Ouvrir le menu principal

Louis-Étienne Charpillon

historien du département de l'Eure
Louis-Étienne Charpillon
Defaut.svg
Fonction
Juge de paix (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Louis Etienne CharpillonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Officier d'Académie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis-Étienne Charpillon est un passionné français d'histoire locale spécialisé dans le département de l'Eure, né le à Tannerre-en-Puisaye[1] et mort le à Domecy-sur-Cure[2].

Sommaire

BiographieModifier

État civilModifier

Charpillon est né de Marie-Angélique Rameau (1782 - 12 juin 1836[3]) dont le mari, père de l'enfant, est Louis Pierre (1783 - 25 janvier 1845[4]), marchand de bois natif de Leugny (Yonne). Les conditions de vie de la famille implantée à Tannerre-en-Puisaye, bourg de quelque 700 habitants, sont modestes.

Il est le benjamin d'une fratrie constituée de Jeanne (9 novembre 1811[5] - …) et Pierre Césaire (1815 - …).

Carrière bourguignonneModifier

En 1841, Charpillon a 24 ans ; son nom figure dans l'annuaire du département de l'Yonne[6], en qualité de notaire installé à Sens où est répertorié antérieurement un Louis Césaire Charpillon, notaire.

En 1846, il est toujours nommé dans le même annuaire en qualité d'ancien notaire domicilié à Sens, arrondissement du même nom[7], tandis que, quelques pages plus loin, le même annuaire fait état de sa présence dans le canton d'Auxerre, à Saint-Bris : il est en effet le successeur de Me Pascal Symphorien Drouot, actif entre 1830 et 1842, 9 rue de Paris[8].

C'est dans ce dernier bourg de près de 2 000 habitants qu'en 1848, à l'occasion de la campagne électorale d'Alexandre Dumas dans l'Yonne, ce dernier entre dans le cours de la vie de Charpillon[9]. Ils partagent tous deux le goût de la chasse[10]. La biographie de Dumas mentionne qu'il travailla chez un notaire à ses débuts, tout comme Charpillon fut clerc avant d'acheter sa propre charge.

Dumas décrit[11] la qualité des poules de concours bramas et cochinchinoises à l'élevage desquelles se livre Charpillon à Saint-Bris où ce dernier est l'un des adjoints du maire.

Le revers de la médaille veut qu'Alexandre Dumas emprunte beaucoup d'argent à son ami Charpillon qui n'élève hélas pas de poule aux œufs d'or

Carrière normandeModifier

Si l'on peut expliquer les raisons qui poussent Charpillon à quitter sa région natale à cause de ses revers de fortune, on ignore le motif qui lui a fait choisir la Normandie[12]. Toujours est-il que l'étude de Saint-Bris passe à Me François Théveny[13] en 1856.

Il résida avec sa famille à Pinterville, commune proche de Louviers dans l'Eure, Pinterville où officie un curé du nom d'Anatole Caresme dans l'église de la Sainte-Trinité[14]. Ultérieurement, sa mutation expresse pour Darnétal[15] suivit son affectation à Gisors après les événements de l'envahissement prussien.

À Gisors, à partir du 24 septembre 1865[15], on le retrouve juge de paix. Les archives des affaires dont il a eu à connaître n'étant pas accessibles, on ignore l'ampleur des fonctions de ce notable dans le canton, si ce n'est en termes statistiques repris dans Gisors et son canton[16].

En marge donc de cette fonction dans la magistrature, on lui doit, avec la collaboration du lovérien de naissance l'abbé Caresme[17], un ouvrage qui fait désormais référence, dont la plupart des articles de la présente encyclopédie consacrés aux communes, aux institutions comme aux hommes qui ont fait l'histoire de l'actuel département de l'Eure constituent la source de leurs références[18].

Œuvre majeureModifier

Entre 1868 et 1879 paraissent respectivement les deux volumes du Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure - histoire, géographie, statistique, dictionnaire ainsi conçu :

  • 1868 : Volume I - 1re partie[19] - Dédicace - Introduction - Préface (pp. I à VIII) - Chapitres 1 à 18 (bibliographie) : statistiques : pp. 1 à 86 - Communes de Aclou à Bouafles, pp. 87 à 468; (ISBN 9782877607308) (fac similé Res Universis) / (ISBN 2-87760-730-5)
  • 1879 : Volume II - 2e partie[21] - Communes de la Madeleine de Nonancourt à Vraiville - pp. 485 à 1005. Note de l'auteur p. 1005, signée à Paris du 24 mars 1879 - Errata pp. 1007-1010 - Carte p. finale.

La page de couverture des éditions originales comporte une composition des blasons colorisés des cinq villes chefs-lieu d'arrondissement. L'éditeur initial est la maison Delcroix[22], au 64 Grande-Rue aux Andelys. L'ouvrage est publié sous le patronage du préfet de l'Eure, Eugène Janvier de la Motte, augmenté de celui du conseil général de l'Eure par la suite. La dédicace du volume I est pour la duchesse d'Istrie[23].

L'introduction confirme son métier de juge de paix à Gisors, à la date du 20 décembre 1867. La page de couverture du volume II de 1879 laisse apparaître un Charpillon ancien juge de paix.

Charpillon en appelle au travail réalisé par son devancier de trente ans, Louis-Léon Gadebled[24]. Dans le tome II[25], Charpillon reconnaît avoir suivi les orientations préconisées par l'abbé Caresme († 1876) de dresser une histoire aussi complète que possible commune par commune, notamment grâce aux notes accumulées par ce dernier pendant trente ans. Il remercie aussi Stéphane de Merval (1814-1894)[26], éditeur scientifique, autre historien local.

La numérisation de l'ouvrage existe sous différents modes : par volume ou partie 1 ou 2 de volume. Le volume I entier est « communément » accessible en ligne, tandis que certaines institutions universitaires proposent le volume II[21].

Une réédition sur papier en 500 exemplaires a été lancée en 1966[27] en deux tomes fidèles à l'originale.

Faits saillants de ses activitésModifier

L'ouvrage Gisors et ses Environs

Ce travail est antérieur au Dictionnaire. C'est le succès rencontré auprès des amateurs d'histoire locale qui décidera Charpillon d'entreprendre son dictionnaire. Des rééditions multiples en ont été faites depuis l'année de sa publication, 1867, dont une de 1979[28].

Mutation-sanction

Les événements du mois d'octobre 1870 à Gisors, surtout les écrits qu'il s'est obligé d'en faire en réponse à sa mise en cause[29], lui valent l'inimitié d'un doyen des députés en devenir, Louis Passy.

Le fait est que, le 15 novembre 1870, au cœur de la tourmente prussienne, il est muté à Darnétal. Sept mois après, le 12 avril 1871, il est appelé à d'autres fonctions[15],[30]. Le 28 juillet 1871, il reçoit un témoignage de sympathie[29], écrit dans lequel le terme de disgrâce est employé.

Légataire universel de Dumas

Il est rapporté que le manuscrit du Chevalier de Sainte-Hermine aurait été récupéré par Charpillon dans la précipitation lors du décès de son auteur en décembre 1870, à une période où les Prussiens pénétraient dans Dieppe (Dumas est mort dans la villa de son fils à Puys, par Neuville-lès-Dieppe), puis perdu[31]. Or ce fait s'explique car Charpillon est le légataire universel d'Alexandre Dumas († 5 décembre 1870), voulu par ce dernier dans son testament dès 1865[32], ce qui le fera haïr par son fils, les dettes accumulées par Dumas père n'y étant pas pour rien.

Affaires parisiennes

Sans qu'on puisse se l'expliquer, le nom de Louis Étienne Charpillon, ancien notaire à Saint-Bris-le-Vineux (Yonne), transparaît en juillet 1874 à l'occasion de la publicité donnée à la cession de brevets d'invention par Pierre Grandjean, ingénieur mécanicien, à Louis Étienne Charpillon, concernant un nouveau système de chauffage qui porte son nom (Grandjean), applicable aux wagons de chemin de fer, aux voitures de toutes natures, aux navires, aux serres, appartements[33]. On lit alors que Charpillon est à Paris, au no 8 de la rue Greffulhe. Et c'est de Paris en effet qu'il lance l'édition du volume II de son dictionnaire en 1878.

On perd sa trace à partir de cette année. De retour en Bourgogne, il meurt dans son département de naissance seize ans plus tard.

FamilleModifier

Il se marie à Anne-Sophie Denis (°1821-) de Saint-Florentin (Yonne), qui se trouve à une trentaine de kilomètres de Saint-Bris (Anne-Sophie meurt le 27 septembre 1856[34]). Elle donne naissance à un premier fils Lionel le 11 août 1842[35], qui vivra un peu plus d'un an[36]. Joseph Étienne Albert naît le 25 février 1844. Marie Jeanne Sophie Denise, née le 5 octobre 1847, se marie à Gisors le 4 juin 1872.

Il épouse en secondes noces, en 1857, Marie-Catherine Dechamps (1840-1898) née à Armes (Nièvre), que l'on suppute être une fille naturelle d'Alexandre Dumas. Leurs deux enfants sont Louis Paul César (1859-1925) et Max Étienne (1863-…)[37].

Il a un parent, Césaire Guyard[38], installé à Domecy-sur-Cure (Yonne). C'est dans sa maison dont Charpillon a hérité qu'il meurt à 77 ans.

DistinctionsModifier

  • Officier d'académie[2]

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance de Louis-Étienne Charpillon no 12.
  2. a et b Acte de décès de Louis-Étienne Charpillon no 10.
  3. Acte de décès de Marie-Angélique Rameau no 7.
  4. Acte de décès de Louis Pierre Charpillon no 3.
  5. Acte de naissance de Jeanne Louise Reine Angélique Charpillon no 28. Parrain : le curé de Sens Jérôme Charpillon (° 1751).
  6. Annuaire historique du département de l'Yonne, recueil de documents authentiques destinés à former la statistique départementale, 1841, en ligne [1], pp. 126 et 170.
  7. Annuaire historique du département de l'Yonne, Volume 10, Ch. Milon, 1846, p. 98 & 146, en ligne [2].
  8. Notaires - Les archives départementales de l'Yonne [3].
  9. Journal de campagnes. Alexandre Dumas candidat dans l'Yonne, Claude Schopp [4].
  10. Jules Guénier, dans Mémoires d'un bourgeois de Saint-Bris, écrit : « La fausse nouvelle d'un membre de la famille Dumas malade permettra d'éloigner l'écrivain qui vivait au relais de poste sans s'acquitter d'aucune charge, sa notoriété étant un passeport de gratuité ».
  11. Histoire de mes bêtes, Alexandre Dumas, pp. 269 et s., en ligne [5].
  12. Dans l'introduction de Gisors et son canton signée du 29 novembre 1866, il ne dit mot de son sentiment [6].
  13. Saint-Bris-le-Vineux. - Étude notariale n°VI : minutes et répertoires, en ligne [7].
  14. Notice no PA00099509.
  15. a b et c Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe et XXe siècles, dossier Charpillon [8].
  16. Gisors et son canton, op. cit., p. 70 & s. en ligne [9].
  17. Fiche d'identité de l'abbé Caresme en ligne sur BnF [10].
  18. En ligne (tome I) [11].
  19. Notice bibliographique BnF Vol I part.1 [12].
  20. Notice bibliographique BnF Vol. I part. 2 [13].
  21. a b et c Volume II du Dictionnaire, en ligne [14].
  22. Delcroix, libraire incontournable du département à cette époque, qui a, en outre, édité Brossard de Ruville Histoire de la ville des Andelis et de ses dépendances, éditée chez Delcroix.
  23. On ne connaît pas les relations de l'auteur avec Mathilde Louise Lagrange, duchesse d'Istrie, sa contemporaine, morte en 1873.
  24. Louis-Léon Gadebled (1812 - 1873), Dictionnaire topographique statistique et historique du département de l'Eure, Canu, , 501 p. (lire en ligne).
  25. In p. 1005, note de l'auteur [15].
  26. Fiche d'identité de Stéphane de Merval en ligne sur BnF [16].
  27. Réédition de 1966 référencée SUDOC 158798465 [17].
  28. Gisors et ses Environs, Paris, Perrin, 1979, 283 p.  et 16 p.  de planches (ISBN 978-2877604949).
  29. a et b Les Prussiens à Gisors, … Mise en cause de Charpillon par Louis Passy - Réponse en 32 pages, en ligne sur Bnf [18].
  30. Les événements à Paris valent aussi le départ du préfet de passage de l'Eure, Alexandre Fléau, quelques jours après lui, le 20 avril; Charpillon et lui avaient eu des échanges avant l'arrivée des Prussiens à Gisors en octobre 1870.
  31. Découvertes, 28 octobre 2007 par Susan Salter Reynolds[19] « Dumas est mort près de Dieppe, pendant la guerre franco-prussienne. À l'approche de l'armée prussienne, son seul légataire, Louis Charpillon, notaire et juge de paix, enterrait ses objets de valeur, y compris le manuscrit d'"Hector de Sainte-Hermine". Cinq jours plus tard, les Prussiens sont arrivés. Finalement, Charpillon a déterré le roman et l'a donné à un notaire à Rouen ».
  32. Dumas fils ou l'anti-Œdipe, Marianne Schopp & Claude Schopp, Phébus, 2017, (ISBN 275291122X), (ISBN 9782752911223), 336 pages.
  33. Cession de brevet de 1874 [20].
  34. Acte de décès d'Anne-Sophie Denis no 35.
  35. Acte de naissance no 37 de Lionel, Louis, Ismaël Charpillon.
  36. Acte de décès no 39 de Lionel, Louis, Ismaël Charpillon au 15 novembre 1843.
  37. Louis et Max tous deux témoins habitant Paris ayant signé l'acte de décès de leur père.
  38. Guyard est le nom de jeune fille de la mère de Charpillon.