Louise de Broglie

femme du monde et historienne française

Louise de Broglie est une femme du monde et historienne, née à Coppet (Suisse) le et morte à Paris le . Elle devient, par mariage, après la mort de son beau-père en 1846, Louise de Cléron, comtesse d'Haussonville.

Louise de Broglie, comtesse d’Haussonville
Image dans Infobox.
Ingres, La Vicomtesse d'Haussonville
huile sur toile, 131,76 cm x 92,08 cm,
exposé depuis 1927 à New York,
au musée The Frick Collection.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Albertine de Broglie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfant

BiographieModifier

Arrière-petite-fille de Jacques Necker et de Suzanne Curchod, petite-fille de Madame de Staël, Louise Albertine de Broglie voit le jour au château de Coppet, quelques mois après la mort de sa grand-mère.

Elle épouse le à Paris le comte Joseph d'Haussonville (1809-1884). Trois enfants naissent de cette union :

  • Victor Bernard, mort en bas âge (1837-1838) ;
  • Mathilde (1839-1898), sans alliance ni postérité ;
  • Gabriel Paul Othenin Bernard, dit Paul-Gabriel (1843-1924).

À Paris, le comte et la comtesse d'Haussonville habitent l'hôtel de Broglie, 35 rue Saint-Dominique, qu'ils font réaménager par Gabriel-Hippolyte Destailleur. La comtesse possède également, en propre, avec ses frères cadets Albert et Auguste de Broglie, le château de Coppet, ancienne résidence de Madame Necker puis de Madame de Staël.

Quelques années après leur mariage, le vicomte et la vicomtesse d'Haussonville rencontrent, lors d'un séjour à Rome, le peintre Dominique Ingres, qui y dirige l'Académie de France à Rome (en résidence à la Villa Médicis). De retour à Paris, le peintre entreprend, à partir de 1842[1], un portrait à l'huile, achevé en 1845 et exposé publiquement à partir de 1846[2] qui est resté comme une des plus célèbres toiles et une des œuvres maîtresses de l'artiste. Ce portrait, depuis 1927, est exposé à New York, au sein du musée The Frick Collection. À noter qu'Ingres, quelques années plus tard, a également peint un portrait renommé de la belle-sœur de la comtesse d'Haussonville, Joséphine de Galard de Béarn, épouse de son frère Albert de Broglie.

De tempérament libéral et indépendant, la comtesse d'Haussonville a un goût prononcé pour la littérature et la musique. Elle laisse plusieurs ouvrages d'histoire, dont un des rares ouvrages, en français, consacrés au nationaliste irlandais Robert Emmet.

La comtesse et l'Académie françaiseModifier

Privilège unique dans l'histoire, la comtesse d'Haussonville est étroitement liée à quatre membres de l'Académie française :

  • fille de l'académicien Victor de Broglie (1785-1870), diplomate et homme politique, élu le au fauteuil no 24 ;
  • sœur de l'académicien Albert de Broglie (1821-1901), historien, diplomate et homme politique, élu le au fauteuil no 18 ;
  • épouse de l'académicien Joseph d'Haussonville (1809-1884), diplomate, homme politique et historien, élu le au fauteuil no 22 ;
  • mère de l'académicien Paul-Gabriel d'Haussonville (1843-1924), avocat, essayiste, historien de la littérature et homme politique, élu le au fauteuil no 27.

Ces quatre proches de la comtesse ne siègent jamais tous ensemble sous la Coupole. Louise de Broglie meurt d'ailleurs avant l'élection de son fils à l'Académie. Cependant, de 1856 à 1924, sans interruption, l'Académie française accueille dans ses rangs au moins un proche de la comtesse :

  • un académicien, du (réception de Victor de Broglie) au (réception d'Albert de Broglie) ;
  • deux académiciens, du (réception d'Albert de Broglie) au (décès de Victor de Broglie) ;
  • un académicien, du (décès d'Albert de Broglie) au (réception de Joseph d'Haussonville) ;
  • deux académiciens, du (réception de Joseph d'Haussonville) au (décès de Joseph d'Haussonville, deux ans après la mort de la comtesse) ;
  • un académicien, du (décès de Joseph d'Haussonville) au (réception de Paul-Gabriel d'Haussonville) ;
  • deux académiciens, du (réception de Paul-Gabriel d'Haussonville) au (mort d'Albert de Broglie) ;
  • un académicien, du (mort d'Albert de Broglie) au (décès de Paul-Gabriel d'Haussonville).

Indépendamment de ses liens directs avec quatre académiciens proches parents ou allié, la comtesse d'Haussonville est également la grand-tante de deux autres académiciens et de leur sœur, écrivaine, petits-enfants de son frère Albert :

Autres liensModifier

La comtesse d'Haussonville est également l'arrière-grand-mère de la philologue Béatrix d'Andlau (1893-1989) et de son frère Jean Le Marois, 5e comte Le Marois (1895-1978), poète et dramaturge.

ŒuvresModifier

Notes et référencesModifier

  1. La date de 1842, indiquée par Maryvonne Cassan pour les études préparatoires du portrait de la vicomtesse d'Haussonville par Ingres, est implicitement confirmée par trois mentions relatives à ces études, dont une évoquant un dessin à la mine de plomb, signé : Ingres, 1842, cf. page 59 du Catalogue des tableaux, études peintes, dessins et croquis de J.-A.-D. Ingres, peintre d'histoire, sénateur, membre de l'Institut, exposés dans les galeries du palais de l'École impériale des Beaux-Arts, A. Lainé et J. Havard, Paris, 1867, 98 p., (notice BnF no FRBNF40373995).
  2. Maryvonne Cassan, article « Ingres et le portrait : La Vicomtesse d’Haussonville », dans TDC (Textes et documents pour la classe) no 911, 1er mars 2006, spécial Ingres, édité par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP). Ce numéro du bimensuel était en partenariat avec le musée du Louvre, le musée Ingres à Montauban et le musée de l'Arles et de la Provence antiques, à l'occasion de l'exposition « Ingres 1780-1867 », organisée du 24 février au 15 mai 2006 au musée du Louvre, dans le Hall Napoléon, et en prévision d'une exposition organisée ultérieurement à Arles, du 2 octobre 2006 au 8 janvier 2007, sur le thème « Ingres et l'Antique ».
  3. a et b Le catalogue BN-Opale Plus de la Bibliothèque nationale de France indique par erreur, dans la notice consacrée à cet ouvrage, qu'il serait l'œuvre de « Édouard Henry (1808-1867) », ce qui est faux. On consultera avec profit la numérisation de l'ouvrage, sur Gallica, et notamment la vue no 2 (sur 288) qui donne la liste des quatre ouvrages précédents de la comtesse d'Haussonville.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier