La Maison Tellier

nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1881
(Redirigé depuis La maison Tellier)

La Maison Tellier
Image illustrative de l’article La Maison Tellier
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 1881
Recueil
La Maison Tellier,
recueil de nouvelles homonyme
Intrigue
Lieux fictifs Une maison close de Fécamp
Un village normand reculé
Personnages Mme Tellier
Les cinq « filles » de Mme Tellier
Le voyageur de commerce
Joseph Rivet, frère de Mme Tellier
Constance, la petite nièce
Les notables de Fécamp
Nouvelle précédente/suivante

La Maison Tellier est une nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1881 dans le recueil de nouvelles homonyme, puis reprise dans les revues La Lanterne en et Gil Blas en [1].

Se situant dans la continuité des récits sur la prostitution, elle constitue la nouvelle réaliste la plus célèbre de Maupassant après Boule de suif.

RésuméModifier

La maison close tenue par Madame Tellier à Fécamp possède une clientèle qui se répartit dans l’établissement en fonction de sa classe sociale. Les bourgeois de la ville fréquentent le premier étage et entretiennent entre eux des relations courtoises grâce à l’entregent de la patronne. Un jour, l’établissement ferme pour cause de « première communion » au grand dam des habitués. Mme Tellier est en effet invitée par son frère, M. Rivet, à assister à la première communion de sa nièce, Constance, dans un petit village reculé de l’Eure, bien au-delà de Rouen. Or, Mme Tellier décide d’y assister avec les demoiselles de sa maison close. Toutes se rendent en grande tenue par le chemin de fer d’abord, puis en carriole, chez M. Rivet. Les habitants du petit village normand sont très impressionnés par la présence de ces dames si richement vêtues qui ennoblissent la cérémonie de leur présence. L’attendrissement de celles-ci dans l’église, qui va jusqu’aux larmes, provoque une émotion très communicative, au point que le prêtre officiant a le sentiment partagé par ses ouailles que Dieu est venu honorer la cérémonie de sa présence. Il remercie chaleureusement les dames qui ont permis un tel miracle : c’est le plus beau jour de sa vie de prêtre. Après l'événement sacré, Joseph Rivet, le frère de Mme Tellier, donne une fête en l'honneur de ces visiteuses qui lui ont valu d'être le point de mire du village. À la fin des festivités, éméché, il cherche à obtenir plus, mais en vain : Mme Tellier tient à ce que son établissement ne reste pas fermé plus d’une seule journée et retourne aussitôt après le repas avec ses compagnes à Fécamp. Le soir même, elle retrouve sa clientèle bourgeoise qui s’est donné le mot, et organise une grande fête…

BibliographieModifier

EssaisModifier

  • Une lecture paranoïaque-critique de La Maison Tellier (Guy de Maupassant),
  • Lutanie, Le Veilleur Éditeur, 1993

AdaptationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Maupassant, contes et nouvelles, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, page 1357.

Lien externeModifier


Sur les autres projets Wikimedia :