Hémichis

Hémichis
Համշե(ն)ցիներ

Populations importantes par région
Drapeau de la Turquie Turquie 2 500 000[1]
Drapeau de la Russie Russie 2 047
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 1 500
Population totale 2 500 000 (estimation.)[1]
Autres
Régions d’origine Arménien
Langues Arménien (dialecte des Hémichis), Turc
Religions Islam sunnite, Christianisme apostolique arménien
Ethnies liées Arméniens

Le terme Hémichis (aussi Hémisis, Hemchines, Hemsinli, Khemchiles, Arméniens de Hemşin, en arménien Համշե(ն)ցիներ) désigne généralement des Arméniens islamisés, des musulmans de langue arménienne, bien que certains Hémichis soient restés chrétiens. En Turquie, ils seraient environ 2 500 000[1].Les Hémichis ayant pour langue maternelle l'arménien et 20 000 ayant pour langue maternelle le turc[2].

HistoireModifier

Si les origines des Hémichis sont sujettes à débat chez les spécialistes, avec trois régions présumées : l'Arménie orientale, l'Arménie occidentale et l'Asie centrale, le centre du haut-plateau arménien est une origine plausible, selon une étude génétique de 2011[3].

Lors des déportations de peuples sous Joseph Staline, 25 915 Hémichis de Géorgie soviétique furent déportés en 1944 au Kazakhstan et en Ouzbékistan.

GroupesModifier

Il existe trois groupes de Hémichis :

  • Les « Hémichis orientaux » – plus connus sous le nom de Hémichis de Hopa – sont les habitants de la province d'Artvin (Turquie) ; principalement entre les villes de Hopa et de Borcka. Ils sont dispersés dans toute la Turquie (Ankara, Istanbul, etc.) et en Europe dû à l'immigration. Ils sont très majoritairement musulmans sunnites et parlent le Homshetsi, un dialecte de l'arménien occidental. Ces Hémichis se sont installés dans la région au XVIIIe siècle, ils viennent de la province Hemsin. Ils ont survécu aux massacres de l'époque en se convertissant à l'islam mais ont pu garder leur langue. Au XIXe siècle, un grand groupe de ces Hémichis a migré au sud de l'Adjarie (actuellement en Géorgie) et s'est installé dans 6 villages près de la frontière turque. Cependant durant la période soviétique, en 1944, sur les ordres de Staline, ce groupe fut déporté en Asie centrale. Un autre groupe quant à eux a été transféré dans plusieurs villages de la province de Sakarya dans les années 1850.
  • Les « Hémichis occidentaux » – plus connus sous le nom de Hémichis de Bash – sont les habitants de la province de Rize (Turquie) ; principalement à Hemsin, Camlihemshin et dans les villages aux alentours. Ils sont également dispersés dans les principales villes de Turquie (Ankara, Istanbul, Izmir, etc.), en Europe et aux États-Unis (dû à l'immigration). Ils parlent le Hemshinji (un dialecte turc avec de nombreux mots arméniens) et sont dans leur très grande majorité des musulmans sunnites.
  • Les « Hémichis du nord » quant à eux vivent actuellement sur les côtes nord-est de la mer Noire. Principalement en Abkhazie (Géorgie) et à Krasnodar (Russie). Ils ont migré de leur région (Hemsin, Camlihemsin, Rize, Trabzon, Samsun, Ordu etc) au cours du XVIIIe et du XIXe siècle. Ils parlent le Homshetsma (semblable au Homshetsi). Ils sont également en majorité des chrétiens orthodoxes et certains d'entre eux ont migré en Arménie au XXe siècle[4].

LangueModifier

Sur le plan linguistique, il existe trois variétés du Homshetsma, la langue des Hémichis, deux parlées par des groupes ethniques musulmans vivant en Turquie et un par un groupe resté chrétien, mais vivant en Géorgie et en Russie[5].

Identité ethniqueModifier

L'identité ethnique des Hémichis de Turquie est problématique : leur langue est incontestablement un dialecte de l'arménien occidental, leur religion est l'islam sunnite, la plupart des conversions semblent avoir eu lieu au XVIIe et XVIIIe siècles, mais ils ont conservé certaines coutumes chrétiennes (Épiphanie, baptême, Vartivor : fête de la Transfiguration ou Vardavar en arménien). Les Turcs les considèrent souvent comme un sous-groupe des Lazes (dont la langue est un dialecte du géorgien), les Lazes de Turquie les appellent « Arméniens », et les jeunes Hémichis utilisent le mot Ermeni (« Arménien ») pour désigner un ivrogne, bien que les plus âgés semblent conscients de leur origine arménienne, tout en évitant prudemment les discussions sur ce sujet[5].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « 2.5 Million Islamized Armenians Estimated in Turkey », sur asbarez.com, .
  2. (en) P. A. Andrews, Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Reichert, , p. 130.
  3. Levon Yepiskoposyan, Anahit Hovhannisyan et Zaruhi Khachatryan, « Genetic Structure of the Armenian Population », Archivum Immunologiae et Therapiae Experimentalis, vol. 64,‎ , p. 113–116 (PMID 28083603, DOI 10.1007/s00005-016-0431-9, lire en ligne  ) :

    « The origin of another Armenian Diaspora community, Hamshenis, has been a controversial subject for scholars of various disciplines throughout the years. Three regions were considered as a putative homeland for this isolated ethnic group, namely Eastern Armenia, Western Armenia and Central Asia. However, the results of the genetic survey based on the Y-chromosomal markers indicated the central part of historical Armenia as a plausible place of origin for the Hamsheni population (Margaryan et al. 2011). »

  4. (hy) « Hamshen Armenians », ՍԱՆԱՀԻՆԻՆ ԿԱՐԾԻՔՈՎ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a et b (en) Bert Vaux, « Hemshinli: The Forgotten Black Sea Armenians » (étude linguistique), (périodique non identifié), Harvard,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

En françaisModifier

  • Georges Dumézil, Notes sur le parler d'un Arménien musulman de Hemsin, Bruxelles, Palais des Académies, 1964.
  • Georges Dumézil, Notes sur le parler d’un Arménien musulman d’Ardala, Revue des études arméniennes, 1965, no 2, p. 135-142.
  • Georges Dumézil, Trois récits dans le parler des Arméniens musulmans de Hemshin, Revue des études arméniennes, 1967, no 4, p. 19-35.

En anglaisModifier

  • Bert Vaux, Homshetsma: The Language of the Armenians of Hamshen, dans The Hemshinli, Hovann Simonian (éd.), 2001.
  • Bert Vaux, Sergio LaPorta, and Emily Tucker (1996), Ethnographic Materials from the Muslim Hemshinli with Linguistic Notes, Annual of Armenian Linguistics 17, 1996.

En allemandModifier

  • Rüdiger Benninghaus, Zur Herkunft und Identität der Hemshinli, dans R. Benninghaus and P. A. Andrews (éd.), Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, 1989.
  • Uwe Bläsing, Armenisches Lehngut im Türkeitürkischen am Beispiel von Hemsin, Amsterdam, Rodopi, 1992.
  • Uwe Bläsing, Armenisch-Türkisch. Etymologische Betrachtungen ausgehend von Materialien aus dem Hemsingebiet nebst einigen Anmerkungen zum Armenischen insbesondere dem Hemsindialekt, Amsterdam, Rodopi, 1995.

Liens externesModifier