Ouvrir le menu principal

Marion Mazauric

éditrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mazauric.
Marion Mazauric
Marion Mazauric.jpg
Marion Mazauric en 2017.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Marion Janie MazauricVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mère
Annette Gallot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parrain
Distinction

Marion Mazauric est une éditrice française née le à Maisons-Laffitte.

Elle est la fondatrice et dirigeante des éditions Au diable vauvert.

BiographieModifier

Marion Janie Mazauric naît en 1960 à Maisons-Laffitte, dans les Yvelines[1]. D'une famille originaire du département du Gard[2], elle est issue d'un milieu intellectuel : ses parents, Annette et Claude Mazauric, enseignants, sont communistes[3],[4]. Son parrain est l'historien Albert Soboul.

ÉtudesModifier

Dans les années 1970, elle est lycéenne au Lycée Corneille de Rouen ainsi qu'en internat à Nîmes[5]. Elle suit ensuite les classes préparatoires littéraires (hypokhâgne et khâgne), puis passe un Deug de lettres classiques et une maîtrise de lettres modernes.

Elle poursuit ses études ; pour les financer, elle obtient plusieurs « petits jobs », notamment à la BNF[5]. Surnommée par ses camarades « la Tigresse rouge »[5], elle obtient un DESS d'édition[3],[4] (cette information est à vérifier). À cette époque, où elle a pour ami Michel Apel-Muller, elle crée à la faculté une première manifestation littéraires, les Trois jours du livre marxiste[5].

Carrière dans l'éditionModifier

Marion Mazauric débute dans le monde de l'édition littéraire chez Actes Sud à Arles. Elle y effectue un stage tout en entraînant des chevaux à l'hippodrome de Nîmes. Elle travaille ensuite pour les Éditions Jeanne Laffitte à Marseille[6]. Mazauric entre aux éditions J'ai lu en 1987, elle devient directrice littéraire et membre du comité de direction en 1996[3],[6]. En 1998, elle crée la collection Nouvelle génération pour l'éditeur parisien[7]. En 2000, Marion Mazauric quitte Paris pour retrouver sa famille et fonder la maison Au diable vauvert, établie à Vauvert dans le Gard[8]. Elle y tient également une résidence d'écrivains[9]. Son but est de trancher dans le monde du livre français, qu’elle juge trop centré sur Paris[10].

En 2004, elle crée, avec Simon Casas, le prix Hemingway, attribué à une nouvelle dont l'action se déroule dans l'univers de la tauromachie[1],[2].

Vie personnelleModifier

Marion Mazauric et son mari, Marc Reynaud, picador, se passionnent pour la culture taurine[11]. Cavalière, elle possède plusieurs chevaux de race portugaise et intervient dans les arènes en tant qu'alguazil durant les corridas[2].

Elle apprécie le rock, la musique sacrée, et les peintres tels que Matisse et Picasso[4].

Elle vit à Franquevaux, près de Beauvoisin[12].

EngagementsModifier

Jeune, elle milite à l'Union des étudiants communistes (UEC)[5]. Elle défend l'anticapitalisme et l'écologie[4].

À l'élection présidentielle de 1981, elle vote en faveur de Georges Marchais au premier tour, mais refuse de soutenir François Mitterrand au second[13]. En 2002, elle soutient Robert Hue[14], puis, lors des législatives de 2012, Katy Guyot — dans la 2e circonscription du Gard[15] — et, lors des élections municipales de 2014 à Nîmes, Éric Firoud[16].

Elle est candidate à l'élection régionale de 2015 en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées en 22e position[17] sur la liste gardoise du Nouveau monde[18].

En octobre 2019, elle signe avec 40 personnalités du monde du spectacle et de la culture, parmi lesquelles Denis Podalydès, Pierre Arditi, l'ex-ministre de la Culture Françoise Nyssen ou le journaliste Patrick de Carolis, un appel contre l'interdiction de la corrida aux mineurs que la députée Aurore Bergé voulait introduire dans une proposition de loi sur le bien-être animal [19]

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Biographie de Marion Mazauric », France Inter
  2. a b et c Catherine Bézard, « La petite Camargue de Marion Mazauric », Marie Claire
  3. a b et c « Marion Mazauric : découvreuse de talents littéraires », France 5,
  4. a b c et d Luc Le Vaillant, « Editorera », Libération,
  5. a b c d et e https://books.google.fr/books?id=0ne6zt8gBO4C&pg=PT75&lpg=PT75&dq=Marion+claude+Mazauric&source=bl&ots=peyQfomdbv&sig=Xe9ndfUV2ofy4l59nsSswLkBM10&hl=fr&sa=X&ved=0CCUQ6AEwATgKahUKEwiKyNyMv_vIAhUBDRoKHfxnB_c#v=onepage&q=Marion%20claude%20Mazauric&f=false
  6. a et b Marianne Payot, « La nouvelle génération », L'Express,
  7. « Les Indiscrets - Culture », L'Express,
  8. Alain Beuve-Méry, « Marion Mazauric, la diablotine de l'édition », Le Monde,
  9. Catherine Bernard, « Au vert », Libération,
  10. Françoise Lazare, « Des éditeurs choisissent la province pour affirmer leur indépendance », Le Monde,
  11. Olivier Le Naire, « Editrices loin de Paris », L'Express,
  12. http://www.midilibre.fr/2013/03/14/il-ne-faut-pas-laisser-notre-territoire-au-racisme,659788.php
  13. [1]
  14. [2]
  15. « http://www.katyguyot.fr/pdf/SoutienCulture.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. http://nimesenavant-leblog.com/2014/02/21/en-attendant-la-presentation-de-la-liste-le-252-revivez-les-grands-moments-de-la-soiree-de-lancement-de-campagne-deric-firoud/]
  17. Tony Duret, « Régionales. Cette liste qui veut croire qu’un Nouveau Monde est possible », sur objectifgard.com, Objectif Gard,
  18. Coralie Mollaret, « Régionales. L’éditrice d’Au Diable Vauvert rejoint la liste EELV-Front de Gauche », sur objectifgard.com, Objectif Gard,
  19. « 40 personnalités lancent un appel pour ne pas interdire la corrida aux mineurs », sur France 3 Occitanie (consulté le 23 novembre 2019)
  20. Décret du 14 mai 2014 portant promotion et nomination
  21. https://www.lindependant.fr/2016/03/19/marion-mazauric-laureate-du-prix-feria-de-litterature-2016,2172562.php

AnnexesModifier