Marcel Francisci

Marcel Francisci, né le à Ciamannacce et mort le à Paris, est un homme d'affaires et un homme politique français. Ses activités professionnelles l'ont fait surnommer « l'Empereur des jeux ». Selon certaines sources, il est soupçonné d'avoir eu des liens avec le grand banditisme.

Il est conseiller général de la Corse-du-Sud (UDR) et adhérent présumé au Service d'action civique (SAC), le service d'ordre gaulliste. Il est le frère de Roland Francisci, de Xavier Francisci, et l'oncle de Marcel Francisci, maire de Ciamannacce et président de la fédération UMP devenue Les Républicains de Corse-du-Sud de 2003 à 2019.

À partir de 1971, il est mis en cause à plusieurs reprises par les autorités américaines et certains journalistes français pour son rôle supposé dans le trafic d'héroïne à destination des États-Unis.

Il est assassiné de plusieurs balles d'une arme de poing dans le parking de son immeuble, rue de la Faisanderie à Paris, le 16 janvier 1982.

BiographieModifier

Marcel Francisci est né le à Ciamannacce en Corse. Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage en juillet 1939 et se retrouve prisonnier en juin 1940. Il s'évade et rentre en Corse. En 1942, il débarque en Afrique du Nord avec les alliés. Il quitte l'armée le 19 septembre 1945. Il obtient la médaille militaire, la croix de guerre, la médaille des évadés, la croix du combattant volontaire de la Résistance[1].

Homme d'affairesModifier

Il crée, en 1946 à Tanger, une société d'import-export qui fonctionnera jusqu'en 1953. Ses activités sont parfois jugées peu claires et certaines informations font état de son implication dans le trafic des piastres et la contrebande de cigarettes. Il aurait entretenu des liens avec Jo Renucci, issu de la même région de Corse.

En 1956, il crée la S.A.R.L. Hygrotechnique pour l'étude d'économiseurs d'essence. Il est devenu entre-temps gérant de la société Baryfluor. En 1959, il oriente ses activités vers le domaine des jeux. Il prend le contrôle du casino de Maameltein au Liban en 1961. Il prend des participations dans des casinos espagnols, dans un cercle londonien, au Palais de la Méditerranée de Nice, au casino d'Hendaye. En novembre 1966, il achète à Lucien Barrière le Cercle Haussmann à Paris. Il en est le directeur des jeux jusqu'à sa mort en 1982. Les croupiers de ses casinos sont des Corses issus de son canton.

Implication supposée dans divers conflits entre malfaiteursModifier

Durant les années 1960, Francisci est soupçonné d'être impliqué dans plusieurs guerres des gangs. La première guerre présumée l'oppose à partir de 1963, à Jean-Baptiste Andréani, patron du Grand Cercle, pour le contrôle des cercles de jeux parisiens. En août 1963, ce dernier est grièvement blessé de plusieurs balles en sortant de son cercle de jeux. Plusieurs meurtres sont commis, les victimes étant tantôt des amis ou des employés de Marcel Francisci, tantôt des amis ou des employés de Jean-Baptiste Andréani.

La deuxième guerre présumée se déroule entre 1965 et 1967. Elle pourrait être liée à l'assassinat à Marseille de l'ancien commissaire Robert Blémant, ami de Francisci, le 4 mai 1965, à l'initiative d'Antoine Guérini, ami de Jean-Baptiste Andréani. Les hommes du clan Guérini soupçonnés d'avoir abattu Blémant sont assassinés l'un après l'autre. Le , Antoine Guérini est assassiné de onze balles par deux motards à une station service de Marseille. Son frère Barthélémy "Mémé" est arrêté peu après et condamné à vingt ans de prison pour complicité du meurtre d'un jeune cambrioleur venu lui restituer des bijoux volés. Le clan des Guérini est éliminé.

Marcel Francisci est lui-même visé par plusieurs attentats. Dans la nuit du 14 au 15 décembre 1967, un attentat est commis à son domicile de Bougival. L'engin est déposé devant le portail de la villa. La déflagration se produit avant que les deux hommes qui déposaient la charge aient eu le temps de se retirer. Ils sont tués sur le coup, déchiquetés par l'explosion. Il s'agit de deux Corses connus des services de police comme voleur et proxénète[2]; selon Marie-Christine Guérini, ils font partie de l'équipe de son oncle Antoine[3]. Le , à Ajaccio, alors qu'il sort d'une réunion électorale en faveur du candidat gaulliste aux législatives, Jean Bozzi, il est visé, ainsi que ses deux frères Roland et Xavier, sans être touché, par des rafales de tirs. Cet attentat fait un mort et six blessés. Quatre mois plus tard, les hommes qui tentèrent de tuer les Francisci étaient assassinés par des hommes déguisés en policiers dans un bar parisien[4],[réf. à confirmer].

Implication supposée dans le trafic d'héroïneModifier

En mai 1971, le nom de Marcel Francisci est mentionné dans le rapport de deux parlementaires américains Morgan F. Murphy et Robert H. Steele sur le problème de l'héroïne[5]. Le rapport de la Commission des Affaires Étrangères de la Chambre des Représentants, est explicite : « Over the past 10 years every narcotics case in Marseilles has involved one or more of four Corsican families : the Venturi brothers (...), Marcel Francisci, Antoine Guerini and Joseph Orsini ».

Cette implication présumée est reprise aux États-Unis et en France par différents auteurs et journalistes. Marcel Francisci dépose plusieurs plaintes en diffamation. Le magazine Time est reconnu coupable par le tribunal de Paris; cependant il n'est pas condamné, au bénéfice de la « bonne foi ». Par surcroît Francisci doit indemniser Time pour « procédure abusive ». L'hebdomadaire Politique Hebdo, qui l'avait nommé « le parrain français », n'est pas condamné. De même que James Sarazin, l'auteur du livre M... comme Milieu, où Marcel Francisci est abondamment cité. Le quotidien américain de Long Island Newsday qui, sur toute sa une l'avait baptisé « Mr Heroin », ne semble pas avoir fait l'objet de poursuites judiciaires[1]. Francisci abandonnera les poursuites qu'il avait engagées contre Le Monde, L'Humanité, L'Express et Historia, pour des articles où il était également mis en cause[6].

En 1973, l'hebdomadaire Le Point lui propose de réagir aux accusations de la Chambre des Représentants reprises par Time. Francisci se défend : « Que voulez-vous faire contre la rumeur ? Des sénateurs américains, qui ont enquêté sur la drogue vingt-quatre heures à Paris et quarante-huit heures à Marseille, m'accusent. Ce n'est pas sérieux[7] ».

Lors du procès contre le magazine Time, deux policiers français de haut rang sont cités. Lucien Aimé-Blanc, adjoint de François Le Mouël à l'Office central pour la répression du trafic Illicite de stupéfiants précise : « A l'heure actuelle nous n'avons aucun élément qui nous permette d'affirmer que M. Marcel Francisci fait le trafic d'héroïne (...) Il ne suffit pas de recueillir des noms, il faut accumuler des preuves ». Il refuse cependant d'apporter un témoignage de moralité à M. Francisci : il rappelle son « passé » et comment « quatre truands » qui s'étaient attaqués au conseiller général de la Corse ont péri ensuite de mort violente[8].

L'historien Alexandre Marchant explique que « les dossiers d’affaires des archives du BNDD dans les années 1960 (...) identifient nommément quatre organisations : celle de Dominique Venturi et de Marcel Francisci, visiblement derrière l’affaire Angelvin et de loin la plus importante, celle de Charles Marigniani, (...) celle de Joseph Patrizzi et Paul Mondoloni, et enfin celle des frères Aranci qui fut entièrement démantelée au début des années 1960[9] ».

Cependant l'hypothèse a été émise par certains policiers que les services américains, qui cherchaient à embarrasser le président Pompidou, auraient volontairement confondu le directeur du Cercle Haussmann avec un trafiquant notoire, M. Roc-Bonaventure Francisci, un pilote d'avion connu pour faire du cabotage dans le " Triangle d'or " asiatique de la drogue[10].

Quoiqu'il en soit, Marcel Francisci n'est jugé et condamné que pour trois délits mineurs : un défaut de port d'armes à Marseille en 1946, un autre en 1948 et une bagarre sur le champ de courses d'Auteuil en 1951 ayant entrainé une condamnation par défaut à huit jours de prison avec sursis[1].

Carrière politiqueModifier

En 1967, membre de l'UD-Ve République puis UDR (gaulliste), il est élu pour la première fois conseiller général du canton de Zicavo en Corse-du-Sud. Il sera réélu sans interruption jusqu'à sa mort. Il est conseiller régional de 1974 à 1976 et maire de Ciamannacce à partir de 1978. Il est jusqu'à sa mort deuxième vice-président du conseil général de la Corse-du-Sud.

AssassinatModifier

Il est assassiné de trois balles de pistolet automatique 11,43 dans le parking de l'immeuble où il résidait, rue de la Faisanderie à Paris, le [11]. Les auteurs et commanditaires de cet assassinat n'ont pas été identifiés.

Différentes hypothèses sont émises. L'assassinat pourrait être lié à la « guerre des jeux » qui opposa à partir de 1962 Marcel Francisci à Jean-Baptiste Andréani pour le contrôle du Grand Cercle. D'autres rumeurs mentionnent un conflit avec Gaétan Zampa, lié possiblement au fait que l'un de ses frères possède une boîte de nuit à Marseille, fief de Zampa. Certains évoquent un contentieux lié à un trafic de drogue. Une opposition avec les Zemmour est également mentionnée[10]. Aucune de ces pistes ne donnera de résultat.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Br. F., « Un " gros bonnet " », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Attentat au domicile d'un conseiller général de la Corse directeur d'un cercle de jeu Les deux porteurs de l'engin sont tués », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Marie-Christine Guérini, La saga Guérini, Paris, Flammarion - La manufacture de livres, , 442 p. (ISBN 978-2-35887-0931), p. 219
  4. The World: The Milieu of the Corsican Godfathers - TIME
  5. (en) Morgan F. Murphy et Robert H. Steele, The World Heroin Problem, Washington, , 47 p. (lire en ligne), p. 7
  6. F.C., « M. Marcel Francisci poursuit " Politique-Hebdo " en diffamation », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Pascal Ceaux et Eric Pelletier, « Jeux: ces cercles où rien ne va plus », L'Express,‎ (lire en ligne)
  8. Bruno Dethomas, « Une victime très attaquée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Alexandre Marchant, « La French Connection, entre mythes et réalités », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 2012/3 (N° 115),‎ (lire en ligne)
  10. a et b « Sans mobile apparent », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Upi, « Marcel Francisci Shot Dead; Tied to 'French Connection' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2017)

SourcesModifier

  • Jacques Follorou, Le retour de la mafia corse, dans Le Monde,
  • (en) The politics of heroin in southeast Asia, by Alfred W. McCoy. The Washington Monthly Company, 1972 (ISBN 0061319422)
  • Une Histoire du Milieu, de Jérôme Pierrat (Denoël, 2003)
  • Les Parrains corses, de Jacques Follorou et Vincent Nouzille (Fayard, 2004)
  • "Dossier D… comme Drogue" Alain Jaubert Éditions Alain Moreau 1973