Ouvrir le menu principal

Marigny-Brizay

ancienne commune française du département de la Vienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marigny.

Marigny-Brizay
Marigny-Brizay
L'église Saint-Léger-la-Palu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Jaunay-Clan
Intercommunalité Grand Poitiers
Statut Commune déléguée
Maire délégué Joël Bizard
2017-2020
Code postal 86380
Code commune 86146
Démographie
Population 1 326 hab. (2014 en augmentation de 16.11 % par rapport à 2009)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 47″ nord, 0° 22′ 37″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 154 m
Superficie 20,81 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Jaunay-Marigny
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 15.svg
Marigny-Brizay

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 15.svg
Marigny-Brizay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Marigny-Brizay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Marigny-Brizay

Marigny-Brizay est une ancienne commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine, aujourd'hui intégrée à la commune nouvelle de Jaunay-Marigny.

GéographieModifier

C’est un village viticole.

LocalisationModifier

Marigny-Brizay est placée à 4 kilomètres à l'ouest de Beaumont et 5 kilomètres au sud-ouest de Colombiers.

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

ToponymieModifier

Le nom du bourg proviendrait de l’anthroponyme gallo-romain Marinius avec le suffixe latin de propriété -acum devenu -ec puis et signifiant domaine de[1].

HistoireModifier

Au début du XIXe siècle, sous l'Empire, les Igny-Marins (habitants de Marigny-Brizay) vivaient du travail agricole. Les terres labourables permettaient la culture du froment, du meteil - un mélange de blé et de seigle - du chanvre et de l'ail. Un millier de moutons parcouraient les pacages. Ils fournissaient à la population, laine et viande. Les coteaux étaient plantés de vigne. Le vin récolté était un blanc médiocre destiné à la distillation.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1989 Juin 1995 Jean-Claude Lemoine PS  
Juin 1995 Mars 2001 Jean-Claude Lemoine PS  
Mars 2001 Mars 2008 Jean-Claude Lemoine PS  
Mars 2008   Joël Bizard PS  

Instances judiciaires et administrativesModifier

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publicsModifier

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 326 habitants, en augmentation de 16,11 % par rapport à 2009 (Vienne : 1,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
511512455722664741752799803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8528868608368448751 0271 002996
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9911 043979875808723739817819
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7857587379151 0269691 0971 1421 326
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 54 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

ÉconomieModifier

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes[6], il n'y a plus que 22 exploitations agricoles en 2010 contre 34 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont légèrement augmenté et sont passées de 1 310 hectares en 2000 à 1 338 hectares en 2010[6]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[7].

47 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 14 % pour les oléagineux (tournesol), 13 % pour le fourrage et moins de 1 % reste en herbes. En 2000, 124 hectares (141 en 2010) étaient consacrés à la vigne sur 18 exploitations viticoles en 2000 et 9 en 2010[6].

Bénéficiant de l'appellation d'origine contrôlée Haut-Poitou, les crus de Marigny-Brizay sont réputés.

Les élevages de chèvres, de bovins et de volailles ont disparu au cours de cette décennie[6].

La disparition de l'élevage des caprins est révélatrice de l’évolution qu’a connu, en région Poitou-Charente, cet élevage au cours des deux dernières décennies: division par trois du nombre d’exploitations, augmentation des effectifs moyens par élevage (38 chèvres en 1988, 115 en 2000), division par 10 des chèvreries de 10 à 50 chèvres qui représentaient 50 % des troupeaux en 1988, et multiplication par 6 des élevages de plus de 200 chèvres qui regroupent, en 2000, 45 % du cheptel. Cette évolution des structures de production caprine a principalement pour origine la crise de surproduction laitière de 1990-1991 qui, en parallèle des mesures incitatives, a favorisé des départs d’éleveurs en préretraite et encouragé l’adaptation structurelle des élevages restant[8].

La disparition de l'élevage des ovins est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[9].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Château de la Tour-de-Signy dont la porte est inscrite comme monument historique depuis 1943
  • Château de la Valette dont le décor intérieur et le salon sont inscrits comme monument historique depuis 1994
  • Château de Montfaucon est inscrit comme monument historique depuis 2001 pour le souterrain, la maison forte, le site archéologique, la tourelle, la tour, les latrines, l'escalier, les communs, la cheminée et l'enceinte.
  • Église Saint-Léger-la-Palu de Marigny-Brizay est inscrite comme monument historique depuis 1935.
  • Manoir de la Mailleterie dont la tour, l'élévation, la toiture sont inscrits comme monument historique depuis 1935.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles de WikipédiaModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste – Enquête Structure 2007
  8. Agreste – Bulletin n°11 de Décembre 2005
  9. Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013