Ouvrir le menu principal
Gladiator au salon de l'automobile, du cycle, et des sports (1901).

Louis Mazy était un concessionnaire et pilote automobile français, installé en Russie.

Sommaire

BiographieModifier

 
Une Gladiator 3 1/2HP Phaeton, de 1899.
 
Une voiture française Charron (ici lors du Moscou-Saint-Pétersbourg 1907).
 
Hippolyte-Auguste Deschamps (ici à la côte de Gaillon 1902).

À l'ouverture de sa boutique à Saint-Pétersbourg, la capitale de l'Empire russe ne compte que douze voitures en circulation, onze Benz et une Delahaye proche copie des précédentes allemandes, le reste du parc motorisé de la ville étant constitué de motocyclettes[1].

À l'époque, représentant depuis 1898 des marques Clément, Gladiator[2] et Phébus (de) pour la Russie[3], il remporte en 1899 la course Moscou-Saint-Pétersbourg, embarqué sur voiture à moteur De Dion-Bouton 2.25HP[4], après avoir abandonné dans la première édition de Saint-Pétersbourg-Strelna-Saint-Pétersbourg mi-octobre 1898 sur un tricycle Clément à moteur De Dion-Bouton 1.5HP, une course de plus de 40 kilomètres (soit 40 verstes)[5] qui est la première compétition en voiture sur route du pays, organisée par Mazet l'année même de l'ouverture de son magasin, sous l'égide de l'Union-cycliste de Saint-Pétersbourg (coupe de l'Obschestva Velosipednoy Ezdy) et du magazine Samokat (littéralement Kick scooter, alors de parution hebdomadaire et créé en 1894)[6]. Départ à la station de chemin de fer Aleksandrovo (désormais Aleksandrovskaya) en direction de Varsovie, et demi-tour par Strelne (sur la route de Volhonskoe). Partie en éclaireur sur la route enneigée avec quelques concurrents la veille, la Clément de Mazet dérape ; l'autre Français participant le lendemain est Alphonse Merle (deuxième finalement). Durant la course, le concessionnaire français doit abandonner au village de Kairova, rebroussant alors par prudence plus lentement chemin sur problème mécanique (il sera néanmoins classé sixième, sur les sept partants) pour arriver à la station du départ trois-quart d'heure après son départ[7].

Sept mois plus tard, en mai 1899, Saint-Pétersbourg organise sa première course de vitesse sur anneau pour tricycles (les tricars -ou voiturettes- évoluant alors parmi des motos), au vélodrome de Kamennoostrovskyi. Mazy y parcourt le quart de mile en 26 secondes à 55.7 km/h de moyenne, et sort vainqueur de l'épreuve avec le tricycle Clément de 1.75HP. Le vainqueur est décidé au meilleur des 53 tours de circuit parcourus d'affilée (Kumel effectuant le trajet total en moins de 25 minutes).

En 1899 toujours, la distance à parcourir entre Moscou et Saint-Pétersbourg est ensuite fixée à 650 verstes. Les voitures sont incluses dans le déroulement d'une course cycliste préétablie, pour faciliter l'organisation. Les six compétiteurs partent le 20 juin, et Mazy est à bord d'une Clément-De Dion de 2,25HP quatre places à quatre roues, avec selles de bicyclettes. L'autre représentant français est Comber. Le trajet passe par Torzhok, Vyshnyi Volochek, Nizhnyi Novgorod, et Tsarskoe Selo (il est exactement de 693.42 kilomètres). Mazet mène de bout en bout pour arriver près de 27 heures après son départ (seul autre classé le russe Trubetskoi, 16 heures plus tard).

À la fin août 1899 le Prix Samokat est instauré, sur 100 verstes cette fois, autour de Ligovo (en passant par Gatchina, Krasnoïe Selo, Strelna, et Volhonka). Mazy s'impose encore devant sept autres candidats, en 2 heures 43' à 32.12 km/h de moyenne. Tous sont sur des tricycles Clément (vendus par ses soins).

Mazy espère ainsi au travers des courses dans lesquelles il donne physiquement de sa personne -et de ses trois victoires rapprochées- augmenter conséquemment ses chiffres de ventes, sa publicité étant alors bien assurée au détriment de Benz.

À la mi-janvier 1900, il ne participe pas à la deuxième coupe de l'Union-cycliste de Saint-Pétersbourg (la première étant le Saint-Pétersbourg-Strelna-Saint-Pétersbourg d'octobre 1898), sur 65 vestres en passant par Krasnoe Selo, Gatchina, et Pulkovo, toujours depuis la station Alexandrovskaya. Il termine néanmoins le 11 juin seconde voiture de la course Louga-Saint-Pétersbourg, avec une voiturette Starley-Psycho 3.5HP malgré des fuites d'eau au circuit de refroidissement, une compétition remportée largement par l'unique tricycle à l'arrivée, le De Dion-Bouton du français Hippolyte-Auguste Deschamps[8], après 145 vestres de parcours (organisation toujours par Samokat[9]), puis Mazy abandonne moins d'un mois plus tard le 8 juillet lors du Moscou-Saint-Pétersbourg disputé sur 693 kilomètres avec sa voiturette, course remportée en solitaire encore une fois par Deschamps sur le De Dion-Bouton de 2.25HP, les deux autres participants ayant du renoncer. Un an plus tard, le 17 juillet 1901, Mazet obtient sa dernière victoire, lors de la troisième édition de cette même course de 693 kilomètres encore une fois, associé alors à Vadim Mikhaïlov sur une voiture Starley anglaise à moteur Bertrand 6.5HP[10].

Pour la compétition Moscou-Saint-Petersbourg de 1901, Louis Mazy engage l'une des voitures produites sur son usine russe de production de Starley-Psycho. Alors que la partie technique reste identique au modèle originel, y compris le moteur Aster[11] 6 hp standart, la carrosserie est totalement nouvelle, avec deux sièges au lieu de quatre sur l'original français de base, et beaucoup plus légère avec certains panneaux en aluminium. Elle est l'une des toutes dernières qu'il peut fabriquer, car le 8 août 1901 un incendie se déclare dans l'unité de production. 200 bicyclettes et 6 tricycles sont alors détruits, ce qui oblige Mazy à revenir dans son pays natal, après une ultime course russe en 1902 et la vente du véhicule 6 hp à Port-Arthur[12].

Notes et référencesModifier

  1. The first automotive competition in Russian Empire, 1898 (UltimateCarPage, le 10 janvier 2008).
  2. (associée à Adolphe Clément-Bayard en 1896)
  3. Ayant son enseigne "Bicyclettes et Moteurs" rue Mykhailovskaya à Saint-Pétersbourg tout en restant vendeur de bicycles, il arrive à vendre en 1899 dix tricycles Clément à moteur De Dion-Bouton 1.75HP, essentiellement à des membres de l'Union-cycliste de Saint-Pétersbourg.
  4. (dont les éditions 1907 et 1908 furent respectivement gagnées par Arthur Duray sur de Dietrich 60HP, et Victor Hémery sur Benz -alors devant Victor Demogeot sur Darracq, et Louis Wagner sur Fiat, dans une course à étapes de plus de 700 kilomètres-)
  5. 1898 Grand Prix (team DAN).
  6. Article On October 23rd… (RacingChronicles).
  7. En attendant les autres concurrents, il s'amuse à dessiner avec Andrey Platonovich Nagel l'éditeur russe de « L'Automobile » qui couvre l'évènement, une figure dans la neige qu'il nomme "Cossack", avec des pièces de rechange de moteurs laissées par les autres participants (anecdote rapportée par Nagel).
  8. (le concessionnaire automobile français De Dion-Bouton de Saint-Pétersbourg, également vainqueur solitaire moins de un mois plus tard de Moscou-Saint-Pétersbourg le 8 juillet 1900 sur 693 kilomètres -3 participants-, tout comme Louis Mazy, Alfonse Merle -deuxième de Saint-Pétersbourg-Strelna-Saint-Pétersbourg en octobre 1898 sur 42 kilomètres, François Donier -vainqueur de Luga-Gatchina-Krasnoe Selo-Strelna fin août 1904 avec Evgeny Kuzmin sur 128 kilomètres-, ou encore Georges Barbais -deuxième de Strelna-Krasnoe Selo-Gatchina en octobre 1902 sur 64 kilomètres-, autres coureurs locaux de l'époque autour de la capitale représentants de marques françaises -Early Motor racing in Russia, 1898-1914-)
  9. (participe également à cette course l'estonien Samuel Suurmets)
  10. Early Motor racing in Russia, 1898-1914 (AutoSport, août 2003-mars 2004).
  11. (motoriste français pour entre autres Le Zèbre, Gladiator, Clement et Ariès, ainsi que pour divers constructeurs anglais)
  12. (Source: www.ultimatecarpage.com)

Lien interneModifier

Liens externesModifier