Ouvrir le menu principal

Les Sept Couleurs

livre de Robert Brasillach‎
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sept couleurs.

Les Sept Couleurs
Auteur Robert Brasillach
Pays France
Genre Roman
Éditeur Plon
Date de parution 1939

Les Sept couleurs est un roman de Robert Brasillach paru à la veille de la Seconde Guerre mondiale, en 1939 aux éditions Plon. Il a manqué de peu le prix Goncourt[1],[2], décerné finalement aux Enfants gâtés de Philippe Hériat.

Outre l'intérêt historique d'une description du climat d'avant-guerre d'un point de vue fasciste, l'originalité du roman tient dans la variation successive du style de narration à chacun des sept chapitres : récit, correspondance épistolaire, journal, réflexions personnelles de l'auteur, théâtre, articles de presse, flux de conscience (monologue).

Le roman met en avant l'exaltation de Brasillach pour le congrès de Nuremberg — exaltation plus d'ordre esthétique que politique[3] —, et son enthousiasme pour les grand-messes païennes du Parti nazi telles qu'elles ont pu être filmées par Leni Riefenstahl dans Le Triomphe de la volonté[4].

Par ailleurs, le titre a inspiré le nom de la maison d'édition, fondée par son beau-frère Maurice Bardèche.

RésuméModifier

Avec son amie Catherine, Patrice découvre les rues du Paris des années 1920. Il vit dans une pension peuplée de personnages pittoresques, fréquente les restaurants bon marché, les cinémas, les parcs. Ayant terminé ses études, Patrice se rend dans l’Italie fasciste, qu'il soutient, et exerce le métier d'enseignant tout en gardant contact avec Catherine. Il correspond plusieurs mois avec elle, mais leurs liens se distendent peu à peu. Apprenant que celle-ci a épousé François Courtet, militant communiste, Patrice rejoint la Légion étrangère et opère au Maroc français.

Son engagement terminé, il se rend dans le nouveau Troisième Reich sur la recommandation de Siegfried Kast, ancien légionnaire d'origine allemande devenu adjoint de Julius Streicher, et travaille dans une chambre de commerce française à Nuremberg. Patrice entame une liaison avec une jeune Allemande, Lisbeth.

Lors d'un voyage en France, Patrice tente de reconquérir Catherine, toujours mariée à François — qui, depuis, est passé dans le camp fasciste. Ce dernier, doutant de la sincérité de sa femme, s'enrôle dans la guerre d'Espagne dans les troupes de Francisco Franco et participe à la défense de l’Alcazar de Tolède, au cours de laquelle il est blessé. À la fin du roman, Catherine quitte Paris pour rejoindre son mari.

Notes et référencesModifier

  1. Voir notamment l'article consacré à Robert Brasillach sur l'encyclopédie Encarta : [1].
  2. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1922 à 1949 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 3 août 2013.
  3. D'après Jean-Yves Camus, politologue spécialiste des courants nationalistes: « Brasillach est séduit par ce qu’il appelle "les cathédrales de lumière" des congrès de Nuremberg. Il est beaucoup plus séduit par l’aspect esthétique des grands messes auxquelles il assiste que par le programme nazi. » Interview avec StreetPress, 30 avril 2010.
  4. Voir également Notre avant-guerre, Plon, 1941.

Liens externesModifier