Lois d'avril

Les lois d'avril, également appelées lois de mars[1],[2], sont un ensemble de lois légiférées par Lajos Kossuth dans le but de moderniser le Royaume de Hongrie en un État-nation. Le programme impératif comprenait le contrôle hongrois de la garde nationale populaire, du budget national et de la politique étrangère hongroise, ainsi que la suppression du servage. Elles ont été adoptées par la Diète hongroise en à Pozsony (aujourd'hui Bratislava, en Slovaquie[3] ; en allemand Pressburg) et signées par Ferdinand V au palais du primat de la même ville le [4] en réaction à la révolution de 1848. Lorsque la révolution fut écrasée par l'intervention russe en 1849, l'Autriche ne vota pas la loi et la Hongrie ne conserva pas la pleine autonomie extérieure jusqu'au compromis de 1867, qui allait par la suite influer sur sa position au cours de la Première Guerre mondiale .

Les « dix points »Modifier

Les conservateurs — qui s'opposaient généralement à la plupart des réformes — pouvaient conserver une faible majorité dans l'ancien parlement féodal. Les libéraux réformateurs étaient divisés entre les idées d'István Széchenyi et de Lajos Kossuth. Toutefois, juste avant les élections, Deák parvint à réunir tous les libéraux sur la plate-forme commune des « dix points ». Les « dix points » des réformateurs sont devenus les principes directeurs des lois d'avril.

RéférencesModifier