehnten Jahrhunderts : nach Handschriften herausgegeben und erlaeutert. I., Briefe G.M. Lingelsheims, M. Berneggers und ihrer Freunde, Heilbronn, 1889
  • Louis Schlaefli, « À propos d'un ouvrage offert au Strasbourgeois Mathias Bernegger, 1582-1640, par ses élèves en 1610 », in Annuaire – Société des Amis du Vieux Strasbourg, 2011, no 36, p. 13-16
  • Marcel Thomann, Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, t. 3, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, , 1463-1606 p. (ISBN 978-2-85759-015-6).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :