Lys Gracieux

Cheval de course

Lys Gracieux (en japonais : 'リスグラシュー), né en 2014 est une jument de course pur-sang anglais japonais, élue cheval de l'année au Japon en 2019.

Lys Gracieux
Image illustrative de l’article Lys Gracieux
Lys Gracieux dans le Takarazuka Kinen 2019

Père Heart's Cry
Mère Liliside
Père de mère American Post
Sexe F
Naissance (10 ans)
Pays de naissance Drapeau du Japon Japon
Pays d'entraînement Drapeau du Japon Japon
Éleveur Northern Farm
Propriétaire U Carrot Farm
Entraîneur Yoshito Yahagi
Rating FIAH 126
Nombre de courses 22
Nombre de victoires 7 (12 places)
Gains en courses ¥ 887 381 000
Distinction Jument de l'année au Japon (2018, 2019)
Cheval de l'année au Japon (2019)
Principales victoires Queen Elizabeth II Cup (2018)
Takarazuka Kinen (2019)
Cox Plate (2019)
Arima Kinen (2019)

Carrière de courses modifier

Élevée sur l'île de Hokkaido par Northern Farm, le principal haras de Shadai Farm, Lys Gracieux se produit pour la première sous les couleurs de U Carrot Farm (une écurie affiliée à Shadai) en août 2016, prenant le premier accessit d'une course pour pouliches inédites, avant de faire impression dans un maiden disputé à Hanshin, avalant 1 800 mètres en 1'46"20, un temps record[1]. Elle s'impose ensuite dans un groupe 3, avant de disputer à l'invaincue Soul Stirring le titre de meilleure 2 ans japonaise dans le Hanshin Juvenile Fillies. Mais c'est la fille de Frankel qui a le dernier mot, Lys Gracieux devant se contenter de la deuxième place devant Reine Minoru.

À 3 ans, Lys Gracieux emprunte la voie classique mais trouve encore Soul Stirring sur sa route le jour de sa rentrée dans le Tulip Shō. Dans le Oka Sho, elle tient enfin sa revanche sur sa rivale, qu'elle devance d'une encolure. Mais pour l'accessit d'honneur seulement, car devant c'est Reine Minoru qui s'impose, soit le tiercé dans l'ordre inverse du Hanshin Juvenile Fillies. Les trois étoiles de leur génération se retrouvent dans le Yūshun Himba, deuxième manche de la Triple Couronne des pouliches. Mais là, sur 2 400 mètres, c'est la tenue qui parle et Lys Gracieux n'en a pas autant que la lauréate Soul Stirring (et peut-être plus que Reine Minoru, lointaine treizième) et ne peut faire mieux que cinquième. Dans la dernière manche, le Shuka Shō, Soul Stirring manque à l'appel, ayant présomptueusement préféré affronter (sans succès) les chevaux d'âge dans le Tenno Shō d'automne. Mais Lys Gracieux tombe encore sur un os, la championne en devenir Deirdre. Elle termine l'année par un échec dans la Queen Elizabeth II Cup, sa seule véritable contre-performance d'une saison de 3 ans où elle n'a pas gagné la moindre course, mais compte plusieurs beaux accessits.

 
Victoire dans l'Arima Kinen 2019

En 2018, Lys Gracieux renoue enfin avec le succès, dans un groupe 3 disputé à Fuchū, l'hippodrome de Tokyo. Mais ensuite elle reprend sa collection d'accessits, notamment dans le Victoria Mile, où elle échoue d'un nez pour la victoire, et les Fuchū Himba Stakes, où elle est de nouveau battue par Deirdre. Elle trouve enfin son jour dans la Queen Elizabeth II Cup, son premier groupe 1, en prélude à sa première tentative à l'étranger, qui se solde par un premier accessit dans le Hong Kong Vase derrière l'ex-Irlandais Exultant. Ses performances lui valent un premier titre de meilleur jument d'âge de l'année.

Mais le meilleur est à venir pour Lys Gracieux, qui va donner le meilleur d'elle-même à 5 ans malgré la valse sur son dos des jockeys du monde entier (l'Italien Mirco Demuro, le Brésilien João Moreira, l'Allemand Andreas Starke, l'Irlandais Oisin Murphy et pour finir l'Australien Damian Lane). Elle commence son année par deux accessits, dont une troisième place dans la Queen Elizabeth II Cup de Hong Kong. En juin, elle trouve la consécration dans le Takarazuka Kinen, qu'elle remporte d'une classe, trois longueurs devant certains des meilleurs chevaux d'âge japonais, Kiseki, Rey de Oro et autres Suave Richard. Puis l'entourage de la jument tente un pari : en faire le premier cheval japonais à remporter le Cox Plate, la course la plus relevée d'Australie. C'est chose faite le 26 octobre. Lys Gracieux semble intouchable en cette fin de saison, et retrouve l'élite du galop japonais dans l'Arima Kinen, sorte de finale de l'année. Elle n'en est toutefois pas la favorite, puisque se dresse sur sa route la grande Almond Eye, lauréate de la Triple Couronne 2018, du Dubaï Turf et du Tenno Sho d'automne. Mais la championne sombre et Lys Gracieux s'envole : de 5 longueurs elle remporte son plus beau succès, son troisième groupe 1 d'affilée, et sa dernière apparition en piste. Elle quitte la scène avec un second titre de meilleure jument de l'année, et surtout le titre suprême de cheval de l'année à la quasi-unanimité (271 voix sur 274)[2]. Son rating de 126 décerné par la FIAH est le cinquième plus au de la planète cette année-là, à égalité avec les Anglais Battaash et Ghaiyyath et l'Américain Vino Rosso, et derrière le Français Waldgeist et les Anglaises Crystal Ocean et Enable (128), et le Hongkongais Beauty Generation (127).

Résumé de carrière modifier

Date Hippodrome Pays Course Statut Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
2016, 2 ans
27 août Niigata   Japon Inédits 1 600 m Yuta Nakatani 2e / 18 encolure Root directory
10 septembre Hanshin   Japon Maiden 1 800 m Yuta Nakatani 1er / 16 Gun Salute
29 octobre Fuchū   Japon Artemis Stakes Gr. 3 1 600 m Yutaka Take 1er / 18 1/2 Flawless Magic
11 décembre Hanshin   Japon Hanshin Juvenile Fillies Gr. 1 1 600 m Keita Tozaki 2e / 18 1 ¼ Soul Stirring
2017, 3 ans
4 mars Hanshin   Japon Tulip Shō Gr. 3 1 600 m Yutaka Take 3e / 12 2 ½ Soul Stirring
9 avril Hanshin   Japon Oka Shō Gr. 1 1 600 m Yutaka Take 2e / 17 1/2 Reine Minoru
21 mai Fuchū   Japon Yūshun Himba Gr. 1 2 400 m Yutaka Take 5e / 18 5 ¼ Soul Stirring
17 septembre Hanshin   Japon Rose Stakes Gr. 2 1 800 m Yutaka Take 3e / 18 2 Rabbit Run
15 octobre Kyoto   Japon Shuka Shō Gr. 1 2 000 m Yutaka Take 2e / 18 1 ¼ Deirdre
12 novembre Kyoto   Japon Queen Elizabeth II Cup Gr. 1 2 200 m Yuichi Fukunaga 8e / 18 3 ½ Mozu Katchan
2018, 4 ans
4 février Fuchū   Japon Tokyo Shimbun Hai Gr. 3 1 600 m Yutaka Take 1er / 16 1 Satono Ares
7 avril Hanshin   Japon Hanshin Himba Stakes Gr. 2 1 600 m Yutaka Take 3e / 13 1/2 Miss Panthere
13 mai Fuchū   Japon Victoria Mile Gr. 1 1 600 m Yutaka Take 2e / 18 nez Jour Polaire
3 juin Fuchū   Japon Yasuda Kinen Gr. 1 1 600 m Yutaka Take 8e / 16 5 ½ Mozu Ascot
13 octobre Fuchū   Japon Fuchū Himba Stakes Gr. 2 1 800 m Mirco Demuro 2e / 11 encolure Deirdre
11 novembre Kyoto   Japon Queen Elizabeth II Cup Gr. 1 2 200 m João Moreira 1er / 17 encolure Crocosmia
9 décembre Sha Tin   Hong Kong Hong Kong Vase Gr. 1 2 400 m João Moreira 2e / 14 encolure Exultant
2019, 5 ans
10 mars Chukyo   Japon Kinko Sho Gr. 2 2 000 m Andreas Starke 2e / 13 1 ¼ Danon Premium
28 avril Sha Tin   Hong Kong Queen Elizabeth II Cup Gr. 1 2 000 m Oisin Murphy 3e / 13 1 Win Bright
23 juin Hanshin   Japon Takarazuka Kinen Gr. 1 2 200 m Damian Lane 1er / 12 3 Kiseki
26 octobre Moony Valley   Australie Cox Plate Gr. 1 2 040 m Damian Lane 1er / 14 1 ½ Castelvecchio
22 décembre Nakayama   Japon Arima Kinen Gr. 1 2 500 m Damian Lane 1er / 16 5 Saturnalia

Au haras modifier

Retirée à Northern Farm, Lys Gracieux donne naissance en février 2021 à son premier produit, Schwertlilie, un mâle issu du cheval de l'année 2015 et top étalon Maurice.

Origines modifier

Lys Gracieux est une fille du champion Heart's Cry, vainqueur de l'Arima Kinen et du Dubaï Sheema Classic, deuxième de la Japan Cup et troisième des King George VI & Queen Elizabeth Stakes en Angleterre, et l'unique cheval à avoir jamais devancé Deep Impact au Japon. L'un des meilleurs étalons japonais, stationné à Shadai Farm, il a donné une dizaine de lauréats de groupe 1, parmi lesquels deux lauréats de Japan Cup (Cheval Grand et Suave Richard), deux lauréats du Derby japonais (Do Deuce et One and Only), l'Américain Yoshida (Turf Classic, Woodward Stakes) ou encore Just A Way, qui avait terminé en tête des classements internationaux de la FIAH en 2014.

La famille maternelle de Lys Gracieux est française - d'où peut-être son nom. La mère, Liliside, a bien failli connaître la gloire le jour où elle est devenue la gagnante platonique Poule d'Essai des Pouliches ; reléguée sur le tapis vert à la sixième place pour avoir gêné ses adversaires, elle n'a pu par la suite briller au-delà du niveau des Listed. Importée au Japon par la famille Yoshida, propriétaire de Shadai, elle n'a pas donné d'autres produits de valeur que Lys Gracieux, mais on lui pardonnera. Cette souche relativement modeste (yearling, Liliside avait fait monter les enchères à 30 000 € seulement) a tout de même fait des étincelles puisque la sœur de Liliside, Golden Lily (par Dolphin Street), a donné Lily's Candle (par Style Vendôme), lauréate d'un Prix Marcel Boussac.

Pedigree modifier

Origines de Lys Gracieux (JPN), jument baie brune née en 2014
Père
Heart's Cry
2001
Sunday Silence
1986
Halo Hail to Reason
Cosmah
Wishing Well Understanding
Mountain Flower
Irish Dance
1990
Tony Bin Kampala
Severn Bridge
Buper Dance Lyphard
My Bupers
Mère
Liliside
2007
American Post
2001
Bering Arctic Tern
Beaune
Wells Fargo Sadler's Wells
Cruising Height
Millers Lily
1988
Millers Mate Mill Reef
Primatie
Lymara Lyphard
Maradadi (famille 1-l)[3]

Références modifier

  1. « Race Records:Lifetime Starts | Lys Gracieux(JPN) | JBIS-Search », sur www.jbis.jp (consulté le )
  2. « 2020.01.08 Winners of the 2019 JRA Awards announced », sur japanracing.jp (consulté le )
  3. « Lys Gracieux Horse Pedigree », sur www.pedigreequery.com (consulté le )