Sunday Silence

Sunday Silence
Image illustrative de l’article Sunday Silence
Sunday Silence au Haras Shadai, au Japon

Père Halo
Mère Wishing Well
Père de mère Understanding
Sexe Étalon
Naissance
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort (à 16 ans)
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Oak Cliff Thoroughbreds, Ltd.
Propriétaire H-G-W Partners
Entraîneur Charlie Whittingham
Jockey Pat Valenzuela
Rating Timeform 137
Nombre de courses 14
Nombre de victoires 9 (5 places)
Gains en courses 4 968 554 $
Distinction Cheval de l'année aux États-Unis (1989)
Meilleur 3 ans aux États-Unis (1989)
U.S. Racing Hall of Fame (1996)
Tête de liste des étalons au Japon (1995-2007)
Production Deep Impact
Principales victoires Kentucky Derby
Preakness Stakes
Breeders' Cup Classic
Santa Anita Derby

Sunday Silence (-) est un cheval de course né aux États-Unis, fils de Halo et de Wishing Well, par Understanding. Auteur d'une brillante carrière aux États-Unis, il est devenu ensuite le plus grand étalon du Japon.

Carrière de coursesModifier

Élevé par Oak Cliff Thoroughbreds, Ltd, il passa deux fois sur les rings de ventes de yearling, sans trouver acquéreur, avant d'être finalement vendu pour la modique somme de 32 000 dollars à 2 ans. Arthur B. Hancock, son propriétaire, avait l'intention d'envoyer le poulain dans le Kentucky, mais une blessure retarda ce projet, si bien que Sunday Silence resta en Californie, étant placé sous la responsabilité du grand entraîneur Charlie Wittingham, qui acquit la moitié du poulain.

Peu précoce, Sunday Silence courut à deux reprises fin 1988, pour une victoire et une seconde place. Il se révéla à 3 ans, dans la Race to the Roses, l'itinéraire qui mène au Kentucky Derby[1]. Ses victoires dans les San Felipe Stakes et le Santa Anita Derby firent de lui l'un des principaux prétendants à la course reine des 3 ans américains. La triple couronne fut l'occasion d'une lutte exceptionnelle entre Sunday Silence et le représentant de la côte Est, Easy Goer, qui avait été sacré meilleur 2 ans en 1988 et passait pour un phénomène[1]. Mais un phénomène mal à l'aise sur les pistes en dirt boueuses et comme il avait plu à verse sur Churchill Downs, le fils de Halo disposa facilement de son rival dans le Kentucky Derby, par deux longueurs et demi. En revanche, l'écart se resserra nettement dans les Preakness Stakes, sur une piste sèche où Sunday Silence gagna d'extrême justesse, par un nez. Néanmoins, le poulain était toujours en course pour s'adjuger la triple couronne, exploit qui n'avait pas été réalisé depuis Affirmed en 1978. Mais Easy Goer passait pour préférer le gazon au dirt, et dans les Belmont Stakes, c'est lui qui se rendit maître de Sunday Silence, le laissant à pas moins de huit longueurs. Après cette cinglante déconvenue, Sunday Silence renoua avec la victoire dans le Super Derby, puis termina second de Prized, futur lauréat de la Breeders' Cup Turf, dans les Swaps Stakes. En fin d'année, il retrouva son éternel rival Easy Goer dans la Breeders' Cup Classic, où là encore son aptitude au dirt lui permit de le devancer, d'une encolure.

Vainqueur de sept de ses neuf courses, Sunday Silence remporta le titre de Cheval de l'année 1989 et de meilleur 3 ans. Il demeura à l'entraînement en 1990, où il remporta le Californian Handicap et termina second de la Hollywood Gold Cup[2]. Mais une blessure aux ligaments devait mettre un terme à cette carrière ponctuée de 9 victoires et 5 deuxièmes places en 14 sorties. Admis au Hall of Fame des courses américaines en 1996, il est classé 31ème place sur la liste des 100 meilleurs chevaux de sport hippique américain du XXe siècle établie en 1999 par le magazine The Blood-Horse[3], soit trois places devant Easy Goer.

Résumé de carrièreModifier

Date Hippodrome Pays Course Statut Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1988, 2 ans
30 octobre Santa Anita   États-Unis Maiden 1 300 m P. Valenzuela 2e / 12 enc. Caro Lover
13 novembre Hollywood Park   États-Unis Maiden 1 200 m P. Valenzuela 1er / 10 10 Moment of Time
3 décembre Hollywood Park   États-Unis Allowance 1 300 m A. Gilder 2e / 7 tête Houston
1989, 3 ans
2 mars Santa Anita   États-Unis Allowance 1 300 m P. Valenzuela 1er / 7 4 ½ Heroic Type
19 mars Santa Anita   États-Unis San Felipe Handicap Gr. 2 1 700 m P. Valenzuela 1er / 5 1 ¾ Flying Continental
8 avril Santa Anita   États-Unis Santa Anita Derby Gr. 1 1 800 m P. Valenzuela 1er / 6 11 Flying Continental
6 mai Churchill Downs   États-Unis Kentucky Derby Gr. 1 2 000 m P. Valenzuela 1er / 15 2 ½ Easy Goer
20 mai Pimlico   États-Unis Preakness Stakes Gr. 1 1 900 m P. Valenzuela 1er / 8 nez Easy Goer
10 juin Belmont Park   États-Unis Belmont Stakes Gr. 1 2 400 m P. Valenzuela 2e / 10 8 Easy Goer
23 juillet Hollywood Park   États-Unis Swaps Stakes Gr. 2 2 000 m P. Valenzuela 2e / 5 3/4 Prized
24 septembre Louisiana Downs   États-Unis Super Derby Gr. 1 2 000 m P. Valenzuela 1er / 8 6 Awe Inspiring
4 novembre Gulfstream Park   États-Unis Breeders' Cup Classic Gr. 1 2 000 m C. McCarron 1er / 8 enc. Easy Goer
1990, 4 ans
3 juin Hollywood Park   États-Unis Californian Stakes Gr. 1 1 800 m P. Valenzuela 1er / 3 3/4 Stylish Winner
24 juin Hollywood Park   États-Unis Hollywood Gold Cup Gr. 1 2 000 m P. Valenzuela 2e / 7 tête Criminel Type

Au harasModifier

Curieusement, les éleveurs américains dédaignèrent Sunday Silence, ne croyant pas à son potentiel d'étalon. Au contraire du Japonais Zenya Yoshida, qui avait déjà acquis un quart du cheval au début de son année de 4 ans pour 2,5 millions de dollars. Il s'en rendit totalement propriétaire en rachetant pour 7,5 millions de dollars les trois autres quarts[4], et installa l'étalon dans son haras de Shadai, sur l'île d'Hokkaido. Il fut largement récompensé de son flair, tandis que l'élevage américain devait se mordre les doigts d'avoir laissé filer l'un des tout meilleurs étalons de la seconde moitié du XXe siècle. Sunday Silence devint en effet le meilleur étalon de l'histoire de l'élevage japonais, demeurant l'inamovible tête de liste des étalons au Japon de 1995 à 2007. Il est estimé que sa progéniture a remporté pas moins de 700 millions de dollars en courses[5]. Il facturait ses services à environ 250 000 € la saillie.

Parmi ses meilleurs produits peuvent être cités :

Sunday Silence décède en [6], tandis que se perpétue son influence au stud, grâce à des étalons de têtes tels que Deep Impact, Agnes Tachyon, Dance In The Dark, Heart's Cry ou Fuji Kiseki. Il est également le père de mère de la phénomène Almond Eye, lauréate de la Japan Cup et de la Triple Couronne des Pouliches.

OriginesModifier

Sunday Silence est un fils de Halo, bon cheval, lauréat du United Nations Handicap (Gr.1), mais surtout grand étalon, deux fois tête de liste aux États-Unis dans les années 80. Son influence, qui poursuit celle de la grande poulinière Almahmoud, s'exerce via ses fils (les champions Devil's Bag, Sunny's Halo, Saint Ballado ou l'étalon Southern Halo, chef de race en Argentine) et ses filles, notamment la grande poulinière Coup de Folie, ou la championne Glorious Song, mère du Singspiel, et des importants reproducteurs Rahy et le Sud-Africain Rakeen. La mère de Sunday Silence se signala sur les pistes jusqu'au niveau groupe 2.

PedigreeModifier

Origines de Sunday Silence
Père
Halo
Hail to Reason Turn-to Royal Charger
Source Sucree
Nothirdchance Blue Swords
Galla Colors
Cosmah  Cosmic Bomb Pharamond
Banish Fear
Almahmoud Mahmoud
Arbitrator
Mère
Wishing Well
Understanding Promised Land Palestinian
Mahmoudess
Pretty Ways Stymie
Pretty Jo
Mountain Flower Montparnasse Gulf Stream
Mignon
Edelweiss Hillary
Dowager 

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Kara Hash,, « Sunday Silence, 1989 Kentucky Derby Winner », sur Yahoo, (consulté le )
  2. (en-US) Facebook et Twitter, « Criminal Type Bags the Gold Cup : Horse racing: The 5-year-old son of Alydar beats Sunday Silence by a head for his third consecutive victory. », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  3. (en) Blood-Horse Inc, Thoroughbred Champions: Top 100 Racehorses of the 20th Century, Eclipse Press, (ISBN 978-1-58150-024-0)
  4. « Comment les Yoshida financent l’achat des meilleures juments au monde », sur www.jourdegalop.com (consulté le )
  5. « Great Journey, par Sunday Silence », sur www.le-cheval-bleu.com (consulté le )
  6. (en) « From unwanted colt to racing immortality », sur Thoroughbred Times, (consulté le )