Ouvrir le menu principal

Linobambaki était un surnom donné en Grèce ottomane :

Sommaire

HistoireModifier

 
Le hospodar phanariote de Valachie, Alexandre Mourousi recevant l'ambassadeur britannique Robert Liston et sa suite auprès de son trône à Bucarest. Le prince est descendu de son trône pour se mettre à portée de son interlocuteur. Au-dessus du trône, le monogramme du sultan ottoman, suzerain de la Valachie. Bien qu'ils soient chrétiens, le hospodar et sa suite sont tous vêtus à l'orientale, en bons Linobambakis.
 
Hassan Pouli (Hasan Bulli), une figure historique du folklore Chypriote.

GénéralitésModifier

Linobambaki vient du grec « λινο » (lino), lin et « βάμβακοι » (vamvaki), coton[5], et se comprend comme la métaphore française « du lard ou du cochon » pour désigner quelque chose dont la nature n'est pas claire, ou bien est double. Ce surnom a un sens proche de la taqîya (arabe : تقيّة) musulmane et du marranisme des juifs de la péninsule Ibérique : les Linobambaki étaient soupçonnés par les autorités ottomanes de fausse conversion et de continuer à pratiquer en secret leurs religions antérieures. Ainsi beaucoup portaient des noms multiples, musulmans, juifs ou chrétiens, comme Khalil/Cebrâil/Gabriel, Suleyman/Shimon/Simon, Ibrahim/Abraham/Avram, Iskander/Alexandre, Malik/Michel ou Ridvan/Radovan[6], consommaient de l'alcool (rakı) et du porc[7], et ne participaient pas aux offices religieux.

Aujourd'hui cette métaphore est tombée dans l'oubli, sauf à Chypre où leurs descendants font partie des Chypriotes turcs[8],[9].

Spécificité chyprioteModifier

Dans l'île de Chypre tout commence à l'issue de la quatrième guerre vénéto-ottomane (1570–73) lorsque le pays est rattaché à l'Empire ottoman[10]. Autant les « latins », « Francs » et Vénitiens, avaient persécuté les Chypriotes orthodoxes, autant les Ottomans persécutèrent les « Latins », craignant qu'ils ne complotent pour le retour de Venise. Ainsi, la tolérance turque vis-à-vis la communauté catholique était bien moindre que celle envers la communauté orthodoxe[11]. En plus de la pression politique et religieuse, une oppression économique se manifesta par la confiscation des propriétés « latines ». Les rebelles étaient réduits en esclavage. Les catholiques affectés par ces abus étaient des Vénitiens, Génois, Maronites et Arméniens dont beaucoup se convertirent à l'islam afin d'échapper à ce sort : ce furent les Linobambakis chypriotes[12].

Beaucoup de villages Linobambaki ont des noms de saints chrétiens qui commencent par « άγιος (ayios) » dans le cas des anciens orthodoxes, et par « san » dans le cas des anciens catholiques. L'histoire et les racines culturelles des Linobambaki se retrouvent partout dans la littérature et vie des Chypriotes turcs. Par exemple, deux des personnages principaux du folklore chypriote turc sont “Gavur Imam” et “Hasan Bulli”[13]. Bien que musulmans, les Linobambaki ont été de toutes les révoltes et manifestations contre le règne ottoman, et contre ses représentants sur l'île[14].

LocalitésModifier

Beaucoup de villages et quartiers chypriotes turcs étaient autrefois des localités Linobambakis. Ce sont :

  • Agios Sozomenos (Arpalık)[15]
  • Agios Theodoros (Boğaziçi)[16]
  • Armenochori (Esenköy)[17]
  • Ayios Andronikos (Yeşilköy)[18]
  • Ayios Iakovos (Altınova)[17]
  • Ayios Ioannis (Ayani)[19]
  • Ayios Khariton (Ergenek)[17]
  • Dali (Dali)[15]
  • Aphrodisia (Yağmuralan)[20]
  • Stenakrotiri (Kaleburnu)[21]
  • Kato Arodhes (Aşağı Kalkanlı)[15]
  • Tylliria (Dılirga)[22]
  • Kornokypos (Görneç)[23]
  • Limnítis (Yeşilırmak)[24]
  • Louroutsina (Akıncılar)[25]
  • Melounta (Malıdağ)[17]
  • Platani (Çınarlı)[23]
  • Potamia (Bodamya)[15]
  • Kritou Marottou (Gritmarut)[26]
  • Vretsia (Vreca)[19]

Les Linobambakis aujourd'huiModifier

Le système des milliyets de l'Empire Ottoman a été aboli en 1878 à Chypre par l'administration coloniale britannique mais le peuple de Chypre n'en fut pas moins divisé en deux groupes principaux selon les données des recensements et des administrations[27] et les Linobambaki furent assimilés à la communauté Chypriote turque[16].

Aujourd'hui, à cause de la division de l'île et de l'isolement politique et économique de la partie occupée par la Turquie, des tensions sont apparues entre les Chypriotes turcs d'une part, les colons venus d'Anatolie et la Turquie d'autre part[28]. Ces tensions ont remis en mémoire de part et d'autre les origines Linobambaki des Chypriotes turcs, conduisant à la formation d'organisations et de groupes spécifiques à cette communauté[29].

Hors de Chypre, un cas parallèle aux Linobabakis est celui des quelque 50 000 survivants pontiques du génocide de leur communauté pendant et après la Première Guerre mondiale[30], devenus musulmans et Turcs pour ne pas être expropriés et expulsés à leur tour vers la Grèce, comme l'ont été 400 000 d'entre eux en 1924, en application du traité de Lausanne de 1923[31]. On estime leurs descendants actuels à plus de 200 000 personnes vivant pour la plupart au Pont, mais ce sujet est « tabou » aussi bien en Grèce (où l'Église les considère comme des apostats, et les nationalistes comme des « traîtres ») qu'en Turquie (où les nationalistes n'admettent pas qu'un « bon » ou « vrai » Turc puisse avoir des ancêtres grecs et chrétiens, incitant ceux dont c'est le cas à cacher leurs origines[32], ce qui est aussi au nord de Chypre le cas de la majorité des Linobambakis).

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Voir impôts de non-Musulmans.
  2. (en) Frederic Henry Fisher, Cyprus, our new colony, and what we know about it, George Routledge and Sons, (lire en ligne), p. 42
  3. (en) Selim Deringil, Conversion and Apostasy in the Late Ottoman Empire, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-00455-9, lire en ligne), p. 112
  4. (en) Idesbald Goddeeris, De Europese periferie, Leuven University Press, (ISBN 978-90-5867-359-6, lire en ligne), p. 275
  5. (en) Pinar Senisik, The Transformation of Ottoman Crete : Revolts, Politics and Identity in the Late Nineteenth Century, I.B.Tauris, (ISBN 978-0-85772-056-6, lire en ligne), p. 64
  6. (en) Luigi Palma di Cesnola, Charles William King et Alexander Stuart Murray, Cyprus: Its Ancient Cities, Tombs, and Temples : a Narrative of Researches and Excavations During Ten Years' Residence in that Island, Harper & Brothers, (lire en ligne), p. 185
  7. (en) Tassos A. Mikropoulos, Elevating and Safeguarding Culture Using Tools of the Information Society: Dusty traces of the Muslim culture, Livanis, (ISBN 978-960-233-187-3, lire en ligne), « Linovamvaki », p. 93
  8. (en) Chrysostomos Pericleous, Cyprus Referendum: A Divided Island and the Challenge of the Annan Plan, I.B.Tauris, (ISBN 978-0-85771-193-9, lire en ligne), p. 131
  9. Hadjidemetriou, « Οι κρυπτοχριστιανοί της Κύπρου », sur Church of Cyprus,‎ (consulté le 10 mai 2014)
  10. (en) Servet Sami Dedeçay, Kıbrıslı Türk kadınının eğitim aracılığı sayesinde dinsel mutaassıplıktan sıyrılıp çağdaş hak ve özgürlük kurallarını kabullenişi, Lefkoşa Özel Türk Üniversitesi, (lire en ligne), p. 297
  11. (en) James Knowles, The Twentieth Century and After, Spottiswoode, (lire en ligne), p. 753
  12. (en) Captain A. R. Savile, Cyprus, H.M. Stationery Office, (lire en ligne), p. 130
  13. (tr) Celâl Erdönmez, « Şer'iyye Sicillere Göre Kıbrıs'ta Toplum Yapısı (1839-1856) », Süleyman Demirel Üniversitesi,‎ , p. 44 (lire en ligne[archive du ])
  14. (en) Costas P. Kyrris, Ανατομία του Οθωμανικού Καθεστώτος Στην Κύπρο 1570-1878, Nicosia, Dimos Lefkosias,‎ , 64-66 p.
  15. a b c et d (en) Jan Asmussen, "Wir waren wie Brüder": Zusammenleben und Konfliktentstehung in ethnisch gemischten Dörfern auf Zypern, LIT Verlag Münster, , 78–79 p. (ISBN 978-3-8258-5403-4, lire en ligne)
  16. a et b (en) Tassos A. Mikropoulos, Elevating and Safeguarding Culture Using Tools of the Information Society: Dusty traces of the Muslim culture, Livanis, (ISBN 978-960-233-187-3, lire en ligne), « Linovamvaki », p. 94
  17. a b c et d (en) Alexander-Michael Hadjilyra, The Armenians of Cyprus, Kalaydjian Foundation, (lire en ligne), p. 13
  18. (en) Ian Robertson, Cyprus, Benn, (ISBN 978-0-510-01633-3, lire en ligne), p. 85
  19. a et b (en) Marc Dubin, Cyprus, Rough Guides, (ISBN 978-1-85828-863-5, lire en ligne), p. 412
  20. (tr) Esat Mustafa, Kıbrıs Tarihinde Yağmuralan (Vroişa), Lefkoşa, Ateş Matbaacılık, , p. 39
  21. (tr) Tuncer Bağışkan, « Kaleburnu köyüne bir yolculuk (1) », YeniDüzen Gazetesi, Lefkoşa, United Media Group,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Kiamran Halil, The Rape of Cyprus, Prosperity Publications, (ISBN 978-0-905506-07-4, lire en ligne), p. 19
  23. a et b (en) Louis Mas Latrie, L'île de Chypre: sa situation présente et ses souvenirs du moyen-âge, Firmin-Didot et cio, (lire en ligne), p. 43
  24. (en) Mahmut Islamoglu et Sevket Oznur, Linobambaki: The Christian-Muslim Cypriots, (lire en ligne), p. 5
  25. (en) Andrekos Varnava, Nicholas Coureas et Marina Elia, The minorities of Cyprus: development patterns and the identity of the internal-exclusion, Cambridge Scholars, (ISBN 978-1-4438-0052-5, lire en ligne), p. 204
  26. (tr) Arif Hasan Tahsin, « Yeter ki Tohum Çürük Olmasın », Yeniçağ Gazetesi, Lefkoşa,‎ (lire en ligne)
  27. (en) Samson Opondo et Michael J. Shapiro, The New Violent Cartography: Geo-Analysis after the Aesthetic Turn, Routledge, (ISBN 978-1-136-34508-1, lire en ligne), p. 205
  28. (en) Yiannis Papadakis, Nicos Peristianis et Gisela Welz, Divided Cyprus: Modernity, History, and an Island in Conflict, Indiana University Press, , 84–99 p. (ISBN 0-253-11191-9, lire en ligne), « De-ethnicizing the Ethnography of Cyprus: Political and Social Conflict between Turkish Cypriots and Settlers from Turkey »
  29. (en) Olena Kagui, « Patriots Punished in Northern Cyprus: A Modern Day Political Occupation », The Huffington Post, New York,‎ (lire en ligne).
  30. Michel Bruneau, Les Grecs pontiques, diaspora, identité, territoires, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 31.
  31. Pery Lafazani et Myron Myridis, « L'installation des Grecs du Pont en Macédoine, le cas du département de Kilkis », Les Grecs pontiques, diaspora, identité, territoires (sous la direction de Michel Bruneau), Paris, C.N.R.S. Éditions, 1998, p. 189.
  32. Le film de Yeşim Ustaoğlu : En attendant les nuages (2005), tourné près de Trabzon, évoque ce sujet « tabou ».