Macaque japonais

espèce d'animaux

Macaca fuscata

Le Macaque japonais[1] (Macaca fuscata) est un singe catarhinien de la famille des cercopithécidés, largement réparti sur l'archipel du Japon. Exception faite de l'Homme, c'est le primate à l'habitat naturel le plus septentrional.

Description de l'espèceModifier

Le macaque japonais vit sur de nombreuses îles du Japon. C’est la plus septentrionale de toutes les espèces de macaques et même de primates, l’homme excepté. Il s’agit de la plus étudiée et de la mieux connue des espèces du genre. Le macaque du Japon s’est probablement différencié à partir des populations les plus orientales du macaque rhésus durant le pléistocène. Il a une longévité d'environ vingt ans.

MensurationsModifier

Le Macaque japonais atteint une taille de 79 à 95 cm, sans la queue, très courte mesurant à peine 10 cm pour un poids de 10 à 14 kg pour le mâle et de 8 à 10 kg pour la femelle.

Écologie et comportementModifier

Ce macaque est le plus nordique de tous les singes non humains du monde. Aidé de son épaisse fourrure ocre qui va du plus clair au plus foncé, il est très résistant au froid et à la neige, qui peut être abondante dans ses zones d’habitat.
Lorsque les températures chutent en dessous de −5 °C, les macaques japonais se réchauffent régulièrement dans les sources thermales (onsen) qui existent dans leur habitat. Ils sont célèbres dans la station de ski de Shiga Kogen.

Ces singes vivent en groupes de plusieurs mâles et plusieurs femelles pouvant aller de quelques individus à plus de cent. Les jeunes femelles ayant atteint la maturité sexuelle restent dans le groupe, alors que les jeunes mâles émigrent.

Sur un exemple précis (le lavage de patates douces), les scientifiques ont pu constater une transmission sociale progressive d’une découverte précise faite par un seul individu (une femelle nommée Imo)[2],[3].

NutritionModifier

Leur alimentation varie au fil des saisons, car ils doivent faire face à de très rudes hivers. Omnivore, mais surtout végétarien : feuilles, fruits, baies, fleurs, écorce, bourgeons, racines, insectes, araignées, petits invertébrés, œufs, champignons. Il peut même parfois, se régaler de petits mammifères ou même d'oiseaux, lorsque l'occasion se présente. Ils font des réserves de nourriture dans leurs abajoues comme certains rongeurs. Son habitat étant de plus en plus grignoté par les activités humaines, il se risque aussi quelquefois dans les champs ou les jardins des particuliers pour se nourrir.

ReproductionModifier

La saison des amours se situe en automne et les naissances s’étalent d’avril à juillet avec une pointe en mai, après une gestation de cinq à six mois. Sous l'effet de leurs hormones sexuelles, les vaisseaux sanguins se dilatent et leur face ainsi que leur postérieur deviennent rouge. Les mâles comme les femelles s'accouplent avec un maximum d'individus. Les femelles ont ainsi de très fortes chances d'avoir un petit durant la saison. Les bébés macaques dépendent de leur mère pendant plus d'un an.

Organisation socialeModifier

Toilettage entre macaques japonais dans le parc aux singes de Jigokudani. Novembre 2018.

Leur structure sociale repose entièrement sur les femelles, de génération en génération les femelles ne quittent jamais le groupe. Les mâles quittent leur groupe lorsqu'ils atteignent leur maturité sexuelle. Ils vivent dans plusieurs groupes au cours de leur vie.
Le toilettage des poils permet d'enlever les puces, les tiques et les œufs de puces, il arrive qu'un macaque les mange. Le toilettage permet aussi de créer des liens sociaux entre les différents individus : plus ils passent de temps à se toiletter, plus leurs relations sont fortes. Les mères et leur fille par exemple passent beaucoup de temps pour s'épucer. Les macaques japonais défendent leurs amis durant les disputes et les désaccords.

Habitat et répartitionModifier

 
Répartition des macaques japonais

Les macaques japonais fréquentent les forêts mixtes d’arbres feuillus et de conifères des montagnes du Japon et des îles environnantes. On peut en observer des centaines dans le parc d’Iwata-yama, dans la région d’Arashiyama et sur l'Île de Yakushima.

SystématiqueModifier

L'espèce Macaca fuscata a été décrite par le zoologiste britannique Edward Blyth en 1875.

Nom vernaculaireModifier

  • Macaque japonais

SynonymieModifier

  • Macacus speciosus Geoffroy Saint-Hilaire, 1826
  • Inuus speciosus japanensis Schweyer, 1909

Le macaque japonais et l'HommeModifier

 
Estampe par Watanabe Kazan, XIXe siècle

C'est le macaque japonais qui a été choisi pour représenter les Singes de la sagesse. Il s'agit de trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains : le premier les yeux, le deuxième la bouche et le troisième les oreilles. À eux trois ils forment une maxime picturale : « Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal ». À celui qui suit cette maxime, il n’arriverait, dit-on, que du bien. Ces trois macaques sont nommés Mizaru (l’aveugle), Iwazaru (le muet) et Kikazaru (le sourd). L’une des plus anciennes représentations de ces trois singes, se trouve au Nikkō Tōshō-gū, l’un des temples de Nikko, devenu l’un des principaux parcs nationaux du Japon.

Ce macaque est domestiqué dans tout le Japon depuis des siècles, et est parfois donné en spectacle.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0-444-51877-0), 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  2. [réf. obsolète].
  3. « Psychologie cognitive - Google Livres », sur google.fr (consulté le 7 août 2015).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Laurent Auclair et Collectif, 2006, Psychologie cognitive, p. 249, document 4B1, Un apprentissage par observation en milieu naturel, 448 p., Bréal. (ISBN 978-2749504155) ou (ISBN 2-749504155)
  • (en) Wada K., Tokida E. & Ogawa H., 2007, The influence of snowfall, temperature and social relationships on sleeping clusters of Japanese monkeys during winter in Shiga Heights, Primates 48, p. 130-139.
  • (en) Agetsuma N., 2007, Minimum Area Required for Local Populations of Japanese Macaques Estimated from the Relationship Between Habitat Area and Population Extinction, International Journal of Primatology 28, p. 97-106.
  • (en) Kawamoto Y., Shotake T., Nozawa K., Kawamoto S., Tomari K.-I., Kawai S., Shirai K., Morimitsu Y., Takagi N., Akaza H., Fujii H., Hagihara K., Aizawa K., Akachi S., Oi T. & Hayaishi S., 2007, Postglacial population expansion of Japanese macaques (Macaca fuscata) inferred from mitochondrial DNA phylogeography, Primates 48, p. 27-40.
  • (en) Hayakawa S., 2007, Female Defensibility in a Small Troops of Japanese Macaques vis-à-vis Nontroop Males and Copulation on the Periphery of the Troop, International Journal of Primatology 28, p. 73-96.
  • (en) Majolo B., Ventura R. & Koyama N., 2005,, Postconflict Behavior Among Male Japanese Macaques, International Journal of Primatology 26 p. 321-336.
  • (en) Kutsukake N. & Hasegawa T., 2005, Dominance Turnover Between an Alpha and a Beta Male and Dynamics of Social Relationships in Japanese Macaques, International Journal of Primatology 26, p. 775-800.
  • (en) Marmi J., Bertranpetit J., Terradas J., Takenaka O. & Domingo-Roura X., 2004, Radiation and phylogeography in the Japanese macaque, Macaca fuscata, Molecular Phylogenetics and Evolution 30, p. 676-685.
  • (en) Matsubara M. & Sprague D. S., 2004, Mating Tactics in Response to Costs Incurred by Mating with Multiple Males in Wild Female Japanese Macaques, International Journal of Primatology 25, p. 901-917.
  • (en) Hanya G., 2004, Diet of a Japanese Macaque Troop in the Coniferous Forest of Yakushima, International Journal of Primatology 25, p. 55-71.
  • (en) Matsubara M., 2003, Costs of Mate Guarding and Opportunistic Mating Among Wild Male Japanese Macaques, International Journal of Primatology 24, p. 1057-1075.
  • (en) Koyama N. F., 2003, Matrilineal Cohesion and Social Networks in Macaca fuscata, International Journal of Primatology 24, p. 797-811.
  • (en) Nakamichi M. & Shizawa Y., 2003, Distribution of Grooming Among Adult Females in a Large, Free-Ranging Group of Japanese Macaques, International Journal of Primatology 24, p. 607-625.
  • (en) Kurita H., Shimomura T. & Fujita T., 2002, Temporal Variation in Japanese Macaque Bodily Mass, International Journal of Primatology 23, p. 411-428.
  • (en) Takahata Y., Huffman M. A. & Bardi M., 2002, Long-Term Trends in Matrilineal Inbreeding Among the Japanese Macaques of Arashiyama B Troop, International Journal of Primatology 23, p. 399-410.
  • (en) Sugiura H., Agetsuma N. & Suzuki S., 2002,, Troop Extinction and Female Fusion in Wild Japanese Macaques in Yakushima,, International Journal of Primatology 23, p. 69-84.
  • (en) Wakibara J. V., Huffman M. A., Wink M., Reich S., Aufreiter S., Hancock R. G. V., Sodhi R., Mahaney W. C. & Russel S., 2001, The Adaptive Significance of Geophagy for Japanese Macaques (Macaca fuscata) at Arashiyama, Japan, International Journal of Primatology 22, p. 495-520.
  • (en) Thomsen R. & Soltis J., 2000, Socioecological Context of Parturition in Wild Japanese Macaques (Macaca fuscata) on Yakushima Island, International Journal of Primatology 21, p. 685-696.
  • (en) Sugiura H., Saito C., Sato S., Agetsuma N., Takahashi H., Tanaka T., Furuichi T. & Takahata Y., 2000, Variation in Intergroup Encounters in Two Populations of Japanese Macaques, International Journal of Primatology 21, p. 519-535.
  • (en) Cozzolino R. & Schino G., 1998, Group Composition Affects Seasonal Birth Timing in Captive Japanese Macaques, International Journal of Primatology 19, p. 857-866.
  • (en) Suzuki S., Hill D. A. & Sprague D. S., 1998, Intertroop Transfer and Dominance Rank Structure of Nonnatal Male Japanese Macaques in Yakushima, Japan, International Journal of Primatology 19, p. 703-722.
  • (en) Mori A., Yamaguchi N., Watanabe K. & Shimizu K., 1997, Sexual Maturation of Female Japanese Macaques Under Poor Nutritional Conditions and Food-Enhanced Perineal Swelling in the Koshima Troop, International Journal of Primatology 18, p. 553-579.
  • (en) Hill D. A., 1997, Seasonal variation in the feeding behavior and diet of Japanese macaques (Macaca fuscata yakui) in lowland forest of Yakushima, American Journal of Primatology 43, p. 305-22.
  • (en) Chapais B. & St-Pierre C.-E. G., 1997, Kinship Bonds Are Not Necessary for Maintaining Matrilineal Rank in Captive Japanese Macaques, International Journal of Primatology 18, p. 375-385.
  • (en) Sprague D. S., 1992, Life history and male intertroop mobility among Japanese macaques (Macaca fuscata), International Journal of Primatology 13, p. 437-454.
  • (en) Wolfe L., 1978, Age and sexual behavior of Japanese macaques (Macaca fuscata), Archives of Sexual Behavior 7, p. 55-68.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier