Ouvrir le menu principal
Louis de Goÿs de Meyzerac
Le capitaine de Goys, aviateur - (photographie de presse) - Agence Meurisse.png
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction

Louis Marie Joseph de Goÿs de Mézeyrac est un militaire français. Né le à Lyon[1] et mort le dans le 16e arrondissement de Paris, il a été l'un des premiers généraux d'armée aérienne.

BiographieModifier

Louis de Goÿs de Mézeyrac, issu d'une ancienne famille de la noblesse du sud de l'Auvergne et du Vivarais, grandit à Vias, dans l'Hérault. Sa mère, veuve jeune, élève seule ses sept enfants.

En 1895, il reçoit de la commune une bourse pour assurer ses études à l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Il s'intéresse aux progrès de l'aviation et à ses possibles applications dans le domaine militaire. Il est promu chef de bataillon en novembre 1914 et se voit chargé par le général Joffre de l'organisation d'une aviation de bombardement.

Le 26 mai 1915, il commande un raid aérien au-dessus d'une usine de produits chimiques de guerre dans le Palatinat bavarois. Son avion est touché et, obligé de se poser, il est fait prisonnier par les allemands. Il est incarcéré à la forteresse de Marienburg dont il s'échappe en novembre 1917. Rentré en France, il est fait officier de la Légion d'honneur. Il reprend les combats immédiatement. Il est considéré comme un des « As » de l'aviation de la Première Guerre mondiale.

Il est promu lieutenant-colonel à la fin de la première guerre mondiale, puis général de brigade en décembre 1926. En 1924, il commande une expédition aérienne visant à ouvrir des voies aériennes vers le Tchad et l'Oubangui, en vue de rallier Madagascar. Dans son expédition figure notamment Joseph Vuillemin. L'expédition prend fin en 1925 après la mort d'un pilote à Niamey[2].

Il prend sa retraite en 1935. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il participe activement à la Résistance intérieure française.

Louis de Goÿs de Mézeyrac est mort à Paris en 1967.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives municipales de Lyon, état-civil numérisé du 2e arrondissement, naissances de l'année 1876, registre 2E 760, acte no 907 et sa mention marginale de décès, vue 160/262 de la numérisation.
  2. Biographie de Vuillemin

AnnexesModifier