Maria Wirtemberska

princesse polonaise

Maria Anna Wirtemberska née Czartoryska le à Varsovie et morte le à Paris, est une écrivaine, salonnière, philanthrope et princesse polonaise de la famille Czartoryski.

Maria Wirtemberska
Image dans Infobox.
Titres de noblesse
princesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Maria Wirtemberska
Nationalité
polonaise
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfant
Adam von Württemberg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
POL COA Czartoryski.svg
blason
Œuvres principales
Malvina, ou l'instinct du cœur
signature de Maria Wirtemberska
signature

BiographieModifier

La princesse Maria Anna Czartoryska est le premier enfant d'Adam Kazimierz Czartoryski et d'Izabela Flemming et elle reçoit une éducation très soignée dans l'esprit du patriotisme polonais. La princesse a pour professeurs des célébrités des Lumières polonaises : le poète Franciszek Karpiński, le dessinateur Jean-Pierre Norblin et le mathématicien Simon L’Hullier[1].

 
Palais de Maria que ses parents ont fait construire pour elle en cadeau de mariage à Puławy

Le , à Siedlce, elle épouse le duc Louis-Frédéric de Wurtemberg, lié aux familles régnantes allemande et russe. De leur union naîtra Adam Karol Wilhelm de Wurtemberg (1792-1847). Le couple divorce en 1793, après la trahison du prince lors de la campagne de 1792 (en tant que commandant de l'armée lituanienne, il agit en faveur de la Prusse et de la Russie). La garde de son fils âgé alors de deux ans est retiré à Maria. Il est confié aux soins de son père qui l'élève dans une haine profonde de sa mère, de sa famille et de la Pologne.

Après la création du Duché de Varsovie par Napoléon, elle vient à la capitale où elle tient un salon et regroupe autour d’elle des écrivains sentimentalistes tels que Julian Ursyn Niemcewicz ou Jan Maksymilian Fredro, Ludwik Kropiński, Jan Paweł Woronicz, Józef Lipiński ou Feliks Bernatowicz[2]. Elle écrit des poèmes, des récits et des romans. Malvina, ou l'instinct du cœur est son œuvre le plus célèbre publié en 1816[3] et traduit en français en 1817 par Anna Nakwaska[4]. Sur la toile de fond d’insurrections paysannes et des guerres napoléoniennes, ce roman avec des thèmes autobiographiques évidentes, décrit toutes les vibrations de l’âme de son héroïne et suit l’évolution délicate de ses sentiments amoureux pour Lubomir. Il est reconnu comme le premier roman psychologique polonais.[5]

Maria Wirtemberska est également l’auteure d'Un voyage sentimental polonais, le premier « voyage du cœur » de la littérature polonaise.

Charmée par le village de Pilica, elle l'achète et y fait construire une église et un château. Elle organise des missions philanthropiques et éducatives auprès des paysans[6].

À la suite de l'insurrection de novembre 1830, elle emménage à , puis en Galicie, avant de rejoindre en 1837 Paris où elle réside auprès de son frère Adam Czartoryski à l'Hôtel Lambert.

Après sa mort, elle est inhumée dans le tombeau familial à Sieniawa.


AscendanceModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Marcin Rosołowski, « Nieszczęśliwe życie księżnej Marii », sur polskatimes.pl,
  2. Corinne Fournier Kiss, « Les premiers voyages au féminin en Pologne »
  3. Adam Gałkowski, « Femmes de talent, femmes d’action au temps de Maria Szymanowska », sur site de l'Académie Polonaise des Sciences à Paris -paris.pan.pl
  4. Maria Anna Czartoryska (trad. Anna Nakwaska), Malvina ou L'Instinct du coeur, Varsovie, Imprimerie de C. Ragoczy, (lire en ligne)
  5. Marek Adamiec, « Maria Wirtemberska »
  6. « Maria Wirtemberska »
  7. historia poszukaj

Liens externesModifier