Louis (monnaie)

monnaie d'or

Le louis[1],[2],[3] est la dénomination courante de la monnaie d'or française frappée de 1640 à 1792. Par la suite, la pièce de vingt francs fut appelée « louis » ou « napoléon ».

Le louis est désigné du nom de Louis XIII (-), le roi de France et de Navarre qui, le premier, fit frapper cette monnaie[2].

CréationModifier

C'est en 1640 que Louis XIII, par l'entremise de Claude de Bullion, décide de réformer le système monétaire français, pour stabiliser la monnaie, restaurer le confiance en celle-ci[4], rivaliser avec les monnaies espagnoles comme le doublon, et enfin encourager les premiers placements refuges[5].

Avant cette date, la France possédait comme monnaies d'or : l'écu d'or. L'écu d'or frappé sous Louis XIII pèse 3,375 g et équivaut à cette époque à 5 livres tournois (LT) et 15 sols soit 1 560 deniers, selon le système de comptabilité monétaire livre/sol/denier (1 LT = 20 sols = 240 deniers), qui va rester en vigueur jusqu'en 1795. Des écus d'argent son frappés et sont appelés « écu de 6 livres ». La livre équivaut à un peu plus de 0,6 g d'or pur.

La création du louis d'or est décidée par la déclaration donnée à Saint-Germain-en-Laye le [6],[7],[8] : il pèse 6,752 g, soit la valeur de deux écus d'or, donc 11 livres et 10 sols.

Au niveau comptable, on exprime de grosses sommes désormais en louis et en livres, par exemple, un tableau acheté 10 louis en 1645, équivaut à environ 110 livres. Le louis ne remplace pas l'ancien système, il le complète et surtout le détache des aléas du cours de la livre : par une série de réformation, le roi peut décider qu'un louis vaut plus ou moins tant de livres et c'est tout l'intérêt de cette réforme. Donc, le louis d'or institue une forme de placement refuge qui tiendra jusqu'à la Révolution française[9].

FabricationModifier

Depuis Henri II, la « frappe au balancier » concurrence peu à peu celle « au marteau », elle permet de fabriquer des monnaies avec une grande précision et à meilleur rythme ; c'est le cardinal de Richelieu qui initie et fait, grâce à Jean Warin puis, par le biais du fils de ce dernier, François, avec le « balancier à vis Delaunay », que cette technique s'imposera dans tous les ateliers du royaume[10].

Cinq pièces courantes sortent des ateliers : le demi-louis, le louis, le double louis, le quadruple louis et le dix louis. À côté de ces pièces courantes est fabriquée, à un petit nombre d'exemplaires, une série de monnaies de grand module, respectivement de huit, seize et vingt louis. La pièce de vingt louis reste la plus grande et la plus lourde monnaie d'or française jamais frappée en France et pesait 135,03 g[11]. Ces pièces de plaisir et de prestige, destinées à servir de cadeaux et à prouver le savoir-faire de la Monnaie de Paris, n'ont pas circulé. Elles sont également l'œuvre du graveur général des monnaies originaire de Liège, Jean Warin[12].

Modules courantsModifier

Les valeurs en livres ont été ici arrondies, en réalité elles n'étaient en rien décimales :

  • le demi-louis, valant 5 livres tournois (LT) ou 100 sols, avec un diamètre de 20 mm et un poids de 2 deniers et 15 grains, soit 3,376 g[13].
  • le louis d’or, valant 10 LT, avec un diamètre de 25 mm et un poids de 5 deniers et 6 grains, soit 6,752 g ;
  • le double louis d’or, valant 20 LT, avec un diamètre de 28,5 mm et un poids de 10 deniers et 12 grains, soit 13,47 g[14] ;
  • le quadruple louis d’or, soit 40 LT, avec un diamètre de 35 mm et un poids de 26,88 g
  • le 10 louis d'or, soit 100 LT, avec un diamètre de 44 mm et un poids de 67,518 g[15].

Poids et valeurs évolutivesModifier

Évolution de la valeur légale du louis (1640-1785)[6]
Date taille au marc poids (en g) cours légal
(en livres tournois)
36 ¼ 6,752 11 ½
30 8,16 19 (guerre)
40 6,12 29 (Système de Law)
25 9,79 52 (dévaluation)
37 ½ 6,53 26 (réformation)
30 8,16 23
32 7,65 24 (réforme)

ExemplesModifier

Louis XIII (1610-1643)Modifier

 
Louis de Louis XIII, diamètre 25 mm, poids 6,752 g.

Frappé en 1641, ce louis présente les caractéristiques suivantes :

  • avers : la tête laurée du roi tournée à droite, avec la légende suivante en latin : LVD XIII DG - FR ET NAV REX, (LVDOVICVS XIII DEI GRATIA FRANCIAE ET NAVARRAE REX), c'est-à-dire « Louis XIII, roi de France et de Navarre par la grâce de Dieu »
  • revers : le monogramme : croix formée de 4 doubles L surmontés de couronnes et séparés par des fleurs de lys, la lettre de l'atelier dans un cercle en cœur. La légende latine CHRS REGN VINC IMP, (CHRISTVS REGNAT VINCIT IMPERAT), c'est-à-dire « Le Christ règne, vainc et commande ».
  • Maître graveur : Jean Warin.

Louis XIV (1643-1715)Modifier

 
Louis de Louis XIV, 1669, diam. 25 mm, poids 6,75 g.

Frappé en 1669, et communément appelé louis « aux huit L », il présente les caractéristiques suivantes :

  • avers : la tête laurée du roi tournée à droite, avec la légende suivante en latin : LVD XIIII DG - FR ET NAV REX, c'est-à-dire « Louis XIV, roi de France et de Navarre par la grâce de Dieu »
  • revers : le monogramme à la croix formée de 4 doubles L surmontés de couronnes et séparés par des fleurs de lys, la lettre de l'atelier dans un cercle en cœur. La légende CHRS REGN VINC IMP, c'est-à-dire « Le Christ règne, vainc et commande »

Il existe d'autres types : « jeune à la mèche longue », « à l'écu », « vieux aux 4 L »...

Louis XV (1715-1774)Modifier

 
Louis de Louis XV, 1748, diam. 24 mm, poids 8,16 g.

Frappé en 1726, et communément appelé louis « aux lunettes », il présente les caractéristiques suivantes :

  • avers : la tête du roi tournée à gauche, avec la légende suivante en latin : LVD XV DG - FR ET NAV REX, c'est-à-dire « Louis XV, roi de France et de Navarre par la grâce de Dieu »
  • revers : le monogramme : écus ovales inclinés de France et de Navarre surmontés d'une couronne, la lettre de l'atelier étant reprise dans la partie inférieure. La légende CHRS REGN VINC IMPER, c'est-à-dire « Le Christ règne, vainc et commande »
  • maître graveur : Norbert Roettiers

Autres types : « au soleil » (1715), « aux insignes » (1716), « de Noailles » (1717), « à la croix de Malte » (1718-19), « aux deux L » (1720-23), « mirliton » (1723-25), « au buste habillé » (1734), « au bandeau » (1769) et « à la vieille tête » (1771).

Louis XVI (1774-1793)Modifier

 
Double louis de Louis XVI de 1789, diam. 28 mm, poids 15,3 g.

Issu de la réforme de 1785 décidée par Charles-Alexandre de Calonne, ce type fut frappé jusqu'en 1792.

  • avers : LUD.XVI. D. G. FR ET NAV. REX (Louis XVI Par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre) + marque d'atelier sous le buste
  • revers : CHRS REGN VINC IMPER (Le Christ règne, vainc et commande) + millésime

Autre types : « aux palmes » (1774) et gravé par Duvivier, « au buste habillé » (1774-85), « à la corne » (Strasbourg, 1786).

PérennitéModifier

 
« Louis » constitutionnel de 24 livres République Françoise, 1793, pesant 7,649 g, gravé par Augustin Dupré.

Fin 1792, le louis de 24 livres pesant 7,649 g d'or à l'effigie de Louis XVI fut remplacé par le type « Au génie » gravé par Augustin Dupré, comportant des mentions constitutionnelles et surtout, une valeur faciale (ce qui n'était pas le cas sous l'Ancien Régime). À la suite du changement monétaire, de la décimalisation et de l'émission des premiers francs germinal, une pièce de 20 francs pesant 6,45 161 g d'or, revêtit le portrait de Bonaparte premier consul, futur Napoléon empereur. Ce module « 20 francs » or à 900 millièmes (soit 5,805 g d'or fin) fut en vigueur de 1801 à 1914. Le terme « napoléon » entra alors en concurrence avec celui de « louis ». Le dernier sera frappé en 1914 avec au droit un coq et au revers une effigie de Marianne. Il existe une quantité de refrappes modernes du module Napoléon III ainsi que de la pièce de 20 francs au coq. En 1936, une pièce de 100 francs en or pesant 6,45 g fut frappée mais jamais ne circula.

Avec l'Union latine signée en 1865, d'autres pays européens frappèrent des pièces d'or au module et poids identique à celui de la pièce française de 20 francs. Dans le langage courant, ces pièces sont improprement appelées « louis d'or ».

En numismatique, on appelle « louis d'or » stricto sensu les pièces d'or françaises fabriquées entre 1640 et 1792.

Notes et référencesModifier

  1. « Louis », dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 5 juin 2016].
  2. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « louis » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 5 juin 2016].
  3. « louis » [html], sur Dictionnaires de français (en ligne), Larousse (consulté le 5 juin 2016).
  4. Déclaration... portant que toutes les espèces d'or et d'argent de poids qui ont à présent cours, seront exposées en la manière accoustumée, comme aussi l'or et l'argent au marc ; le tout, suivant le dernier règlement du mois de septembre 1641, avec défenses d'y apporter aucune difficulté, sur les peines y mentionnées, imprimé à Paris, par Sébastien Cramoisy, le 3 septembre 1641 — sur Gallica.
  5. D'après Georges Valance, Histoire du franc, 1360-2002, Flammarion, 1998, p. 71
  6. a et b Antonetti 2001.
  7. Jérôme Jambu, « Changer de système de compte ou de monnaie, à l'époque moderne et sous la Révolution (à travers l'exemple normand) », Revue européenne des sciences sociales, vol. 45, no 137 « La monnaie, personnage historique »,‎ , p. 141-15 (DOI 10.4000/ress.222, lire en ligne [html], consulté le 21 mai 2016), p. 146 [lire en ligne (page consultée le 21 mai 2016)].
  8. Gildas Salaün, « 31 mars 1640 : la création du louis d'or », Monnaie magazine,‎ , p. 38-41 (ISSN 1626-6145).
  9. Histoire du franc, 1360-2002, par Georges Valance, Paris, Champs Flammarion, 1998, page 71.
  10. « Aux sources des collections patrimoniales de la Monnaie de Paris » par Béatrice Coullaré, In: Artefact, 8 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 18 avril 2020 — lien.
  11. BnF, Département des monnaies, médailles et antiques, Beistegui 304 RC-A-57802/RC-A-57803.
  12. Frédéric Pény, Jean VARIN de Liège, Liège, Belgique, H. Vaillant-Carmanne,S.A, , E.0 tirage 500 ex éd., 79 + 23 pl. p., p10, 13, 17, 18.
  13. LOUIS XIII LE JUSTE Demi-LOUIS d'or à la mèche mi-longue 1640.
  14. LOUIS XIII LE JUSTE DOUBLE LOUIS d'or à la mèche longue, à deux rubans.
  15. L'une de ces pièces a été vendue en 2012 pour 210 000 euros, ce qui en fait la pièce française à ce jour la plus chère du marché — « La plus grosse pièce d'or française » sur sacra-moneta.com.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier