Largo Winch 2

film sorti en 2011
Largo Winch 2
Réalisation Jérôme Salle
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Durée 119 min
Sortie 2011

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Largo Winch 2 est un film franco-belgo-allemand, adapté de la bande dessinée éponyme, réalisé par Jérôme Salle, sorti en 2011.

Le film est la suite de Largo Winch.

SynopsisModifier

Propulsé à la tête du Groupe W après le décès de son père adoptif, Largo Winch décide à la surprise générale, de le mettre en vente afin de créer une ambitieuse fondation humanitaire. Mais le jour de la signature, il se retrouve accusé de crimes contre l'humanité par un mystérieux témoin. Pour prouver son innocence, Largo doit retourner sur les traces de sa vie passée, au cœur de la jungle birmane.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Sources et légende : version française (VF) sur Voxofilm[1]

ProductionModifier

Lieux du tournageModifier

Afin de représenter l'Ukraine lors des scènes de poursuite, c'est la ville de Charleroi en Belgique qui fut choisie. Tandis que Bruxelles sert de décor pour la ville suisse de Genève. Ces choix de tournage en Belgique ont permis à la production d'économiser quatre millions d'euros[réf. souhaitée].

Bande originaleModifier

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Largo Winch 2
Score cumulé
SiteNote
Allociné [2]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 35 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 22 titres de presse[2].

Autour du filmModifier

 
Tomer Sisley en chute libre pour le tournage de Largo Winch 2.

Le film s'inspire partiellement du double épisode La Forteresse de Makiling / L'Heure du Tigre[réf. nécessaire].

Tomer Sisley a réalisé sans doublure et sans trucage, la scène de chute libre tournée en . Après un entraînement approprié, le comédien a été capable de sauter sans l'aide de personne[3].

 
La voiture Audi à double commandes utilisée dans le film.

Pour réaliser les poursuites et les cascades de voiture du film, notamment celle d'ouverture, le réalisateur Jérôme Salle fait appel à Stéphane Boulay coordinateur de cascades. Un système de double commandes a été créé sur une des Audi A6 utilisées, avec le poste de pilotage installé sur le toit afin d’avoir le comédien sans doublure au volant de la voiture (voir photo ci-contre)[4].

Laurent Terzieff, déjà fortement marqué par la maladie, fait son ultime apparition à l'écran dans le rôle d'Alexandre Jung.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier