Le Sang des autres (film)

film américain réalisé par Claude Chabrol et sorti en 1984
Le Sang des autres
Réalisation Claude Chabrol
Scénario Brian Moore
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmax
Les Films A2
International Cinema Corporation
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Genre Mélodrame
Durée 135 minutes
Sortie 1984


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Sang des autres est un film franco-canadien, réalisé par Claude Chabrol, sorti le .

Adapté du roman homonyme Le Sang des autres (1945) de Simone de Beauvoir[1], c'est l'histoire d'une jeune fille tiraillée entre les essors existentialistes des enjeux politiques de la résistance et la responsabilité des conséquences de ses propres actions.

SynopsisModifier

Dans la France occupée par les nazis, Jean Blomart est assis près d’un lit sur lequel sa maitresse Hélène est en train de mourir. Une série de flashbacks nous permet de connaître les deux personnages et la relation qu’ils entretenaient. Jeune homme qui se sent coupable de mener une vie bourgeoise privilégiée, Jean adhère au parti communiste et rompt avec sa famille, résolu à mener sa vie comme il l’entend. Se sentant responsable de la mort d’un ami lors d’une manifestation politique, il quitte le Parti et se concentre sur des activités syndicales. Hélène est une jeune créatrice qui travaille dans la confiserie familiale et n’est pas satisfaite de sa liaison conventionnelle avec son fiancé Paul. Elle réussit à rencontrer Jean, et, bien qu’au début il la rejette, ils entament une relation après qu’elle a avorté à la suite d’une aventure irréfléchie avec un autre homme. Jean dit à Hélène qu’il l’aime, même s’il n’y croit pas. Il la demande en mariage et elle y consent.

Lorsque la France entre dans la Seconde Guerre mondiale, Jean s’engage comme soldat, il admet la nécessité d’un conflit violent pour provoquer un changement. Hélène intervient malgré lui pour le faire affecter à un poste sûr. Dans sa colère contre elle, il rompt leur relation. Alors que les forces allemandes progressent vers Paris, Hélène s’enfuit et est témoin de la souffrance d’autres réfugiés. De retour à Paris, elle a une liaison passagère avec un Allemand qui serait capable de faire avancer sa carrière, mais elle voit bientôt la souffrance de ses compatriotes. Elle assiste aussi à des rafles de Juifs. Cherchant à mettre en sûreté Yvonne, son amie juive, elle retrouve Jean devenu le chef d’un groupe de résistants. Elle a envie d’y entrer. Jean a renoué avec son père car tous deux cherchent à libérer la France de l’Allemagne. Sa mère, cependant, est moins impressionnée par les vies perdues par la Résistance.

Hélène est abattue dans une action de résistance et pendant la veillée nocturne de Jean à ses côtés, il réfléchit à son amour pour Hélène et aux conséquences plus larges de ses actions. À l’aube, Hélène meurt et Jean décide de continuer à résister.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

DistributionModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Josyane Savigneau, « "Le sang des autres", de Claude Chabrol, d'après Simone de Beauvoir La belle Hélène », sur lemonde.fr, (consulté le 12 juin 2020)
  2. Alexandra Stewart, Mon bel âge, L'Archipel, , 241 p. (ISBN 978-2809814231, lire en ligne)

Liens externesModifier