Libres et égaux

Libres et égaux
Liberi e Uguali
Image illustrative de l’article Libres et égaux
Logotype officiel.
Présentation
Leader Pietro Grasso
Fondation
Disparition
Positionnement Gauche
Idéologie Socialisme démocratique[1]
Écosocialisme[1]
Affiliation européenne S&D (5)
GUE/NGL (1)
Couleurs Rouge et blanc
Site web http://liberieuguali.it/
Représentation
Députés
11 / 630
Sénateurs
5 / 315
Députés européens
6 / 73

Libres et égaux (en italien : Liberi e Uguali, abrégé en LeU) est une alliance électorale née le et qui réunit Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste, Gauche italienne et Possibile en vue des élections générales du . Le dirigeant de cette coalition est Pietro Grasso (magistrat engagé dans la lutte contre la mafia)[2].

HistoriqueModifier

La coalition comprend également un parti régional, Les Verts du Haut-Adige. Lors des élections générales italiennes de 2018, LeU obtient à la Chambre, 1 109 198 voix au scrutin proportionnel, soit 14 députés et 3,38 % des voix, juste au-dessus du seuil électoral de 3 %, risquant ainsi de rester sans élus. Le total des voix est inférieur au Sénat avec 987 706 voix à la proportionnelle soit 3,27 % et quatre sénateurs élus. Ce score est d'autant plus décevant que les sondages prévoyaient davantage 5 ou 6 % des voix, y compris les premières projections à 23 h.

Ces résultats entrainent un certain délitement de l'alliance. Si la direction, incarnée par Pietro Grasso, tente de faire vivre le projet, dans un premier temps avec l'appui d'Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste, Gauche italienne a quitté officiellement l'alliance le [réf. nécessaire].

Le , la direction d'Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste, décide également d'abandonner le projet et lance un appel à la construction d'un nouveau parti « rouge et vert », socialiste et écologique[3].

Malgré ces défections, la base du mouvement tente, à plusieurs reprises, de constituer un parti, une réunion nationale étant programmée à cet effet pour le [4]. Ces initiatives finissent par échouer et ses trois principales composantes se séparent en vue des élections européennes. Le , les membres déjà convoqués et les députés Francesco Laforgia (alors membre de MDP) et Luca Pastorino (Possibile) lancent ÈViva - Primavera Europea, une nouvelle formation politique, mais LeU demeure en tant que groupe parlementaire[5].

CompositionModifier

Membres fondateursModifier

Parti Idéologie Leader
Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste (Art.1-MDP) Social-démocratie Roberto Speranza
Gauche italienne (SI) Socialisme démocratique Nicola Fratoianni
Possibile (P) Progressisme Pippo Civati

Autres membresModifier

Parti Idélogie Leader
Les Verts du Haut-Adige (V-G-V) Politique écologique Hans Heiss, Brigitte Foppa
Parti socialiste sicilien (PSS) Socialisme démocratique Antonio Matasso

Résultats électorauxModifier

Élections généralesModifier

Année Chambre des députés Sénat Rang Gouvernement
% Mandats % Mandats
2018 3,39
14 / 630
3,27
4 / 314
4e Opposition (2018-2019)

Conte II (depuis 2019)

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Italy », sur parties-and-elections.eu (consulté le 24 mars 2018).
  2. (it) « Liberi e Uguali, ecco il simbolo », sur Adnkronos (consulté le 29 janvier 2018).
  3. (it) « Una forza rosso-verde per garantire l'alternativa alla nuova destra », sur articolo1mdp.it (consulté le 19 novembre 2018)
  4. (it) « Liberi e Uguali riparte da Roma col processo costituente », L’Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2018)
  5. « Elezioni europee, nasce il movimento ispirato a Varoufakis e Sanders », sur Affaritaliani.it (consulté le 4 mai 2019)