Lars Edvard Phragmén

mathématicien suédois

Lars Edvard Phragmén (né le à Örebro, Suède, mort le ) est un mathématicien suédois.

Lars Edvard Phragmén
Phragmen1.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Père
Lars Phragmén (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Gyda Sohlberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Gösta Phragmén (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître
Œuvres principales
Phragmén–Lindelöf principle (d), Phragmen–Brouwer theorem (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Fils d'un professeur d'université, il fit ses études à Uppsala puis Stockholm, et fut diplômé d'Uppsala en 1889. Il devint professeur à Stockholm en 1892, succédant à Sofia Kovalevskaïa.

Élève précoce, il quitta Uppsala moins d'un an après l'avoir intégrée, pour devenir assistant du professeur Mittag-Leffler à Stockholm, nouvellement mis en poste. En 1884, il fournit une nouvelle preuve du théorème de Cantor-Bendixson (en).

Son travail traitait des fonctions elliptiques et d'analyse complexe. Son résultat le plus célèbre est l'extension du théorème de Liouville aux fonctions entières bornées[Information douteuse]. Une première version, proposée par Phragmén, fut améliorée par le mathématicien finlandais Ernst Lindelöf. Les deux publièrent ensemble cette dernière version[1], connue sous le nom de principe de Phragmén-Lindelöf (en).

En 1903, il quitta l'université pour intégrer l'Inspection royale des compagnies d'assurance. Il en devint directeur l'année suivante. En 1908, il fut nommé directeur de la compagnie d'assurance Allmänna Lifförsakringsbolaget.

De 1889 jusqu'à la fin de sa vie, il fut l'un des éditeurs d'Acta Mathematica. Il est également connu pour avoir repéré (à 26 ans) un passage obscur dans la publication d'Henri Poincaré sur le problème des trois corps. Cette erreur, indiquée à Mittag-Leffler, puis travaillée par Poincaré, mènera par sa correction à des développements importants en mécanique par la théorie du chaos.

En plus de l'analyse, Phragmén s'est intéressé aux mathématiques de l'assurance, du vote démocratique, et intégra un comité de réflexion sur une nouvelle législation des élections.

Notes et référencesModifier

  1. « Sur une extension d'un principe classique de l'analyse et sur quelques propriétés des fonctions monogènes dans le voisinage d'un point singulier », Acta Math., vol. 31, 1908.

(en) Yngve Domar, « Mathematical research during the first decades of the University of Stockholm », discours à l'université de Stockholm en 1978 (mis par écrit et traduit par H. Troy et H.S. Shapiro)

Article connexeModifier

Théorème de Phragmén-Brouwer (en)