Louis Chauvineau

militaire français

Narcisse Alfred Gabriel Louis Chauvineau
Louis Chauvineau

Naissance
Loudun
Décès (à 94 ans)
Baugé
Origine Drapeau de la France France
Arme Génie
Grade Général de division
Années de service 18991940
Commandement 1er régiment du génie
7e région militaire
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Narcisse Alfred Gabriel Louis Chauvineau, né le à Loudun et mort le à Baugé[1], est un général de l'armée française pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant sa carrière de 1899 à 1940, il exerça le commandement d'unités du génie ou de travaux de fortifications, dont il donna des cours.

Il est l'auteur de Une invasion est-elle encore possible ? paru en 1939, objet de nombreuses critiques après la défaite militaire de 1940.

BiographieModifier

Louis Chauvineau intègre en 1895 l'École Polytechnique et suit une formation de sapeur à l'École militaire de Fontainebleau. Sorti lieutenant, Chauvineau incorpore en 1899 le 6e régiment du génie[1]. Il devient instructeur à l'École militaire d'artillerie et du génie à Versailles en 1902. Promu capitaine en 1903, il est nommé professeur du cours de fortification l'année suivante[2]. En 1908, Chauvineau entre au 4e régiment du génie puis est admis en 1909 à l'École supérieure de la guerre. En 1911, il sert à l'état-major du 10e corps d'armée puis à celui du Gouverneur militaire de Paris à partir de 1913[1].

C'est à ce poste que Chauvineau commence la Première Guerre mondiale, avant de gagner l'état-major du 33e corps d'armée en . C'est ainsi qu'il participe à une première bataille de l'Artois au printemps 1915 (son corps est alors commandé par le général Pétain), puis à une deuxième, cette fois avec le grade de chef de bataillon. En , il prend la tête du génie de la 77e division d'infanterie qui combat à Verdun[1]. Ayant fourni « une bravoure, une énergie, une sûreté de jugement et un esprit de suite remarquable pour l’organisation des travaux défensifs et des communications » dans un des secteurs « les plus importants et les plus menacés par une violente offensive ennemie », la Légion d'honneur lui est décernée en avril. En juin il retourne à l'état-major du 33e corps d'armée qui est engagé aux batailles de la Somme en 1916 et du Chemin des Dames en 1917[2]. En septembre de cette année là, il est envoyé diriger les cours du génie auprès de l'armée grecque dont il devient également chef du 4e bureau, regagnant la France en [1].

Au cours de la guerre, ses supérieurs ont noté ses grandes qualités et il a été cité et décoré plusieurs fois, aussi bien par la France que par la Grèce, la Serbie, la Bulgarie, la Yougoslavie[1].

Pendant l'entre-deux-guerres, ses qualités, et en particulier ses réflexions originales, continuent à être remarquées par ses supérieurs, qui le recommandent avec succès au grade d'officier (1926) puis de commandeur de la Légion d'honneur (1936)[1],[2]. En 1919, Chauvineau devient professeur du cours du fortification à l'École de Guerre. Il enseigne ainsi à Juin, de Gaulle, de Lattre de Tassigny[1]. Lieutenant-colonel en 1921, colonel en 1925, il commande le 1er régiment du génie à partir entre 1926 et 1927. Chauvineau dirige ensuite l'École militaire et d’application du génie ainsi que le centre d'études tactiques à Versailles[2]. Il est promu général de brigade en 1930 (puis de division en 1934) et reçoit le commandement du génie de la 7e région militaire (Besançon). En 1936 il passe à la deuxième section de l'état-major général. Chauvineau est ainsi rappelé au début de la Seconde Guerre mondiale pour exercer le commandant du génie de la région de Paris. À ce titre, il est chargé pendant la drôle de guerre d'exécuter les travaux d'une ligne de défense protégeant Paris, la ligne Chauvineau. Il est démobilisé le [1].

ŒuvreModifier

Au cours des années 1930, il mène une étude qu'il publie en mars 1939 sous le titre Une invasion est-elle encore possible ? et préfacée par le maréchal Pétain.

Cette œuvre a fait l'objet de nombreuses critiques, notamment de Paul Reynaud, Maurice Gamelin, Marc Bloch[n 1], etc[3]. Au contraire, l'auteur Éric van den Bergh défend la pertinence de son contenu et que c'est la préface qui est responsable de sa mauvaise réputation, où Pétain exprime des propos contraires au contenu du livre, dans lequel Chauvineau cherchait en réalité à alerter sur les risques possibles d'une invasion à cause de l'état de l'armée et de la politique étrangère menée par la France[4]. Bergh envisage que Pétain ait écrit une telle préface pour masquer le fait qu'il est le responsable, par les hautes fonctions qu'il a occupées durant l'entre-deux-guerres, de la faiblesse de l'armée française que Chauvineau pointerait[4]. Une autre thèse défendue par Marc Bloch (L'étrange défaite, édition folio page 246 ) se demande si le Maréchal Pétain n'est pas à l'initiative de la rédaction du livre de général Chauvineau.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. À propos d'un livre trop peu connu, publié en avril 1944 dans Cahiers politiques, il a été rajouté en annexe de nouvelles éditions de L'Étrange Défaite.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h et i Bergh 2009, chap. 4.
  2. a b c et d « Le général Chauvineau », sur La ligne Chauvineau (consulté le 13 décembre 2013).
  3. Bergh 2009, chap. 8.
  4. a et b Bergh 2009, chap. 5 à 8.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

PublicationModifier

BibliographieModifier

  • Éric van den Bergh, Mai 1940 : une victoire éclair, (lire en ligne).  

Liens externesModifier

Sites InternetModifier