Marie-Andrée Gill

poétesse canadienne

Marie-Andrée Gill est une poétesse innue et québécoise née en 1986 dans la communauté de Mashteuiatsh, dans la région du Saguenay, au Québec[1].

Marie-Andrée Gill
Image dans Infobox.
Gill en 2013
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités

BiographieModifier

Née en 1986, Marie-Andrée Gill est une poète innue originaire de la Mashteuiatsh. Bercée par les vagues du Lac-Saint-Jean jusqu’à l’âge de 22 ans, elle s’intéresse d’abord à la poésie par amour. Elle fait alors la découverte de Gaston Miron et de plusieurs autres auteurs québécois qui influenceront sa plume. Son premier recueil de poésie, Béante, est d’abord un projet personnel réalisé à compte d’auteur avec une reliure artisanale, avant d’être publié chez La Peuplade en 2012 et réédité en 2015.

Ce premier recueil lui vaut, en 2013, le Prix Poésie des Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de même qu’une nomination au Prix de poésie du Gouverneur Général la même année. Son deuxième recueil, Frayer (La Peuplade 2015), raconte sa jeunesse à Mashteuiatsh et remporte lui aussi le Prix Poésie des Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean (2016)[2]. À propos de Frayer, finaliste au Prix Émile-Nelligan en 2015, la poète Louise Dupré, membre du jury a écrit : "Marie-Andrée Gill fait entendre une voix d'une grande singularité, qui interroge sa généalogie et affronte les obstacles en cherchant à les assumer. Attentif aux contradictions du désir, ce livre témoigne d'une présence intense, en tension entre le personnel et le collectif, le réalisme et le rêve, le prosaïsme et l'invention poétique, la fragilité et la révolte, la douceur et l'insolence, le passé et l'avenir, l'espoir et le non-espoir. Frayer pose des questions très justes sur le monde dont on a hérité[3]."

Marie-Andrée Gill utilise la poésie à la fois comme un acte politique et de gratitude face au monde, ses défis et sa beauté. Sa démarche change et évolue dans le temps, mais demeure une recherche identitaire, un travail intense sur la métaphore et les images. Elle désire avant tout partager ses mouvances intérieures[4]. Son écriture décomplexée côtoie l’intime et la relation aux éléments comme guérison, alliant les identités québécoises et ilnues[5].

Marie-Andrée Gill est animatrice de balados décolonisants (Laisser nous raconter : l’histoire crochie, Les mots de Joséphine ). Elle est aussi collaboratrice à l’émission de radio Plus on est de fous plus on lit. Elle est présentement étudiante au doctorat en lettres à l’Université du Québec à Chicoutimi et a terminé un mémoire de maitrise portant sur la décolonisation par l’écriture de l’intime. Elle participe à la vie littéraire sous toutes ses formes (scénarios, revues, événements, conférences, prestations, fanzines, échanges internationaux). Elle a également publié dans de nombreux collectifs québécois, autochtones et internationaux. De plus, elle organise des résidences d’écriture dans la toundra, sur le site ancestral du Mushuau-nipi[6].

ŒuvresModifier

Livres de poésieModifier

Zines / micro-éditionModifier

  • Motel TV couleur, avec Max-Antoine Guérin, compte d’auteur, 2014, s.p.
  • Les Daltons, illustrations de Laurence Lemieux, Lapin lièvre, no. 4, 2014, s.p.
  • Au village, illustrations de Julie Vanessa Tremblay, Alma, Éditions OQP, coll. « Immersion », 2017, s.p. (ISBN 9782924589120)[15]

Revues, collectifs, anthologies et autresModifier

  • [Poème], Québec français, no. 162, dossier « Littérature amérindienne », été 2011. p. 20.
  • « Moi aussi », Poème sale, juin 2013, en ligne[16].
  • « Uapukun », Hopala! La Bretagne au monde, no. 43, dossier « Premières nations du Québec », 2013, p. 39-41.
  • « Une vingt-quatre à taire », Poème sale, novembre 2013, en ligne[17].
  • « Magaziner des princesses », Exit, revue de poésie, no. 77, 2014, p. 62-63.
  • « Ilnu / Ilnu », Languages of Our Land : Indigenous Poems and Stories from Québec / Langues de notre terre : Poèmes et récits autochtones du Québec, sous la direction de Susan Ouriou, Banff Center Press, 2014, p. 63-68.
  • « Ton corps est un braconnage », Art Le Sabord, no. 100, mars 2015, p. 36-38, en ligne.
  • « La Ronde », concours littéraire Damase-Potvin 2015.
  • « Jour et nuit les chiens », Art Le Sabord, no. 102, octobre 2015, p. 19-23; en ligne.
  • « Une nuit », Inter, art actuel, no. 122, dossier « Affirmation autochtone », 2016, p. 60.
  • « L’humain est une chose comme une autre : Si et seulement si alors de Nélanne Racine », Zone occupée, no. 11, 2016, p. 36-41.
  • « Les caribous électriques », avec Natasha Kanapé Fontaine, Zone occupée, no. 11, 2016, p. 42-45, en ligne[18].
  • « Femmes de personne », Estuaire, no. 165, été 2016, p. 41-48, en ligne.
  • « Le mot Amour », Les femmes rapaillées, sous la direction d’Isabelle Duval et de Ouanessa Younsi, Montréal, Mémoire d’encrier, 2016, p. 70-75. (ISBN 9782897123697)
  • Participation au numéro collectif « La revue comme action », Inter, art actuel, no. 124, automne 2016.
  • « Cordillère », avec Sébastien Dulude et Roseline Lambert, Cousins de personne, octobre 2016, en ligne.
  • « Sudbury nous a créés », Zone occupée, no. 12, 2016, p. 42-45, en ligne.
  • « Le désordre des autres », Le coeur-réflexe, Montréal, Possibles Éditions, 2017[19].
  • « Au village », Lettres québécoises, no. 167, automne 2017, p. 82-83.
  • « Lettre à l’hiver », Spirale, no 263, hiver 2018, p. 5.
  • « Tshin nin mak pupun » (avec Rita Mestokosho), dans Sara Dignard (dir.), Ce qui existe entre nous : dialogues poétiques, Montréal, les éditions du passage, 2018, p. 67-75. (ISBN 9782924397473)
  • [Poèmes], Ancrages, no 20, printemps 2019, en ligne.
  • « Marie-Andrée Gill dans l’univers de Roseline Lambert : la poésie, c’est comme faire du pain », Les libraires, no 112, avril-mai 2019, p. 26-28, en ligne.
  • « Archéologie de soi au présent et décolonisation : une démarche d’écriture », dans Luc Vaillancourt, Sandrine Tailleur et Émilie Urbain (dir.), Voix autochtones dans les écrits de la Nouvelle-France, Paris, Hermann, 2019, p. 45-52.  (coll. République des Lettres). (ISBN 9791037002167)
  • « Uatashku », dans Marie-Andrée Gill et collab., Oùrs, Montréal, Possibles Éditions, 2019, p. 38.
  • « Eukuan nin matshi-manitu innushkueu / Je suis une maudite Sauvagesse d’An Antane Kapesh », Nuit blanche, no 156, automne 2019, p. 10-11.
  • « Lâche du lousse », série de poèmes sur l’enseigne lumineuse de Dare-Dare, juillet à novembre 2020, en ligne.
  • [sans titre], dans Mark Lanctôt et François LeTourneux (dir.), La machine qui enseignait des airs aux oiseaux, Montréal, Musée d’art contemporain de Montréal, 2020. (ISBN 9782551265473 et ISBN 2551265479)
  • « La terre est notre mère », poème reproduit sur deux panneaux dans la ville de Saguenay avec traduction en innu et atikamekw, décembre 2020.
  • [Trois extraits de Chauffer le dehors], dans Vanessa Bell et Catherine Cormier-Larose (dir.), Anthologie de la poésie actuelle des femmes au Québec (2000-2020), Montréal, Éditions du Remue-Ménage, 2021, p. 112-115. (ISBN 9782890917347 et ISBN 2890917347)
  • « Nitassinan », Liberté, no 331, été 2021, p. 54-55.
  • « Éclaireuses 15 – Marie-Andrée Gill + Laurence Hervieux-Gosselin », Centre VU, 27 mai 2021, en ligne[20].
  • « Neka (récit innu) », Châtelaine, 2 juin 2021, en ligne.
  • « Dix jours sur écorce de bouleau », dans Michel Jean (dir.), Wapke, Montréal, Stanké, 2021 p. 9-19. (ISBN 9782760412798 et ISBN 2760412792)

Livres en traductionModifier

  • Between the Moments, Toronto, BookLand Press, coll. « Canadian Aboriginal Voices », 2014 [traduction de Béante par Jacques Lefebvre]. (ISBN 9781926956800)
  • Spawn, Toronto, Book*hug Press, 2020, 89 p. [traduction de Frayer par Kristen Renee Miller]. (ISBN 9781771665971)

Traduction en revues et collectifsModifier

  • « Ilnu », dans Susan Ouriou (dir.), Languages of Our Land: Indigenous Poems and Stories from Quebec / Langues de notre terre : poèmes et récits autochtones du Québec, Banff, Banff Centre Press, 2014, p. 69-74 [traduction par Christelle Morelli]. (ISBN 9781894773768)
  • « to lick the skin of the water with a tongue », Guernica, 26 juin 2017, en ligne [traduction par Kristen Renee Miller].
  • « From Frayer, by Marie-Andrée Gill », Tupelo Quarterly, 14 juin 2017, en ligne [traduction par Kristen Renee Miller].
  • « Six Poems from Frayer », The Offing, 27 juin 2017 [traduction par Kristen Renee Miller].
  • « Four Poems from Frayer », Kenyon Review, vol. 41, no 2, mars-avril 2019, p. 74 [traduction par Kristen Renee Miller], également en ligne.
  • « Marie-Andrée Gill: Poems in Translation from Spawn », The Common, 8 janvier 2020, en ligne [traduction par Kristen Renee Miller], en ligne.

Mémoire de maîtriseModifier

Filmographie, radio et baladosModifier

  • Too much, Mashteuiatsh, Wapikoni, 2006, 09:46[21].
  • Laissez-nous raconter : l’histoire crochie, Animatrice du balado Terre Innue, Sur l’application Ohdio de Radio Canada, 2020[22].
  • Participante au documentaire primé Je m’appelle humain de Kim O’Bomsawin, 2020[23].
  • L’odyssée des Bâtisseurs, Film 360 ° de L’Odyssée des Bâtisseurs d’Alma, Co-scénariste et narratrice, 2021[24].
  • Bleuet, en développement, long-métrage, co-scénariste avec Mélanie Charbonneau.
  • Plus on est de fous, plus on lit, Collaboratrice à l’émission Radio-Canada, 2020-2021[25].
  • Les mots de Joséphine, Réalisatrice et co-animatrice des balados Terre Innue, SOCAM et radio CKAU, 2021[26].

Prix et honneursModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Marie-Andrée Gill », sur lapeuplade.com (consulté le )
  2. « Marie-Andrée Gill », sur Kwahiatonhk! (consulté le )
  3. « Finaliste Prix Émile-Nelligan », sur Fondation Nelligan (consulté le )
  4. « Marie-Andrée Gill », sur Kwahiatonhk! (consulté le )
  5. « Marie-Andrée Gill Autrice | Agence Artistique Claude Girard - Agent », sur Agence Claude Girard | Cinéma Littérature Télévision Nouveaux médias (consulté le )
  6. « Marie-Andrée Gill Autrice | Agence Artistique Claude Girard - Agent », sur Agence Claude Girard | Cinéma Littérature Télévision Nouveaux médias (consulté le )
  7. « Hugo Beauchemin Lachapelle – Béante – Marie-Andrée Gill », POÈME SALE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Marie-andrée Gill Peuplade, « Béante », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  9. « Frayer », sur ledevoir.com, (consulté le ).
  10. « « Frayer » de Marie-Andrée Gill », sur La Fabrique culturelle (consulté le )
  11. « « Frayer » : une poésie des possibles », sur Les Méconnus, (consulté le )
  12. « La poésie de la ouananiche », sur Le fil rouge, (consulté le )
  13. Chantal Guy, « Chauffer le dehors et Portages: poésie », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Chauffer le dehors , de Marie-Andrée Gill : se réapproprier le territoire et la guérison par l'amour et la poésie », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )
  15. Marie-Andrée Gill, « Au village », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 167,‎ , p. 82–83 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  16. « Poésie – Marie-Andrée Gill », sur POÈME SALE, (consulté le )
  17. « Poésie – Marie-Andrée Gill », sur POÈME SALE, (consulté le )
  18. « LES CARIBOUS ÉLECTRIQUES / Marie-Andrée Gill et Natasha Kanapé Fontaine », sur Zone Occupée (consulté le )
  19. « Le Coeur-Réflexe », sur POSSIBLES EDITIONS (consulté le )
  20. « Éclaireuses 15 —Marie-Andrée Gill + Laurence Hervieux-Gosselin », sur VU, (consulté le )
  21. « Too much | Wapikoni mobile », sur www.wapikoni.ca (consulté le )
  22. « Laissez-nous raconter : L’histoire crochie », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )
  23. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Le trésor d’ICI Tou.tv :  Je m’appelle humain , de Kim O’Bomsawin », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  24. « Odyssée des Bâtisseurs: un tout nouveau film 360 degrés en préparation », sur Le Quotidien, (consulté le )
  25. « Plus on est de fous, plus on lit! », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )
  26. « TIPATSHIMUN : L’HISTOIRE ORALE À L’ÈRE NUMÉRIQUE - Une nouvelle série de balados disponible dès le 18 janvier 2021 », sur CTVM.info, (consulté le )
  27. « Prix littéraires du Gouverneur général : les finalistes dévoilés », sur La Presse, (consulté le )
  28. « Prix littéraire Poésie 2013 | Marie-Andrée Gill », sur La Fabrique culturelle (consulté le )
  29. Isabelle Beaulieu, « Le prix littéraire Damase-Potvin récompense Marie-Andrée Gill », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  30. [https://www.fondation-nelligan.org/MAndreeGillBio.html « Marie-Andr�e Gill finaliste du prix �mile-Nelligan 2015 »], sur www.fondation-nelligan.org (consulté le )
  31. Alexandra Mignault, « Les lauréats 2016 du Salon du livre du Saguenay », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  32. « Un hommage unique aux poètes du monde », sur L'Hebdo Journal, (consulté le )
  33. Isabelle Beaulieu, « Les prix Voix autochtones : les lauréates », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  34. Les libraires, « Les lauréats des Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean 2019 dévoilés », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  35. « Les finalistes du prix Émile-Nelligan », sur www.fondation-nelligan.org (consulté le )
  36. Isabelle Beaulieu, « Les finalistes des prix Voix autochtones 2020 », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  37. https://www.lequotidien.com/arts/marie-andree-gill-artiste-de-lannee-dans-la-region-64b15f9abce41a7dd1012c06bc6457d8
  38. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Un balado de Radio-Canada remporte un prix au Paris Podcast Festival », sur Radio-Canada.ca (consulté le )

Liens externesModifier