Ouvrir le menu principal

Ligne de
Saint-Sernin à Largentière
Image illustrative de l’article Ligne de Saint-Sernin à Largentière
Viaduc de la ligne de Saint-Sernin à Largentière, au croisement avec la route départementale D5, près de Montréal
Pays Drapeau de la France France
Historique
Fermeture 1988
Concessionnaires PLM (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1991)
Ligne déclassée (à partir de 1991)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 807 000
Longueur 12,9 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 20 
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Saint-Sernin à Largentière est une ancienne ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique de la région Rhône-Alpes. Elle reliait la gare de Saint-Sernin à celle de Largentière.

HistoireModifier

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 149, une ligne de « Largentière à l’embranchement d’Aubenas[1] ».

La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 5 août 1882[2]. Elle est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 26 mai 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[3]. Elle est embranchée sur la ligne de Vogüé à Lalevade-d'Ardèche, elle-même embranchée sur la ligne du Teil à Alès. La desserte des lignes de Largentière et Lalevade se fait au départ du dépôt de locomotives du Teil.

Le faible trafic voyageurs entraîna la fermeture de la ligne dès la fin des années 1930 ; elle fut cependant réactivée en 1964 par le groupe Peñarroya pour évacuer la production de leur mine de plomb argentifère située à Largentière[4].

Le trafic (marchandises) prend définitivement fin en 1982 avec la fermeture de la mine[4]. La ligne est officiellement fermée le 1er avril 1988. Elle est retranchée du réseau ferroviaire et déclassé en totalité par un décret du 20 septembre 1991[5].

CaractéristiquesModifier

DesserteModifier

La ligne desservait les villes de :

Ouvrages d'artModifier

ProjetsModifier

Une voie verte a été construite entre Saint-Sernin et Uzer. Elle est la continuité de la voie verte en construction entre Saint-Sernin et Vogüé, elle même construite sur l'ancienne Ligne de Vogüé à Lalevade-d'Ardèche.

ExploitationModifier

Notes et référencesModifier

  1. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  2. « N° 12179 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement du chemin de fer de Largentière à Saint-Sernin, sur la ligne de Vogüé à Aubenas : 5 août 1882 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 25, no 716,‎ , p. 171 - 70 (lire en ligne).
  3. « N° 14213 - Loi qui approuve les conventions passées, les 26 mai et 9 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 325 - 333 (lire en ligne).
  4. a et b « La fin du trafic ferroviaire entre la vallée du Rhône et la Cévenne ardéchoise », sur www.ledauphine.com, Le Dauphiné libéré (consulté le 23 mars 2019)
  5. « Décret du 20 septembre 1991 portant retranchement et déclassement de sections de lignes dépendant du réseau ferré national géré par la Société nationale des chemins de fer français et rectification du décret du 22 février 1991 portant retranchement et déclassement de sections de lignes dépendant du réseau ferré national géré par la Société nationale des chemins de fer français : NOR: EQUT9101176D », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 224,‎ , p. 12514 - 12515 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :