Ouvrir le menu principal

La marche aux flambeaux ou retraite aux flambeaux est un défilé nocturne au cours duquel les participants tiennent à la main des torches ou des lanternes multicolores[1].

D'inspiration populaire, parfois à caractère patriotique, religieux ou militaire, ce regroupement peut prendre, dans ce dernier cas, la forme d'un défilé de troupes accompagné par des musiques militaires.
Ces manifestations festives se rencontrent dans de nombreux pays, comme la célèbre fête des lanternes en Chine lié au Nouvel an, ou la Ndocciata, célébrée dans la cité italienne d'Agnone la veille de Noël (ndocce signifie torches).

La marche ou retraite aux flambeaux est souvent associée à la veillée, ou vigile, généralement éclairée par des luminions, mais ces manifestations sont statiques.

Sommaire

Manifestation religieuseModifier

Dans le cadre de certaines dévotions religieuses, le culte peut comprendre des défilés nocturnes à la lueur de cierges ou de lampions accompagnés de chants. L'un des plus populaires est la procession mariale organisée dans la cité de Lourdes en France, qui prend la forme d'une retraite aux flambeaux à la tombée de la nuit[2].

Une manifestation semblable a lieu au sanctuaire de Fátima au Portugal depuis 1966, appelée procissão das vêlas, notamment célébrée la nuit du 12 au 13 mai, commémorant la première apparition mariale de Fátima en 1917.

Manifestation patriotiqueModifier

 
Une femme qui danse à la lumière des flambeaux à la veille d'un forum de la jeunesse à Dangbo, au Bénin. vu en 2009

En France, l'utilisation de retraites aux flambeaux dans le cadre de la fête nationale remonte à la IIIe République, et elle s'inscrit dans la volonté d'ancrer la célébration du 14 juillet dans le souvenir de la prise de la Bastille, rappelant les flambeaux que portaient les émeutiers. Cette réminiscence est aujourd'hui souvent assurée par un feu d'artifice et les lampions des bals populaires.

 
Une femme dansant lors d'une promenade aux flambeaux à la veille d'un forum de la jeunesse à Dangbo, au Bénin, vue en 2009

Manifestation extrémisteModifier

Ku Klux KlanModifier

Le Ku Klux Klan, fondé en 1866 dans l'État du Tennessee, pratiquaient dès ses débuts des rituels comme des marches au flambeau, avec des robes et cagoules blanches ornées de signes astrologiques[3]. Les marches au flambeaux continuent de se dérouler principalement lors du White Christian Heritage Festival à Pulaski[4].

NazisModifier

Le soir du , Goebbels improvise une marche aux flambeaux des SA dans les rues de Berlin pour faire une démonstration de force. Cette marche se déroule de 19 heures à minuit, à partir de la résidence d'Hindenburg à la Wilhelmstrasse, jusqu'à l'hôtel Kaiserhof où résidait Hitler[5].

Le , une marche aux flambeaux dans les rues se forme sur la place Hegel derrière l'université Humboldt avant de s'avancer le long de l'île aux Musées jusqu'à la maison des étudiants dans la rue Oranienburg, où un gigantesque autodafé est organisé.

Extrême droite ukrainienneModifier

Le , le parti d'extrême droite Svoboda organise une marche aux flambeaux pour célébrer le 105e anniversaire de Stepan Bandera. Pour cette occasion, des manifestant ont porté les uniformes de la division SS Galicie qui a collaboré et combattu avec les nazis[6].

Le , à l'appel des partis nationalistes secteur droit, Svoboda et du régiment Azov, une marche aux flambeaux a été organisé pour une manifestation pour commémorer la naissance de Stepan Bandera[7].

Efraim Zuroff, directeur du centre Simon Wiesenthal déclare à propos de cette marche, qu'elle sert « à cacher ou minimiser le rôle des collaborateurs nazis locaux dans les crimes de l'Holocauste ; promouvoir le bobard de l'équivalence entre les crimes des nazis et des communistes ; et glorifier les combattants anticommunistes, qui étaient des collaborateurs locaux nazis qui ont participé aux crimes de la Shoah[8]. »

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier