Lucius Tarutius Firmanus

astronome, astrologue et mathématicien romain du Ier siècle av. J.-C.

Lucius Tarutius (ou Taruntius) Firmanus est un érudit, philosophe, mathématicien, astronome et astrologue romain du milieu du Ier siècle av. J.-C.

Lucius Tarutius Firmanus
Biographie
Naissance
Décès
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
République romaine tardive (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Ie siècle av. J.-C.Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Mère
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Tarutii (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Lucius Tarutius Firmanus appartenait à l'entourage de Cicéron et de Varron et se livra à des calculs astrologiques sur les débuts de l'histoire romaine. Jean le Lydien[1] le qualifie de μαθηματικός (mathématicien), Plutarque de "philosophe et mathématicien"[2].

Il était, selon le témoignage de Cicéron[3], féru d'astrologie chaldéenne. Il avait établi l'horoscope de Rome[4], à la demande de son ami Varron, et calculé astrologiquement le moment de la conception et de la naissance de Romulus[2].

Il a publié au moins un ouvrage en grec sur les astres, perdu mais utilisé par Pline l'Ancien[5].

En 1935, l'Union astronomique internationale a donné le nom de Taruntius à un cratère lunaire.

Notes et référencesModifier

  1. De mensibus, I, 14.
  2. a et b Plutarque, Romulus, 19.5.
  3. De diuinatione, II, 47, 98.
  4. Cicéron, De divinatione, 2.47 ; Manilius, Astronomica, IV.773; Solin, 1.18; Jean le Lydien, De mensibus, I.14.
  5. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, index du livre 18.

SourceModifier

  • Pierre Boyancé, Études sur le Songe de Scipion (« Bibliothèque des universités du Midi », XX), Bordeaux, Féret & fils ; Paris, De Boccard, 1936, pp. 168-170.
  • F. Münzer et W. Kroll, art. « Tarrutius » 1, RE IVa2, 1932, col. 2407-2409.
  • Richard Goulet, « Ta(r)ru(n)tius (L.-) », in Richard Goulet, Dictionnaire des philosophes antiques, T6, Paris, 2016, p.709-710, n°T-3.
  • A.T. Grafton et N.M. Swerdlow, “Technical Chronology and Astrological History in Varro, Censorinus and Others,” CQ 35, 1985, p.454-465.

Voir aussiModifier

Liens internesModifier