Métro de Rome

Système de transport en commun ferroviaire de la ville métropolitaine de Rome Capitale

Métro de Rome
(it) Metropolitana di Roma
Image illustrative de l’article Métro de Rome
Logo du métro de Rome.

Image illustrative de l’article Métro de Rome
Station Piramide sur la ligne B.

Situation Drapeau de l'Italie Rome (Italie)
Type Métro
Entrée en service (65 ans)
Longueur du réseau 60,0 km
Lignes 3
Stations 75
Fréquentation 907 000 passagers par jour[1]
331 millions de passagers par an[1]
Écartement des rails 1 435 mm
Exploitant ATAC S.p.A.
Lignes du réseau Metropolitana di Roma A.svg Metropolitana di Roma B.svg Metropolitana di Roma C.svg
Réseaux connexes Tramway de Rome

Image illustrative de l’article Métro de Rome
Plan du métro de Rome.

Le métro de Rome (en italien : metropolitana di Roma) est l'un des systèmes de transport en commun desservant la ville métropolitaine de Rome Capitale. Inauguré en 1955, ce qui en fait le plus vieux métro d'Italie, il comprend actuellement trois lignes en exploitation, pour 60 kilomètres de voies et 75 stations. La ligne A relie Battistini à l'ouest à Anagnina au sud-est. La ligne B fait la jonction entre Laurentina au sud et Jonio, ainsi que Rebibbia, au nord. La ligne C, à conduite automatique, relie Monte Compatri - Pantano à l'est à San Giovanni dans le centre-ville. Un prolongement de trois stations de cette dernière vers la Piazza Venezia, à l'ouest des forums impériaux, sera mis en service en 2023 pour assurer une correspondance avec la ligne 8 du tramway de Rome. À terme, la ligne doit atteindre le nord-ouest par Ottaviano - San Pietro - Musei Vaticani.

Le métro de Rome, qui permet le transport de plus de 330 millions de passagers annuellement, est géré par la société Azienda Tramvie ed Autobus del Comune di Roma (ATAC S.p.A.), contrôlée par la municipalité de Rome. L'offre de transport en commun lourd à Rome est complétée par trois lignes de chemin de fer de surface contrôlées également par ATAC et huit lignes de chemins de fer régionaux (Ferrovie Laziali), FL1 à FL8, desservant essentiellement l'agglomération romaine gérées par la compagnie de chemins de fer italiens, Trenitalia. Toutes ces lignes sont utilisées dans le cadre d'un ensemble tarifaire unifié.

HistoireModifier

Projet initialModifier

Dans les années 1930, le gouvernement fasciste commence les travaux du métro, avec comme premier objectif d'ouvrir une liaison rapide entre la gare de Rome-Termini et le nouveau quartier appelé E42, pour Esposizione Universale di Roma, prévu pour l'exposition universelle de 1942. L'inauguration n'a cependant jamais lieu à cause de l'entrée dans la Seconde Guerre mondiale de l'Italie en 1940. Certaines galeries existantes lors de l'interruption des travaux (partie correspondant à l'actuelle ligne B entre Termini et Piramide) servent d'abri anti-aérien durant les bombardements.

Inauguration et premières annéesModifier

Les travaux reprennent en 1948 alors que le quartier d'exposition devient un quartier d'affaires et prend le nom de l'EUR, acronyme de l'exposition. La ligne est inaugurée par le président de la République Luigi Einaudi le . Depuis longtemps, les Romains pensent à un réseau de métro comme à Paris ou Londres, mais d'innombrables causes (bureaucratie, désaccords sur les priorités, révisions des plans et découvertes archéologiques continuelles) en retardent le développement. En 1959, une loi approuve la construction d'une deuxième ligne de métro, d'Osteria del Curato (mieux connu sous le nom d'Anagnina) jusqu'au quartier de Prati, en passant par le centre de Rome et en croisant la ligne déjà existante à la gare Termini.

Les travaux commencent en 1964 dans la zone de la via Tuscolana. Ils sont alourdis par une série de retards et d'incertitudes, principalement en raison d'une mauvaise organisation. Il est initialement prévu de travailler à ciel ouvert, mais cette manière de faire paralyse tellement la circulation dans la zone sud-est de Rome que les travaux sont arrêtés. Ils reprennent cinq ans plus tard en creusant des tunnels. Mais même si la circulation s'en trouve moins gênée, les vibrations induites causent de graves dommages aux édifices situés à proximité du tracé des travaux.

Les travaux sont aussi émaillés de fréquentes découvertes archéologiques. Le sous-sol de la capitale, riche en vestiges, se prête moins bien aux travaux que celui d'autres villes, comme le montre le film Fellini Roma. Il est ainsi nécessaire de modifier le tracé dans la zone de la place de la République. Les ruines mises à nu sont visibles dans la station Repubblica - Teatro dell'Opera, protégées par des plexiglas. La ligne entre en service en 1980, à partir d'Anagnina à Ottaviano - San Pietro - Musei Vaticani et prend le nom de la ligne A. La ligne de Termini à Laurentina est appelée ligne B.

Extensions récentes et réseau à trois lignesModifier

Au début des années 1990 entre en service le prolongement de la ligne B de la gare Termini à Rebibbia (vers le nord-est), tandis que la section existante est profondément renouvelée. La voie est également allongée de la station EUR Fermi à la station Laurentina et permet l'ouverture d'une nouvelle station, Marconi, en renommant l'ancienne station de EUR Marconi en EUR Palasport.

En 2000 entre en service le prolongement de la ligne A d'Ottaviano - San Pietro - Musei Vaticani à Battistini. Les travaux pour une nouvelle branche de la ligne B vers le quartier de Montesacro commencent en 2005 et se terminent en 2012, mois où le nouveau service entre Laurentina et Conca d'Oro commence. Trois ans plus tard, la branche gagne une station, Jonio. En 2014, la ligne C est inaugurée. En 2015, elle gagne six stations à l'ouest, ainsi qu'une nouvelle en 2018, pour atteindre son terminus actuel, San Giovanni.

Aperçu généralModifier

Le réseau du métro est long de 60 km depuis l'extension de la ligne C vers l'ouest en 2018. Les lignes A et B se croisent à la station Termini, qui se situe sous la gare ferroviaire de Rome-Termini des chemins de fer (Trenitalia) qui est jusqu'en 2018 la seule station de correspondance du réseau, étant donné que la troisième ligne C ne croise alors pas encore les autres. La nouvelle station San Giovanni de la ligne C est depuis inaugurée, permettant le raccordement avec la ligne A.

Ligne Parcours Mise en
service
Dernière
extension
Longueur
(en km)
Nombre de
stations
Matériel
  BattistiniAnagnina 1980 2000 +18, 27 MA300
  LaurentinaRebibbia / Jonio 1955 2015 +23, 26 MB100
MA300
MB400
  Monte Compatri - PantanoSan Giovanni 2014 2018 +19, 22 ABD

Ligne AModifier

La ligne A (27 stations et 18,4 km) relie l'ouest de Rome près du Vatican aux banlieues populaires du sud-est. En partant du terminus de Battistini jusqu'à celui d’Anagnina, les principaux arrêts sont :

La ligne est complètement souterraine hormis un pont sur le Tibre. Les travaux ont été fortement ralentis par les découvertes archéologiques (surcoût).

Ligne BModifier

Avec 26 stations au total, la ligne B (23,1 km dont 13 km en souterrain) relie les terminus de Laurentina au sud de Rome à Rebibbia et Jonio au nord. Deux services sont exploités : de Laurentina à Rebibbia et vice versa, ainsi que de Laurentina à Jonio et vice versa.

Les principaux arrêts sont :

Le trafic total est d'environ 750 000 passagers par jour en moyenne. Aux heures de pointe, la desserte est assurée par une rame toutes les 4 minutes.

Ligne CModifier

La ligne C du métro de Rome est ouverte depuis 2014. 15 stations sont alors ouvertes, puis six autres l'année suivante. Ce n'est qu'en 2018 que la jonction de la ligne avec la ligne A est réalisée, par l'ouverture de la station San Giovanni. La ligne C relie désormais San Giovanni à Monte Compatri - Pantano sur 19 km et dessert 22 stations. Entièrement automatisée, elle est équipée d'un matériel AnsaldoBreda et emprunte une partie importante du tracé de l'ancienne ligne ferroviaire reliant Rome à Fiuggi.

Elle doit à l'horizon 2030 s'étendre sur 34,5 kilomètres de long, dont 17,6 km en souterrain[2].

AccidentsModifier

Le vers 10 heures, deux rames sont entrées en collision dans la station Vittorio Emanuele de la ligne A. L'accident fait un mort et 110 blessés. Le en soirée, l'écroulement d'un escalier mécalique de la station Repubblica fait une vingtaine de blessés, dont un grave[3].

ExploitationModifier

Matériel roulantModifier

Le matériel roulant de la ligne A est constitué de 31 rames CAF S/300 (immatriculées série MA.300-400) livrées entre 2003 et 2007[4]. Avant ces dates le service était exploité par les rames MA.100, construites par Breda en 1980 et par les rames MA.200, aussi construites par AnsaldoBreda.

La ligne B est desservie par 30 rames MB.100 construites par AnsaldoBreda en 1990 et par huit rames S/300. En 2012, 15 rames supplémentaires CAF sont commandées pour les extensions en cours[5].

Dépôts et ateliersModifier

Le dépôt-atelier de la ligne A se situe à Osteria del Curato. La connexion de la ligne au depôt se trouve entre les stations de Cinecittà et Anagnina. Le dépôt-atelier de Magliana est partagé entre la ligne B et la ligne Roma - Lido di Ostia. Il se situe juste après la station de Eur Magliana, sur le parcours de la Rome-Ostia.

ProjetsModifier

 
Plan général du réseau métropolitain et ferroviaire de Rome avec l'extension de la ligne C vers le nord-ouest.

Prolongement de la ligne BModifier

En 2015, un prolongement de la ligne B au-delà de Rebibbia est planifié.

Prolongement de la ligne CModifier

La ligne de surface dite Roma-Pantano vers l'est (17,8 km) est transformée en la ligne C du métro avec des trains sans conducteur en 2014. À cet effet, elle doit être prolongée vers le nord-ouest par une section souterraine passant par le centre-ville et à proximité du Vatican. Une fois achevée, elle devrait faire plus de 30 km de long et comprendre 35 stations, dont 3 doivent devenir de nouvelles stations de correspondance avec les lignes A (stations Ottaviano - San Pietro - Musei Vaticani et San Giovanni) et B (station Colosseo).

Construction de la ligne DModifier

Il est prévu de construire une quatrième ligne de métro, la ligne D, dont le tracé sera à peu près parallèle à celui de la ligne B (nord-est de la ville vers l'EUR), tout en desservant d'autres quartiers du centre. Le projet est pour le moment ajourné.

Notes et référencesModifier

  1. a et b World Metro Database - metrobits.org
  2. ome, « Le Colisée menacé par l'interruption des travaux du métro de Rome », sur Le Figaro, (consulté le 11 novembre 2016).
  3. « À Rome, un escalator s’effondre dans le métro et fait 24 blessés » [vidéo], sur BFMTV (consulté le 28 juillet 2020).
  4. « Métro de Rome » (consulté le 26 octobre 2012)
  5. (en) « CAF signs Roma metro train contract », (consulté le 26 octobre 2012)

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier