Ouvrir le menu principal
Lazare Pytkowicz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Sépulture
Nationalité
Autres informations
Parti politique

Lazare Pytkowicz (1928-2004) est un résistant français, compagnon de la Libération.

Sommaire

BiographieModifier

Lazare Pytkowicz naît le 29 février 1928 à Paris 12e. Son père est ébéniste.

Au moment de l'armistice, Lazare a douze ans ; il vit avec sa famille rue de Clignancourt à Paris. Il se livre avec elle à de petites activités de propagande anti-allemande. Il est arrêté le 16 juillet 1942 lors de la rafle du Vel' d'Hiv'. Profitant d'une bousculade, il parvient à s'échapper du vélodrome.

Sous le pseudonyme de « Petit Louis », il devient à Lyon agent de liaison des groupes francs des Mouvements unis de la Résistance (MUR) alors qu'il n'a pas quinze ans. Fin juin 1943, il est chargé d’entrer en contact avec la femme d’un geôlier de la prison Montluc où sont internés Jean Moulin et les résistants arrêtés à Caluire pour essayer de connaître leurs entrées et sorties de la prison.

Le 24 octobre 1943, Petit Louis est arrêté par la Gestapo, sur le pont de la Guillotière à Lyon. Interrogé, il réussit à s'échapper. Immédiatement il se remet en contact avec son groupe et reprend son activité. « Brûlé » désormais à Lyon, il est envoyé à Paris comme agent de liaison des groupes francs du Mouvement de Libération nationale (MLN)

Le 27 janvier 1944, Porte Dorée à Paris, il est arrêté une troisième fois, cette fois par la Milice. Il est transféré successivement de Paris à Lyon, Vichy et Moulins sous la responsabilité de la Milice. Il est ensuite remis entre les mains de la Gestapo. En juillet 1944, les Allemands, devant l'avance rapide des Alliés, décident de transférer les prisonniers de Moulins à Paris avant de les déporter en Allemagne. À la gare de Lyon, le 14 juillet, au moment de sa déportation, il parvient une nouvelle fois à s'échapper en se noyant dans le flot des voyageurs.

Après la libération de Paris, n'ayant aucune nouvelle de ses parents et de sa sœur (ils ne reviendront pas d'Auschwitz), il est pris en charge par la famille qui l'avait hébergé en 1942 et qui l'encourage à reprendre ses études. Il fera carrière à la société Monoprix.

Il militera toute sa vie au Parti communiste, dans la section Grandes Carrières, à Paris (18e), dont il sera l'un des secrétaires[1].

Il meurt le 12 octobre 2004 à Paris. Il est inhumé au Cimetière Saint-Vincent à Montmartre.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

SourceModifier

NotesModifier

  1. « Décès de Lazare Pytkowicz », L'Humanité, 14 octobre 2004.
  2. Décret du 17 novembre 1945.

Liens externesModifier